fbpx
Mauvaise haleine chien

Mauvaise haleine du chien : cette odeur de poisson vient-elle de son alimentation ?

Voilà quelques temps déjà que vous l’avez remarqué : la mauvaise haleine de votre chien a une odeur de poisson, ce qui rend vos câlins quotidiens assez peu agréables. Et sincèrement je vous comprends. D’autant que vous vous dites que cette odeur ne peut pas être signe d’une santé optimale…

Et vous avez bien raison. En effet, la mauvaise haleine (aussi appelée halitose) du chien est bel et bien un signe que son organisme ne se porte pas au mieux. Mais pas de panique ! Je vous propose de découvrir ici les origines réelles de la mauvaise haleine du chien, de son odeur de poisson, et 5 points pour l’éradiquer naturellement et durablement.

Non : le tartre ne crée pas la mauvaise haleine du chien

Bien souvent, si vous parlez de la mauvaise haleine de votre compagnon autour de vous, on vous dira qu’il s’agit d’une conséquence du tartre. Pas vrai ? Par conséquent, en maître soucieux du bien-être de votre chien, vous penserez à des solutions de détartrage, telles que le détartrage sous anesthésie chez le vétérinaire, aliments à ronger, ou encore bicarbonate de soude appliqué en brossage régulier.

Seulement, quelle que soit la méthode de détartrage que vous choisirez, à l’issue du traitement, vous êtes souvent très étonné de vous rendre compte qu’il n’y a en réalité strictement aucune amélioration de l’haleine de votre chien !

En effet, le tartre n’est pas l’origine de cette mauvaise haleine du chien, de cette odeur de poisson. Il s’agirait bien plutôt d’un symptôme concomitant à cette mauvaise haleine… qui, comme vous allez vite le comprendre, provient de plus loin que du tartre du chien.

Oui : une alimentation inadaptée est à l’origine de cette haleine désagréable

Vous vous en doutez : le chien, comme tout autre être vivant, a des Besoins Biologiques et Naturels qui sont spécifiques à son espèce. Si cette phrase vous semble sans doute banale, on continue pourtant trop souvent à oublier que le chien, malgré des millénaires passés aux côtés des humains, n’a pas les mêmes besoins que nous. Penser qu’il aurait les mêmes besoins que nous serait une grande erreur pour sa santé.

Pourtant, dans les pâtées et croquettes pour chien que l’on peut trouver sur le marché, on constate l’insertion…

  • De légumes, de fruits, de tubercules ou de légumineuses
  • De protéines animales d’assez faible qualité
  • De beaucoup de glucides

Or, d’une part, le chien est un carnivore, tandis que nous sommes omnivores. Ainsi, sans protéines et graisses animales de qualité, votre chien manque de la source privilégiée de vitalité ! Il est pourtant fait pour ça. Sans parler du fait que consommer des légumes, des fruits, des tubercules ou encore des légumineuses ne correspond pas aux besoins originels de votre chien.

D’autre part, leur système digestif n’a rien à voir avec celui de l’homme : il est trois fois plus court que lui, et ne présente pas de haustration. La conséquence, lorsqu’un chien mange des légumes ou fruits, ne se fait pas attendre : il ne les digère pas aussi bien que nous, et sera victime d’irritations de son système digestif.

Heureusement, vous êtes de plus en plus nombreux à vous rendre compte qu’il y a un sacré manque de logique et de bon sens dans tout cela… Je vous citerai plusieurs légumes, tubercules et légumineuses à la fin de cet article. Mais forcément, avec des tels ingrédients, on ne s’étonne plus des répercussions sur leur santé.

Enfin, les glucides n’ont aucun intérêt nutritionnel pour le chien, même si une certaine quantité sont nécessaires à la formation d’un aliment sec.

Mais alors, quel rapport avec la mauvaise haleine et l’odeur de poisson dans la gueule de votre chien ? C’est bien simple : cette alimentation inadaptée à ses Besoins Biologiques et Naturels demande des efforts supplémentaires à son organisme pour être digérée et irrite son système digestif. Leur “digestion” est à l’origine d’une libération de toxines et d’acides. En parallèle, on constate aussi, sur le moyen terme, un affaiblissement du système naturel d’élimination de ces toxines et acides.

Par conséquent, l’estomac du chien peine à se débarrasser d’eux, ils s’accumulent alors dans son organisme. Leur élimination se fait sentir notamment sous la forme d’une haleine désagréable, qui nuit à vos câlins quotidiens. Mais l’élimination se fait également sentir au niveau d’une modification du pH salivaire naturel du chien. Cette modification sera également à l’origine d’une précipitation minérale sur la plaque dentaire, formant ainsi le tartre chez le chien. Vous comprenez mieux maintenant ?

L’alimentation est donc à l’origine de la mauvaise haleine… mais bonne nouvelle : il s’agit également de la solution pour lutter contre cette odeur fétide ! En trouvant une nourriture réellement adaptée à ses besoins naturels, vous rééquilibrez son système digestif, et faites donc cesser les origines de la mauvaise haleine en seulement quelques semaines.

J’ai piqué votre curiosité ? Vous voulez connaître les critères alimentaires importants auxquels vous devez faire attention ? Soyez bien attentifs, les voici juste en dessous.

Pourquoi les remèdes de grand-mère ne sont pas efficaces

Si vous vous renseignez sur la manière de rééquilibrer l’haleine de votre chien, vous tomberez souvent sur des “remèdes de grand-mère contre la mauvaise haleine”. Totalement naturels, il peuvent sembler intéressants à essayer contre l’odeur de poisson dans la gueule de votre chien.

Seulement, leur efficacité n’est que très limitée :
Le bicarbonate de soude n’agit que localement dans la gueule de votre chien, et ne traite pas les soucis purement digestifs à l’origine de sa mauvaise haleine. Vous devenez donc dépendant de l’utilisation du bicarbonate, et n’améliorez pas la santé de votre chien.
Les huiles essentielles ne font généralement que masquer le souci.
L’homéopathie va un peu plus loin, en tentant de drainer le foie du chien des éléments irritants qu’il contient… mais est-ce vraiment logique de le drainer, s’il se remplit de nouveau après des ingrédients à incriminer ?

Le changement d’alimentation est bien la solution la plus naturelle et la plus efficace pour lutter contre son haleine fétide. Pourquoi ne pas la tenter vous aussi ?

5 points pour éradiquer la mauvaise haleine de votre chien et son odeur de poisson

Vous vous apprêtez à découvrir les éléments-clés à surveiller dans la gamelle de votre compagnon pour totalement faire disparaître cette mauvaise haleine, et retrouver vos moments de complicité.

Pour ce faire, il est temps de revenir au bon sens premier, à savoir aux besoins originels de votre chien. Seulement, difficile de s’y retrouver dans la jungle des aliments pour chien disponibles sur le marché, n’est-ce pas ? Pour vous aider à trouver la nourriture qui mettra fin à l’odeur de poisson dans la gueule de votre chien, nous vous avons listé les 5 éléments-clés à éviter dans sa gamelle.

Ceux-ci sont issus de la philosophie de la Santé par l’Alimentation©, que nous suivons depuis des années à l’élevage des Joyeuses Gambades, et qui nous permettent de garder nos chiens en pleine santé. Chacun de ces points est justifié par la littérature scientifique la plus récente sur la santé animale. Si vous vous posez des questions à leur sujet, n’hésitez pas à nous les poser en commentaires, à la fin de l’article, ou par email directement !

il y a 11 mois
N’hésitez pas
Ma chienne beauceron de 12 ans a de nouveau des selles, bien moulée humide normal quoi! sans glaire plus de gaz nauséabond, bonne digestions haleine non repoussante. Le prix est un peu élevé par rapport à d’autres mais ça compense, en allant moins chez le véto
Michèle P
il y a 11 mois
Avant de prendre ces croquettes mon…
Avant de prendre ces croquettes mon chien avait mauvaise haleine et vomissait très souvent et depuis que nous prenons ces croquettes tout est rentré dans l’ordre. Dernièrement on a eu un petit souci avec notre chien dû à notre méconnaissance et un appel auprès de la société nous a donné le conseil qui a réglé le problème en deux jours. Le SAV en plus.
Bernard Guillouzo
il y a 11 mois
Avis sur les croquettes.
C'est notre deuxième achat de croquettes et nous en sommes ravis. Notre chien à beaucoup moins mauvaise haleine et fait des selles plus petites et moins molles qu'avant. Il pèse 8kg et on ne lui donne que 80 à 90g par jour. Nous sommes pour l'instant très satisfaits.
Sébastien DECLERCQ
il y a 11 mois
très bon produit
très bon produit, notre chien les apprécies, il n'a plus le problème de bouche pateuse qu'il avait avant, son haleine s'est ammèlioré ce n'est pas parfait mais beaucoup mieux
denis sonthonnax
il y a 11 mois
Excellentes croquettes
Excellentes croquettes, depuis que notre bouvier les consomme, il n'a plus de diarrhée, de nausée et de selles molles. Il a un poil magnifique, une bonne haleine, et enfin des selles moulées que nous n'avions jamais avec les anciennes croquettes de l'élevage. Il est plein d'énergie, et en plus il croque les croquettes au lieu de les avaler goulument.
Thierry L.
il y a 1 année
Avis croquettes
Bon produit mon chien aime beaucoup ! Son haleine est moins forte.
Francoise
il y a 1 année
Super…mon Pilou le recommande…
Super...mon Pilou le recommande vivement ! Labrador 14 ans, ces croquettes ont amélioré son haleine...si si....oh combien ! Et sa mobilité..😊😊😊
Lolady
il y a 1 année
Croquettes au top
Croquettes au top. Si vous avez des questions, n'hésitez pas à leur poser. Ils répondent vite et sont de très bons conseils. Mon chien avait des selles molles et avait une haleine qui sentait le poisson. Il avait tendance à beaucoup se gratter alors qu'il n'avait aucun problème de peau. J'ai vu tout de suite une amélioration sur ses selles. Il a fallut attendre 10 ou 15 jours pour son haleine, qui ne sent plus rien à ce jour. Par contre, il se gratte toujours mais beaucoup moins et il m'avait prévenu que cela pouvait mettre 6 à 8 semaines pour voir une amélioration et cela fait 4 semaines que nous les utilisons. En résumé, je suis très satisfaite, enfin jango en est très satisfait et je recommande fortement leur produit.
Alexandra
il y a 1 année
Incroyable le changement en deux jours déjà !
Super ! Mes Cotons de Tuléar les adorent ! La transition des croquettes s’est fait directement et aucun souci. Déjà constaté des améliorations au bout de deux jours au niveau de l’haleine et des selles parfaites. Ils ne touchent plus à leur marque habituelle hyper connues qui ne contiennent que des sous-produits. Petit bémol toutefois au niveau des frais d’envoi, assez élevés
Helena Dora
il y a 1 année
Gonario pour Lucky
Bonjour à tous Depuis que j’utilise ces croquettes mon petit Lucky un épagneul papillon nain va beaucoup mieux. Plus de selles molles, plus de mauvaise haleine et toujours un bon dynamisme. Pour ses 3kg200 je ne lui donne que 50gr par jour et il semble satisfait et bien portant. Par contre avec ma première commande j’ai pris Dental+ ( plaque destructor ) de Bubimex pour les plaques dentaires et il se trouve que quand je lui en mets sur ces croquettes il hésite à les manger et ses belles crottes deviennent parfois molles et de couleur verte. Pour le coup j’ai arrêté de lui en donner. À savoir que pour son poids je lui en donnais qu’une demi cuillère par jour. Qu’en pensez-vous ? Cordialement
Gonario Tolu

1. Pas de légumes, de fruits, de tubercules ou de légumineuses

Vous l’avez compris, ces ingrédients irritent la flore intestinale de votre chien, et provoque la mauvaise haleine… et leurs méfaits ne s’arrêtent malheureusement pas là.

Légumes, fruits, tubercules et légumineuses ont été introduits dans la nourriture animale il y a dix ans à peine de cela, et peuple désormais une grande partie des croquettes et pâtées sur le marché. Depuis, ils ont provoqué chez bon nombre de chiens des affections diverses, telles que…

  • Des vomissements réguliers
  • Des selles molles et diarrhées chroniques
  • Des dermatites atopiques
  • Des troubles hépatiques
  • Des pancréatites
  • Des troubles neurologiques importants pour certains tubercules

On ne s’étonne d’ailleurs pas, au vu de leurs répercussions constatées depuis le terrain, que des organismes réputés les signalent comme réellement dangereux. C’est notamment le cas du Centre Antipoison Animal de l’École Nationale Vétérinaire, qui classe la pomme de terre1, le raisin2 et l’ail et l’oignon3 comme toxiques. De même pour la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis, qui alerte chaque année dans plusieurs rapports depuis 2017 sur le fort lien entre les légumes, leurs dérivés (amidon de…, fibre de…, protéine de…), et des cas de cardiomyopathies canine4.

Ainsi, qu’il s’agisse de pommes de terre, de patates douces, de haricots, de lentilles, de pois ou pois-chiches, ou d’autres aliments de la sorte, ils sont à éviter à tout prix dans l’alimentation de votre chien.

2. Pas de protéines et graisses animales de mauvaise qualité

En tant que carnivore, votre chien tire des protéines et graisses animales sa principale source de vitalité. Or, si certains aliments veillent à intégrer en quantité ces éléments, ils ne sont pas toujours précautionneux quant à leur qualité !

Malheureusement, on y retrouve encore trop souvent des ingrédients de qualité médiocre, qui viennent irriter le système digestif du chien, tels que…

  • Des sous-produits animaux56. Ces sources de protéines animales, que l’on retrouve fréquemment sur les sachets de croquettes pour chien, ne sont ni plus ni moins que les déchets de notre industrie agro-alimentaire humaine. On y retrouve, pêle-mêle, des carcasses d’animaux, des pattes, des pis de porc, des cuirs, des tendons, des têtes, des viscères, des plumes, des becs… et autant d’autres bas-morceaux impropres à la consommation humaine, irritants pour le système digestif de votre compagnon.
  • Des viandes issues de pays aux législations laxistes. Par exemple, les lois d’Amérique du Nord autorisent la PetFood à intégrer à sa composition des viandes avariées recyclées à la Javel7. De même, certains pays d’Europe autorisent l’utilisation de protéines de très faible qualité.
  • De trop faibles sources de protéines, ce qu’on retrouve également dans certaines croquettes se disant “à la viande fraîche”. En effet, ce type de croquettes intègre bel et bien de la viande fraîche à sa composition mais, une fois ces viandes cuites, le taux de protéines final se retrouve généralement bien plus bas que lorsque l’on utilise des viandes déjà déshydratées à l’origine. C’est d’ailleurs pourquoi les marques intègrent en général également des protéines déshydratées, même si en général, je vous l’accorde, elles ne s’étendent pas énormément dessus. Attention donc aux discours marketing, qui semblent alléchants, mais profitent peu à la santé de votre chien. Vérifiez bien la réelle quantité de protéines, faites attention à leur origine, et cherchez des informations sur leur qualité.

Traquez ces éléments dans sa nourriture, et privilégiez plutôt pour lui un aliment à base de protéines et de graisses naturelles animales issues de viandes provenant d’abattoirs agréés à la consommation humaine, et provenant de pays aux législations strictes, comme la France. Vous éviterez ainsi les souci de mauvaise haleine du chien, d’odeur de poisson dans sa gueule.

La mauvaise haleine du chien, l'odeur de poisson, peut trouver une solution rapide dans son alimentation

3. Pas trop de glucides

Très souvent, on entend des lanceurs d’alerte aux croquettes toxiques crier combien les glucides sont mauvais pour la santé de nos animaux de compagnie. Ce discours n’est pas tout à fait faux… mais il est clairement à modérer, car menant bien souvent à d’autres dérives plus graves pour la santé de nos animaux.

Lutter contre les glucides oui, mais pas non plus au détriment de la santé de nos chiens en les remplaçant par n’importe quoi. Cela n’est pas sérieux et doit être dénoncé.

En effet, selon ses besoins originels, un chien n’a en rien besoin de glucides. Cependant, les glucides et notamment l’amidon, sont bel et bien nécessaires pour former une croquette sèche. Et, en-dessous de la limite de 33% (soit ⅓ de la composition), ils demeurent neutres sur l’organisme de l’animal.

C’est pourquoi il est important de respecter cette limite maximale de 33% de glucides. On privilégiera toujours une petite quantité de céréales, sans répercussion sur son organisme, à l’utilisation de tubercules ou de légumineuses riches en amidons complexes, dans sa gamelle. Privilégiez une croquette pauvre en glucides, et qui respecte ses besoins au plus près par ailleurs.

4. Pas de cuisson à haute température

Ce critère de qualité alimentaire ne touche pas directement aux ingrédients utilisés, mais plutôt à la manière dont ils sont transformés en croquette ou en pâtée pour chien.

En effet, il est prouvé que, lorsque certains aliments sont cuits à haute température, ils libèrent des éléments dangereux pour la santé de votre compagnon :

  • D’une part, des acrylamides8, qui sont des éléments cancérigènes pour le chien
  • D’autre part, des Advanced Glycated End products (AGE)9, qui nuisent au bon fonctionnement de ses reins

Vous avez bien lu : en plus de nuire à l’intégrité nutritionnelle des aliments de base, la cuisson haute température peut devenir toxique pour votre chien. Cela n’est bien évidemment pas sain pour le système digestif du chien et encore moins quand la mauvaise haleine est déjà là. Par mesure de précaution, choisissez-lui des aliments cuits à basse température. Le petit plus, pour une croquette ? Un enrobage à froid, qui ravira ses papilles, et dont il se régalera !

5. Pas d’aliments non-testés en laboratoire

Rares sont les fabricants de PetFood qui prennent le parti de faire tester leurs aliments en laboratoires indépendants… et encore moins d’en afficher les résultats. Pourtant, à l’heure où de nombreux éléments “invisibles” dans la nourriture sont pointés du doigt comme dangereux, il s’agit là d’un gage de transparence et de bienveillance envers la santé animale.

Ces tests en laboratoire doivent pouvoir vous révéler notamment la présence limitée de…

  • Mycotoxines10. Si ces éléments font partie de notre quotidien à tous, ils doivent être limités dans la gamelle de votre compagnon. Faute de quoi, ils peuvent provoquer de réels soucis de santé sur votre chien.
  • Métaux lourds. Plusieurs études11 signalent aujourd’hui la présence, parfois massive, et souvent au-dessus des limites réglementaires autorisées, d’Arsenic dans les aliments pour chien. Or, les métaux lourds sont à l’origine de soucis dermatologiques chez les chiens, des simples dermatites aux cancers de la peau.
  • OGM. Ces organismes génétiquement modifiés sont tout à fait évitables dans la nourriture pour chien : si possible, veillez à ce que l’aliment soit indiqué sans OGM.

Chez CROQ’ la Vie, ces tests en laboratoires sont venus comme une évidence : nous savons que la confiance des amoureux des animaux se gagne, et se mérite. C’est pourquoi nous affichons les résultats de ces tests à même notre site web.

D’ailleurs, depuis plus de 15 ans que nous produisons nos propres croquettes, nous avons à coeur d’aller bien au delà de ces 5 critères de qualité-clé, pour apporter le meilleur aux chiens, en respectant au plus près leurs Besoins Biologiques et Naturels.

C’est pourquoi les croquettes CROQ’ la Vie contiennent 72% d’ingrédients d’origine animale, provenant de viandes issues d’abattoirs agréés à la consommation humaine, 23% de glucides uniquement… et bien sûr, aucun fruit, légume, tubercule ou légumineuse.
Nous prenons soin de sélectionner leurs ingrédients avec attention, auprès d’acteurs locaux, en France, pour nous assurer de leur qualité.

Grâce à CROQ’ la Vie, bon nombre de propriétaires ont retrouvé leurs moments de complicité avec leur compagnon, en éradiquant la mauvaise haleine du chien, cette odeur de poisson si dérangeante. Elles suivent les chiens tout au long de leur vie, et préserve durablement leur santé. Pourquoi pas pour le vôtre, alors ?

Des questions sur la santé de votre animal ? Sur la philosophie de la Santé par l’Alimentation© ? Contactez-nous par email ou dans les commentaires ci-dessous : nous nous faisons toujours un plaisir de vous partager nos conseils, issus du terrain et de bon sens, mais qui font souvent toute la différence !


Références


  1. [] Toxicité digestive et nerveuse de la Pomme de terre – Centre antipoison Animal de l’Ecole Nationale Vétérinaire : https://www.centre-antipoison-animal.com/pomme-terre.html
  2. [] Le raisin : enregistré au Centre Antipoison Animal, Chapitre “plantes toxiques” : https://www.centre-antipoison-animal.com/raisin.html
  3. [] L’ail et l’oignon : enregistrés au Centre Antipoison Animal, Chapitre “plantes toxiques” : https://www.centre-antipoison-animal.com/oignon.html
  4. [] FDA (U.S. Food and Drug Administration) : FDA Investigation into Potential Link between Certain Diets and Canine Dilated Cardiomyopathy / Enquête de la FDA sur le lien possible entre certains régimes et la cardiomyopathie dilatée canine – Mis à jour le 27 juin 2019 : https://www.fda.gov/animal-veterinary/news-events/fda-investigation-potential-link-between-certain-diets-and-canine-dilated-cardiomyopathy
  5. [] SIFCO (Syndicat des Industries Françaises des Coproduits Animaux) – Valorisation des sous-produits ou co-produits animaux : https://www.sifco.fr/valorisation#coproduits
  6. [] RÈGLEMENT (CE) No 1069/2009 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL – du 21 octobre 2009 – établissant des règles sanitaires applicables aux sous-produits animaux et produits dérivés non destinés à la consommation humaine et abrogeant le règlement (CE) no 1774/2002 (règlement relatif aux sous-produits animaux) : https://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2009:300:0001:0033:FR:PDF
  7. [] Viandes avariées recyclées aux Etats Unis et en Europe : https://www.amisdelaterre.org/communique-presse/tafta-ttip-la-viande-a-la-javel-s-approche-de-nos-assiettes/
  8. [] FRC (Fédéraction Romande des Consommateurs) – Croquettes pour chat : la gamelle qui rend malade : https://www.frc.ch/croquettes-pour-chat-la-gamelle-qui-rend-malade/
  9. [] Bohlender JM (Klinik für Innere Medizin III, Universitätsklinik Jena, Erlanger Allee 101, Jena, Germany), Franke S, Stein G, Wolf G : Advanced glycation end products and the kidney – Am J Physiol Renal Physiol. 2005 Oct;289(4):F645-59 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16159899
  10. [] Étude portant uniquement sur les régimes vétérinaires : de nombreux régimes contaminés par les espèces de Fusarium et les mycotoxines pour chiens et chats : Witaszak, N .; Stępień, Ł .; Bocianowski, J .; Waśkiewicz, A. Fusarium Espèces et mycotoxines contaminant les régimes vétérinaires pour chiens et chats. Microorganismes 2019 , 7 , 26. : https://www.mdpi.com/2076-2607/7/1/26
  11. [] Squadrone S , Brizio P , Simone G , Benedetto A , Monaco G , Abete MC – “Presence of arsenic in pet food : a real hazard ?” (Présence d’arsenic dans les aliments pour animaux de compagnie : un danger réel ?) – Vet Ital. 29 décembre 2017; 53 (4) : 303-307. doi : 10.12834 / VetIt.530.2538.2. : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29307124 (Version entière au format PDF : http://www.izs.it/vet_italiana/2017/53_4/VetIt_530_2538_2.pdf
Afficher plus
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page