Quel anti-puce pour votre chat ? Notre avis !


3 308 vues 0 commentaire
Comment bien choisir entre les différents traitements anti-puces pour votre chat ? Comment bien choisir entre les différents traitements anti-puces pour votre chat ?

Entre tous les produits anti-puces disponibles et les nombreuses alertes sur la toxicité de certains de ces produits, les propriétaires se posent de plus en plus de questions dans le choix de l’antiparasitaire de leur chat. 

Et vous avez raison !

Dans cet article nous traitons les questions que tout le monde se pose au regard des dernières études scientifiques, des communiqués de l’ANSES, des alertes de la FDA et de professionnels de la santé, afin de vous aider à choisir le meilleur anti-puces pour votre chat en toute sérénité.  

Alors, comment choisir entre les différents traitements anti-puces pour votre chat ? Faut-il toujours choisir un anti-puces traditionnel ? Les produits naturels sont-ils également toujours inoffensifs et sans risque ?

Comment bien choisir entre les différents traitements anti-puces pour votre chat ?

Rien qu’aux USA, les maîtres dépensent près de 6 milliards de dollars tous les ans en anti-puces ! Autant dire que la concurrence est rude.

Il existe trois grandes familles d’anti-puces pour traiter votre chat :

  • Les traitements traditionnels chimiques à base d’insecticide
  • Les nouveaux traitements naturels à base d’huile essentielles mélangées avec des biocides
  • Et les traitements 100% naturels

A quel prix trouve-t-on les anti-puces pour chat ?
Vous pouvez trouver un anti puce traditionnel pour votre chat entre 5 et 40€ et entre 3.20 et 15€ pour un anti-puce naturel.

Les maîtres recherchent généralement ce qui est le plus efficace et simple d’utilisation, parfois sans se poser des questions pourtant essentielles dans leur choix. Les anti-puces et anti-tiques ont-ils des effets secondaires ? Peuvent-ils parfois être dangereux pour la santé de leur chat ?

Comme nous allons le voir, beaucoup de ces substances actives ont fait, ou font toujours, l’objet de mises en garde ou d’alertes. Des points sur lesquels vous devez naturellement être avertis en tant que consommateurs, pour votre chat.

Face à ce constat, de plus en plus de maîtres ont des doutes et se tournent vers un traitement anti-puces naturel. Au risque de vous surprendre, ne pensez pas que les anti-puces et anti-tiques naturels soient toujours épargnés par ces mises en garde et alertes.

Parce que désormais donner un traitement anti-puces à son chat n’est pas sans risques pour lui et son entourage, nous faisons le point sur les différents produits proposés, leur efficacité et leurs potentiels effets secondaires à la lumière des études scientifiques, des règlementations, des communiqués de l’ANSES, de la FDA ainsi que des professionnels de la santé animale.

Comment choisir son anti-puces pour chat ?

Les traitements anti-puces traditionnels

Ces dernières années de nombreuses substances actives utilisées dans les anti-puces traditionnels font polémique.

Malheureusement, le Centre Antipoison Animal et certains vétérinaires déplorent toujours de nombreux empoisonnements de chats parfois mortels, du fait d’un manque d’information des propriétaires.1

Disponibles sous la forme de pipettes, colliers, shampoings, sprays et comprimés, les traitements anti-puces et/ou tiques traditionnels contiennent tous des substances actives dont les potentielles implications restent souvent inconnues des maîtres.

On retrouve fréquemment les mêmes molécules d’un type d’antiparasitaire à un autre, d’une pipette à un collier par exemple. Si votre chat développe des symptômes liés à l’utilisation d’une molécule contenue dans une pipette, le fait de lui mettre un collier avec la même molécule ne sera pas forcément le choix le plus pertinent. En effet, il risque de développer les mêmes effets secondaires.

Les pipettes et les colliers anti-puces pour chat

Les pipettes et colliers anti-puces sont largement plébiscités par les propriétaires en raison de leur facilité d’utilisation. De plus, ils proposent souvent une protection contre plusieurs parasites. Cette protection varie de 4 à 12 semaines pour les pipettes, et de 8 à 10 mois pour les colliers, car ils permettent une diffusion en continu des substances actives.

Pour appliquer une pipette, il suffit de verser le contenu sur la ligne du dos du chat, notamment afin qu’il ne lèche pas le produit en raison de sa toxicité. Les principes actifs vont alors se disséminer sur la peau et au travers des pores de celle-ci, pour se diffuser dans l’organisme pendant toute la période de protection.

Quant aux colliers anti-puces, en fonction du type de substance qu’ils contiennent la dissémination sur votre chat se fait sous la forme :

  • D’une poudre microfine pour les colliers contenant l’insecticide propoxur
  • De gaz pour ceux contenant l’insecticide dimyplate

Parmi les marques de pipettes les plus connues on retrouve : Frontline Combo, Advantage, Bravecto, Filpromedic, Fiprotec (Beaphar)….

Et parmi les principales marques de colliers anti-puces en vente et ayant reçu une autorisation de mise sur le marché, on retrouve : Seresto, Bioline, Prévencide (Francodex), Collier Dimpylate Chat (Beaphar), Vetopure (Beaphar)…

Il est important pour le consommateur de savoir que l’utilisation de certaines substances actives dans les anti-puces et/ou anti-tiques ne sont pas toujours sans conséquences pour l’animal et son maître.23 Elles font en effet régulièrement l’objet d’articles et d’alertes, comme nous le verrons en dernière partie sur les effets potentiellement graves de certaines molécules.

ACCIDENTS ET MANQUE DE VIGILANCE DES MAÎTRES :

Dans l’urgence, certains maîtres vont utiliser l’anti-puce du chien sur le chat en le dosant approximativement, sans se rendre compte des graves conséquences que cela pourrait avoir… Les anti-puces pour chien ne sont pas adaptés à votre chat !

De nombreux cas d’accidents graves, voire mortels, ont été recensés et l’Agence Nationale de Sécurité de l’Alimentation (ANSES) a émis une alerte en ce sens !4 Le Centre Antipoison Animal déplore lui aussi que certains produits anti-puces pour chien soient encore utilisés chez les chats. 

Pour ne citer qu’elle, la perméthrine est une substance active contenue dans quasiment toutes les pipettes pour chien, et elle est un véritable poison pour le chat.5678910

Une seule goutte de son contenu peut provoquer sa mort. De nombreux professionnels de la santé animale déplorent qu’en dépit des alertes sur la toxicité de la perméthrine il y ait encore tant d’empoisonnements de chats qui perdurent.

Enfin, l’ANSES signale aussi la commercialisation de faux colliers Seresto vendus sur Internet (par le site Wish).11 En plus de devoir lire la notice, vous devez également être vigilant sur où vous achetez les colliers anti-puces.

Les comprimés anti-puces

Quand on questionne les maîtres sur pourquoi ils utilisent plutôt des comprimés que des pipettes ou colliers, ils nous répondent fréquemment que le comprimé leur paraît “plus sûr qu’un produit chimique mis sur la peau”, ou que cela “éviterait des risques de contact avec le produit”.

On se rend compte que l’information sur pourquoi et comment les comprimés fonctionnent est finalement mal expliquée aux maîtres, de même que les mises en garde qui devraient naturellement être préconisées.

Les propriétaires de chats n’ont pas conscience que les principes actifs sont à l’intérieur des comprimés. En effet, au lieu d’être déposé sur sa peau, l’insecticide est cette fois-ci ingéré par votre chat. Les substances vont ensuite se diffuser dans tout son organisme, certaines agissent déjà seulement au bout de 2h après administration et offrent une longue protection jusqu’à 12 semaines.

Malheureusement, beaucoup de maîtres ignorent que certaines molécules insecticides peuvent potentiellement être à l’origine d’effets secondaires notables, et ce malgré le fait qu’un grand nombre d’entre eux soient pourtant renseignés sur les notices des médicaments.

Parmi les différentes marques qui proposent des comprimés anti-puces, on retrouve : Bravecto, Nexgard Combo, Comfortis, Capstar, Credelio…

Les précautions d’emploi les plus importantes mettent en avant le fait qu’il faille bien se laver immédiatement les mains avec de l’eau et du savon après utilisation. En effet, le produit n’est pas anodin, et des réactions d’hypersensibilité à certaines substances actives (insecticides) ont été rapportées chez les humains. D’ailleurs, il est conseillé de ne pas manger, ne pas boire ou fumer pendant l’utilisation du produit afin d’éviter tout contact, même indirect, avec ce dernier. Les enfants doivent également être tenus éloignés des comprimés antiparasitaires. En effet, certains “produits sont nocifs après ingestion”.43

Enfin, il n’est en général pas recommandé d’administrer certains produits à moins de 8 semaines d’intervalle, car l’innocuité pour des intervalles plus courts n’a pas été testée.

Les sprays et shampoings anti-puces

Les sprays et les shampoings sont des antiparasitaires à usage externe permettant de se débarrasser des puces du chat au moment d’une forte infestation.

Les shampoings sont les moins utilisés par les maîtres, et ce en raison du défi que représente l’application d’un shampoing à un chat ! La plupart des chats ont horreur de l’eau et vous allez devoir laver, rincer et sécher votre chat…sans vous faire griffer. Un exploit de courte durée, car les shampoings peuvent vous débarrasser des puces mais leur action ne dure pas.

Les principales marques de sprays et de shampoings actuellement sur le marché sont : Verlina, Frontline, Fipromédic, Beaphar, Vetocanis, Francodex, Zodiac, …

Les shampoings anti-puce ne sont pas à confondre avec les shampoings classiques. Il s’agit bien d’un médicament contenant une substance active insecticide, non toujours sans risques pour votre chat.

Quant aux sprays, il s’agit également de médicaments contenant des substances insecticides. Les conditions d’utilisation parlent en général d’elles-mêmes. Elles sont relativement contraignantes pour la personne qui administre le traitement : porter des gants et un tablier imperméable (à jeter ensuite), éviter tout contact avec les yeux et la bouche, ne pas toucher l’animal tant que le pelage n’est pas sec, et traiter l’animal dans un endroit très aéré.12

Naturellement, il est recommandé d’administrer les sprays quand les enfants ne sont pas là, et de ne pas dormir avec l’animal afin d’éviter tout contact avec le produit.12

SURDOSAGE FRÉQUENT ET DANGER

Connaître le poids de votre chat est très important, car de nombreux produits ne peuvent être donnés aux chats de moins de 1.2 kg.1314 Malheureusement, encore aujourd’hui de trop nombreux empoisonnements dus à une mauvaise utilisation sont à déplorer.1315

Alerte sur des effets secondaires potentiellement graves de certaines molécules

Comment bien choisir entre les différents traitements anti-puces pour votre chat ?

Peu de propriétaires le savent, et pourtant, certains effets secondaires et certaines statistiques officielles mériteraient bien d’être connues avant de faire le choix de votre anti-puce ou anti-tique pour votre chat. Ce sont des médicaments et, comme tout médicament, certains viennent avec leur lot d’effets indésirables, des effets secondaires parfois graves.

DES EFFETS SECONDAIRES DANS 66% DES CAS ?

En 2018, une étude indépendante (Project Jake Survey)16, menée auprès de vétérinaires et de propriétaires d’animaux, a examiné l’utilisation et l’innocuité des antiparasitaires à base d’isoxazoline sur plus de 1500 animaux traités. Aujourd’hui, cette famille de molécules concerne à elle seule tous les comprimés sur le marché.

L’étude révèle que lorsqu’un traitement contre les puces a été administré, des effets secondaires ont été signalés dans 66,6 % des cas.16

Pourtant, selon les essais cliniques avant commercialisation, les effets indésirables ne sont rapportés que très rarement. Parmi eux on retrouve : troubles digestifs (diarrhées, vomissements, inappétence et ptyalisme), démangeaisons171819 mais aussi des allergies sur la peau du chat à l’endroit où le produit a été déposé (pipettes et colliers).

Ont également été observés, mais encore plus rarement selon les laboratoires, un état léthargique, des tremblements musculaires, une ataxie et des convulsions…20 mais aussi des paralysies, des surdités, des insuffisances rénales et de cardiomyopathies pour les antiparasitaires externes.2122

DES CHIFFRES BEAUCOUP PLUS IMPORTANTS ?

Cette étude mondiale, menée en 2018 “Enquête sur l’utilisation canine et l’innocuité des antiparasitaires à l’isoxazoline” et publiée en 2020, a alerté sur le nombre de troubles neurologiques et de décès qui, selon elle, sont largement sous-estimés en post-commercialisation. En effet, les évènements indésirables graves post-commercialisation étaient beaucoup plus élevés que lors des présentations des documents des nouveaux médicaments de recherche (IND) avant commercialisation16 :

  • Léthargie/ dépression : 26%
  • Perte d’appétit : 26%
  • Ataxie : 14%
  • Morts : 13,7%
  • Convulsions : 13,7%
  • Tremblements : 16%

La plupart des substances actives contenues dans les anti-puces ont une action sur le système nerveux central des parasites. Des études démontrent que ce sont bien souvent ces mêmes molécules qui provoquent aussi des troubles neurologiques chez les chats et les chiens ainsi que tous les mammifères.23 24

DES CHIFFRES SOUTENUS PAR L’AGENCE EUROPÉENNE DU MÉDICAMENT (EMA) ?

L’étude souligne que les résultats correspondent également aux chiffres officiels de l’EMA (Agence Européenne du Médicament).25

Rapports de l’EMA (Agence Européenne du médicament) sur les événements indésirables pour les effets secondaires des isoxazolines :

Selon les chercheurs, les chiens, les chats et leurs maîtres restent impactés par l’utilisation de ces comprimés anti-puces et tiques.26

Il nous semble également important d’attirer votre attention sur le fait que l’ANSES a déjà procédé au retrait de colliers en raison des “risques potentiels en cas d’exposition chronique, sur le long terme, par voie cutanée chez l’utilisateur et plus particulièrement chez l’enfant ».27

Plus récemment, la scientifique Miriam Rotkin-Ellman, spécialisée dans la santé, signalait qu’“il y a des preuves que les pesticides peuvent être très dangereux pour les enfants en bas âge”, notamment pour leur développement cérébral.28

Ce qui amène à se poser la question suivante :

Le bénéfice/risque est-il toujours bien évalué ?


Rappelons aussi que, concernant les chatons âgés de moins de 9 semaines, ou les chats de moins de 1,2 kg, en l’absence de données disponibles, leur traitement n’est en général pas recommandé. De même, chez les animaux gestants et allaitants où l’innocuité n’a pas été établie.

Mais les anti-puces naturels sont-ils eux aussi toujours sans danger pour la santé de votre chat ?

Les traitements anti-puces naturels

C’est bien parce que les maîtres sont de plus en plus nombreux à chercher un anti-puce sans risques pour leur chat, que les traitements anti-puces naturels sont en vogue.

De nombreux anti-puces naturels pour les chats sont maintenant disponibles sur le marché. Parmi eux, on retrouve les huiles essentielles et les poudres naturelles (ou terres naturelles). Ces anti-puces naturels sont-ils tous sans danger pour votre chat ? Et surtout quel anti-puce naturel choisir sans risque pour la santé de votre chat ?

Les huiles essentielles

Habituellement et jusqu’alors, ces huiles essentielles étaient plutôt utilisées comme répulsif pour protéger l’environnement du chat, et n’étaient pas utilisées sur le chat lui-même. Mais depuis peu, des laboratoires y intègrent de nouvelles substances tel que le géraniol, jouant un rôle insecticide, et les proposent en application sur l’animal lui-même (pipettes, colliers, sprays) ou à avaler (comprimés).

Le géraniol est un biocide que l’on retrouve dans presque tous les anti-puces naturels pour chat. Il est également naturellement présent dans les huiles essentielles de géranium, citron et citronnelle.

Il est encore en cours d’évaluation au niveau européen, n’a pas encore reçu d’autorisation de mise sur le marché, et ne dispose pour l’instant que d’une autorisation provisoire ou régime transitoire jusqu’en 2023.29

La fiche toxicologique du géraniol met en évidence que ”Cent soixante-huit heures après l’administration orale, le géraniol se retrouve essentiellement dans les reins, le foie, les glandes surrénales mais à un taux faible.30 Aujourd’hui, nous ne disposons pas suffisamment de recul sur tous ses potentiels effets secondaires à moyen et long terme sur nos chats.

Ces huiles essentielles anti-puces naturelles existent donc maintenant sous forme de comprimés, pipettes, colliers, poudres, shampoings et sprays. Les principales marques aujourd’hui disponibles sur le marché sont : Biocanina, Francodex, Biovetol, Naturlys, ou encore Beaphar.

QUI DIT “NATUREL” NE DIT PAS TOUJOURS “SANS DANGER” POUR VOTRE CHAT.

En effet, les chats peuvent être victimes d’effets indésirables parfois graves dès lors qu’ils sont en contact avec des produits préventifs d’origine végétale contre les puces et ce, même si vous suivez à la lettre les consignes d’utilisation.31 C’est notamment le cas de l’huile essentielle de lavande qui peut être dangereuse pour votre chat puisque son foie ne lui permet pas d’éliminer tous les composants de cette huile essentielle, même pour une simple utilisation sur sa peau.31

Récemment, des chercheurs ont également mis en garde contre d’autres huiles essentielles à utilisation topique (sur la peau), tels que les produits à base d’huile d’arbre à thé Melaleuca alternifolia qui peuvent quant à eux aller jusqu’à entraîner ni plus ni moins que le décès de votre chat.32 Selon ces mêmes chercheurs, des effets secondaires ont également été rapportés lors de l’utilisation des huiles essentielles de menthe poivrée, cannelle, citronnelle, clou de girofle. Selon leur étude, entre 5 à 9% des chats traités avec ces produits ont développé agitation, hypersalivation, léthargie, parfois des convulsions.32

Selon plusieurs études et rapports officiels publiés entre 2019 et 2020, les huiles essentielles les plus toxiques pour nos animaux de compagnie, chiens et chats, sont les huiles essentielles d’eucalyptus, d’arbre à Thé, de lavande et de clou de girofle.3334

Diffuseurs de parfum d’intérieur : PRUDENCE

Les chats étant particulièrement attirés par les effluves des huiles essentielles présentes dans les diffuseurs de parfums d’ambiance, veillez à ne pas les laisser à la portée de leurs petits museaux. Des cas d’intoxication par inhalation entraînant des problèmes respiratoires ont déjà été rapportés par le Centre Antipoison Animal.35

La Terre de Diatomée

Beaucoup utilisée en Suisse et en Angleterre, la Terre de Diatomée est curieusement beaucoup moins connue en France où l’utilisation des traitements traditionnels chimiques domine actuellement.

Pourtant la Terre de Diatomée est très simple d’utilisation, sans aucun effet secondaire, et parfaitement redoutable contre les puces, tiques et autres insectes.

Il s’agit donc d’un anti-puce naturel qui, comme nous allons le voir, mériterait d’être davantage connu en France pour la santé de nos animaux…

La Terre de Diatomée – Le meilleur anti-puce et anti-tique pour chat

Cela fait plus de 2 ans que nous utilisons personnellement la Terre de Diatomée au sein de notre élevage, que cela soit pour nos chiens ou pour nos chats. Au-delà du fait d’être convaincus par les résultats de ce traitement, pour la santé de nos animaux, nous ne reviendrons jamais vers d’autres types de traitements.

Cette terre naturelle reconnue pour ses vertus antiparasitaires a une efficacité qui n’est plus à prouver. En effet, c’est une arme redoutable contre les puces, tiques et autres insectes tels que les acariens. Elle peut être utilisée pour lutter contre les puces de chat à tout âge, et permet également de traiter votre habitat tels que la litière ou les tapis de couchage de votre chat.

LA TERRE DE DIATOMÉE, C’EST QUOI ?

Cette terre naturelle se présente sous la forme d’une poudre blanche composée de 80 à 90% de silice minérale, dépôts de micro-organismes marins et de roche volcanique (la diatomite). Elle est aussi appelée : Terre d’infusions, dioxyde de silicium, voire tellurine. Au-delà d’être un produit 100% naturel et très simple à utiliser, cet anti-puce est également sans effets secondaires et sans risque lié à une substance qu’elle pourrait contenir. Contrairement aux médicaments et huiles essentielles, elle ne contient aucun principe actif potentiellement dangereux ni biocide !

Et vous, en tant que maître, vous êtes libre de caresser votre chat sans vous poser de question. Elle n’est ni dangereuse pour vous, ni pour la santé de vos enfants !

COMMENT FONCTIONNE-T-ELLE ?

La Terre de Diatomée agit au niveau microscopique. En effet, elle blesse la carapace et le tube digestif des parasites et les assèche jusqu’à en débarrasser totalement votre chat. Cet antiparasitaire naturel agit très rapidement, en 24 – 48 heures.

Pour autant, cette terre reste totalement inoffensive pour la peau de votre chat mais également pour la vôtre, et ce, même lors d’utilisations très fréquentes. Il est cependant préconisé aux personnes ayant des pathologies de peau de mettre des gants afin d’éviter toute éventuelle irritation.

COMMENT UTILISER LA TERRE DE DIATOMÉE CONTRE LES PUCES DE CHAT ?

Pour votre chat

  • Saupoudrez de la Terre de Diatomée directement sur le pelage du chat en veillant à ne pas lui faire inhaler
  • Faites pénétrer la poudre dans les poils en le caressant à rebrousse-poil
  • Laissez agir entre 48 et 72 heures en fonction de son infestation parasitaire
  • Brossez votre chat (vous pouvez utiliser un peigne anti-puces au plus près de ses poils)

N’hésitez pas à renouveler cette opération sur 3 semaines en cas de forte infestation !

Pour votre habitat

Les puces ne mettent en général pas plus de 48h pour pondre leurs œufs dans votre maison et là où dort votre chat. Elles se reproduisent très vite ! Nettoyer régulièrement votre habitat avec un aspirateur pour éliminer les éventuels œufs et larves de puces est conseillé.75 Cependant, avant même de passer l’aspirateur, et afin de prévenir davantage l’apparition de parasites sur votre chat, vous pouvez saupoudrer de la Terre de Diatomée dans ses endroits préférés (dans son panier, sur les tapis…). Nul besoin d’en mettre beaucoup. Pour nettoyer, il vous suffit ensuite simplement de brosser ou passer l’aspirateur 48 heures après.  

Vous voilà armé contre les puces mais aussi contre les tiques !

Si vous avez besoin davantage de conseils, n’hésitez pas à contacter notre équipe de passionnés : nous serons ravis de vous accompagner et de vous partager nos conseils, tant sur les anti-parasitaires que sur leur santé par l’alimentation de qualité.

retrouver tous les commentaires de cet article

Références

  1. [] Centre Antipoison Animal – Capae Ouest – https://www.centre-antipoison-animal.com/insecticides.html
  2. [] ANSES – Communiqué de presse – L’Anses retire l’autorisation de mise sur le marché de certains colliers antiparasitaires destinés aux animaux de compagnie – Maisons-Alfort, le 17 avril 2012 : https://www.anses.fr/fr/system/files/CP-colliers-APE.pdf
  3. [] Science et Avenir : Les traitements anti-puces toxiques pour les enfants et les animaux ? Par Johanne-Eva Desvages le 18.07.2016
  4. [] ANSES, Ne traitez pas votre chat avec un antiparasitaire pour chien, Actualité du 05/05/2021, https://www.anses.fr/fr/content/ne-traitez-pas-votre-chat-avec-un-antiparasitaire-pour-chien
  5. [] Nicholas M, SuttonBSc, Clinical effects and outcome of feline permethrin spot-on poisonings reported to the Veterinary Poisons Information Service (VPIS), London, Journal of Feline Medicine & Surgery, Volume 9,Issue 4, August 2007, Pages 335-33
  6. [] Lara A.Boland , John M.Angles, Feline permethrin toxicity: retrospective study of 42 cases, Journal of Feline Medicine & Surgery, Volume 12, Issue 2, February 2010, Pages 61-7, https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1098612X09002721#!
  7. [] DE Ray, PJ Forshaw. Pyrethroid insecticides: poisoning syndromes, synergies, and therapy. J Toxicol Clin Toxicol. 2000;38(2):95-101. DOI: 10.1081/clt-100100922
  8. [] A.Anadón, M.R.Martínez-Larrañaga, M.A.Martínez, Use and abuse of pyrethrins and synthetic pyrethroids in veterinary medicine, The Veterinary JournalVolume 182, Issue 1, October 2009, Pages 7-20, https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1090023308001573
  9. [] ANSES – Liste des médicaments antiparasitaires autorisés chez le chien et contenant de la perméthrine – https://www.anses.fr/fr/system/files/ANSES-Ft-Permethrine.pdf
  10. [] Centre antipoison animal – Capae Ouest – https://www.centre-antipoison-animal.com/insecticides.html
  11. [] ANSES – Des faux colliers antiparasitaires vendus sur internet, 03/12/2020 : https://www.anses.fr/fr/content/des-faux-colliers-antiparasitaires-vendus-sur-internet
  12. [] [] ANSES – IRCP – ANMV – Firprokil spray – http://www.ircp.anmv.anses.fr/rcp.aspx?NomMedicament=FIPROKIL+2%2C5+MG+SPRAY+FIPRONIL+CHATS+CHIENS
  13. [] [] Kim Schumacher. Etude rétrospective des déclarations d’effets indésirables graves lors d’utilisation d’antiparasitaires externes chez le chat et le chien. Médecine vétérinaire et santé animale. Université Paris-Est Créteil Val de Marne (UPEC); École nationale vétérinaire d’Alfort, 2016. Français. Fftel01874183
  14. [] RCP (Résumé des Caractéristiques du Produit) de l’antiparasitaire comfortis pour chien et chat : https://ec.europa.eu/health/documents/community-register/2013/20130114125064/anx_125064_fr.pdf
  15. [] Les insecticides  – Centre Antipoison Animal – Capae Ouest – https://www.centre-antipoison-animal.com/insecticides.html
  16. [] [] [] Valerie Palmieri,W. Jean Dodds, Judy Morgan, Elizabeth Carney, Herbert A. Fritsche, Jaclyn Jeffrey, Rowan Bullock, Jon P. Kimball, Survey of canine use and safety of isoxazoline parasiticides, 02 June 2020, https://doi.org/10.1002/vms3.285
  17. [] RCP (Résumé des Caractéristiques du Produit) du Fluralaner en tant qu’antiparasitaire pour chien et chat : https://www.ema.europa.eu/en/documents/product-information/bravecto-epar-product-information_fr.pdf 
  18. [] RCP (Résumé des Caractéristiques du Produit) de l’afoxolaner en tant qu’antiparasitaire pour chien et chat : https://www.ema.europa.eu/en/documents/product-information/nexgard-epar-product-information_fr.pdf
  19. [] RCP (Résumé des Caractéristiques du Produit) de l’antiparasitaire comfortis pour chien et chat : https://ec.europa.eu/health/documents/community-register/2013/20130114125064/anx_125064_fr.pdf
  20. [] FDA (Food and Drug Administration)  Fact Sheet for Pet Owners and Veterinarians about Potential Adverse Events Associated with Isoxazoline Flea and Tick Products,  13/08/2021  https://www.fda.gov/animal-veterinary/animal-health-literacy/fact-sheet-pet-owners-and-veterinarians-about-potential-adverse-events-associated-isoxazoline-flea
  21. [] Kim Schumacher. Etude rétrospective des déclarations d’effets indésirables graves lors d’utilisation d’antiparasitaires externes chez le chat et le chien. Médecine vétérinaire et santé animale. Université Paris-Est Créteil Val de Marne (UPEC); École nationale vétérinaire d’Alfort, 2016. Français. Fftel01874183
  22. [] Centre antipoison animal – Capae Ouest – https://www.centre-antipoison-animal.com/insecticides.html
  23. [] Kim Schumacher. Etude rétrospective des déclarations d’effets indésirables graves lors d’utilisation d’antiparasitaires externes chez le chat et le chien. Médecine vétérinaire et santé animale. Université Paris-Est Créteil Val de Marne (UPEC); École nationale vétérinaire d’Alfort, 2016. Français. Fftel01874183
  24. [] Evans SJW, Waller PC, Davis S. Use of proportional reporting ratios (PRRs) for signal generation from spontaneous adverse drug reaction reports. Pharmacoepidemiol Drug Saf. 2001 Oct;10(6):483–6.
  25. [] EMA – Committee for Medicinal Products for Veterinary Use (CVMP) meeting of 5–7 September 2017; Cumulative Reports from Jan 2013 – Sept 2017.
  26. [] Valerie Palmieri,W. Jean Dodds, Judy Morgan, Elizabeth Carney, Herbert A. Fritsche, Jaclyn Jeffrey, Rowan Bullock, Jon P. Kimball, Survey of canine use and safety of isoxazoline parasiticides, 02 June 2020, https://doi.org/10.1002/vms3.285
  27. [] ANSES – Communiqué de presse – L’Anses retire l’autorisation de mise sur le marché de certains colliers antiparasitaires destinés aux animaux de compagnie – Maisons-Alfort, le 17 avril 2012 : https://www.anses.fr/fr/system/files/CP-colliers-APE.pdf
  28. [] Science et Avenir : Les traitements anti-puces toxiques pour les enfants et les animaux ? Par Johanne-Eva Desvages le 18.07.2016
  29. [] ANSES, Transitional period, DPR Biocides, 01.06.2021, https://www.helpdesk-biocides.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=102&Itemid=208&lang=en
  30. [] Géraniol, Fiche toxicologique n° 315, Mars 2017, https://www.inrs.fr/publications/bdd/fichetox/fiche.html?refINRS=FICHETOX_315&section=pathologieToxicologie
  31. [] [] Genovese, A.G., McLean, M.K. and Khan, S.A. (2012), Adverse reactions from essential oil-containing natural flea products exempted from Environmental Protection Agency regulations in dogs and cats. Journal of Veterinary Emergency and Critical Care, 22: 470-475. https://doi.org/10.1111/j.1476-4431.2012.00780.x
  32. [] [] Addie DD, Boucraut-Baralon C, Egberink H, Frymus T, Gruffydd-Jones T, Hartmann K, Horzinek MC, Hosie MJ, Lloret A, Lutz H, Marsilio F, Pennisi MG, Radford AD, Thiry E, Truyen U, Möstl K; European Advisory Board on Cat Diseases. Disinfectant choices in veterinary practices, shelters and households: ABCD guidelines on safe and effective disinfection for feline environments. J Feline Med Surg. 2015 Jul;17(7):594-605. 10.1177/1098612X15588450
  33. [] Lee, K.A., Harnett, J.E. and Cairns, R. (2020), Essential oil exposures in Australia: analysis of cases reported to the NSW Poisons Information Centre. Med. J. Aust., 212: 132-133. https://doi.org/10.5694/mja2.50403
  34. [] ANSES, Réactions cutanées et oculaires aux bracelets répulsifs anti-insectes, Étude rétrospective des observations enregistrées par les Centres antipoison et de toxicovigilance français (2012-2019), Rapport d’étude, Novembre 2019,  Édition scientifique, https://www.anses.fr/fr/system/files/Toxicovigilance2012SA0277Ra.pdf
  35. [] Centre antipoison animal – Capae Ouest – Les huiles essentielles – https://www.centre-antipoison-animal.com/huiles-essentielles.html

Partagez cet article

  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Imprimer

Vous aimerez lire aussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cocher cette case pour accepter notre Politique de confidentialité

Davy Ros

Né à l’Elevage des Joyeuses Gambades (meilleur élevage de France dès 1998), j’ai très tôt compris et admis l’impact largement sous-estimé de l’alimentation sur le développement des maladies contemporaines des chiens et chats.

C’est pourquoi en 2014, après mes études médicales, j’ai décidé de consacrer tout mon temps à la recherche et à la santé animale.

Aujourd’hui, les résultats que vous obtenez sont notre fierté !

Davy Ros

Président Fondateur de CROQ’ la Vie
Chercheur en santé et en nutrition animale

+ de conseils

sur notre chaine Youtube

Découvrir