Quel anti-puce pour chien choisir pour préserver sa santé ?

45 vues 0 commentaire
9 minutes de lecture

Face à votre chien qui est infesté de puces, vous vous retrouvez bien démuni : il existe tant de produits antiparasitaires possibles pour l’aider à s’en débarrasser ! Que faut-il choisir entre un shampoing, une pipette, un comprimé, un collier, voire un traitement anti-puces naturel ?

C’est pour vous aider à faire le bon choix que nous faisons ici un tour d’horizon des anti-puces pour chien, de leur efficacité, et de leurs risques potentiels pour la santé de votre compagnon.

À l’issue de votre lecture, vous aurez toutes les cartes en main pour faire un choix raisonné pour votre cher toutou !

Les traitements anti-puces pour chien traditionnels : attention à leur toxicité !

Généralement, les propriétaires qui souhaitent lutter contre les puces du chien utilisent des produits traditionnels, que l’on trouve en pharmacie, tels que les pipettes, colliers, comprimés, sprays et shampooings anti-puces.

Mais si l’efficacité de ses produits est effectivement redoutable, vous allez découvrir qu’ils sont loin d’être inoffensifs pour votre compagnon…

Les pipettes et colliers anti-puces pour chien

Ces produits antiparasitaires diffusent en continu la substance active anti-puces dans l’organisme du chien. L’un de leurs grands avantages est de protéger l’animal contre plusieurs types de parasites à la fois.

Parmi les marques de pipettes les plus connues, on compte Advantix, Frontline, Fiprotec (Beaphar), Prac-Tic, et Caniguard. Côté colliers anti-puces pour chien, on peut citer Seresto, Vetocanis, Canishield, ou encore Francodex.

Qui plus est, ils sont très simples à utiliser :

  • Avec les pipettes spot-on anti-puces, vous déposez le produit à l’arrière du cou du chien (pour éviter qu’il ne lèche la zone avant qu’elle ne sèche), et le produit se diffuse ensuite à travers les pores de sa peau. La période de protection grâce à une pipette anti-puces pour chien varie de 4 à 12 semaines, selon le produit utilisé.
  • Avec un collier anti-puces, la diffusion se fait soit par une poudre microfine d’insecticide propoxur, soit par du gaz d’insecticide dynaplate, selon les produits. La période de protection contre les puces varie de 8 à 10 mois selon le collier utilisé.

Les comprimés anti-puces pour chien

Contrairement aux colliers et aux pipettes anti-puces, les substances actives contenues dans les comprimés anti-puces pour chien sont ingérées par l’animal de compagnie. Celles-ci se diffusent dans son organisme au bout de deux heures, et permettent d’assurer une protection contre les parasites jusqu’à 12 semaines, selon les comprimés.

Parmi les marques de comprimés anti-puces, vous retrouverez notamment Credelio, Capstar, Bravecto, Nexgard ou encore Comfortis.

Ces produits anti-puces nécessitent eux aussi quelques précautions lorsqu’ils sont administrés à votre compagnon. Attention à bien vous laver les mains après administration du traitement : en effet, certains produits peuvent être nocifs après ingestion, et des réactions d’hypersensibilité aux insecticides qu’ils contiennent ont été rapportées chez les humains.

Enfin, il n’est pas recommandé d’administrer certains de ces comprimés à moins de 8 semaines d’intervalle, car leur innocuité pour des intervalles plus courts n’a pas été testée.

Les sprays et shampoings anti-puces pour chien

Les shampoings et sprays anti-puces pour chien sont des traitements antiparasitaires à usage externe. Ils s’avèrent plutôt utiles pour se débarrasser des puces du chien s’il est fortement infesté par ces parasites.

Parmi les marques les plus connues, vous retrouverez…

  • Pour les sprays : Frontline, Effipro, Duowin, Beaphar Caniguard…
  • Pour les shampoings : Pulvex, Vetotonic, Clément Thekan…

Ces deux types de traitements contiennent une substance active insecticide, qui vient tuer les puces. C’est pourquoi il est nécessaire de porter des gants et un tablier imperméable lorsque vous les utilisez, et d’éviter tout contact avec la bouche et les yeux. Si vous avez recours à un spray, veillez également à l’utiliser dans un espace bien aéré.

Bon à noter : Il ne faut absolument jamais utiliser de traitement anti-puces pour chien sur un chat, quelle que soit sa forme ! En effet, l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité de l’Alimentation) reporte régulièrement bon nombre d’accidents graves, voire mortels, suite à l’administration d’un traitement destiné aux chiens sur des chats1.

Par exemple, la substance active qu’est la perméthrine, que l’on retrouve dans quasiment toutes les pipettes pour chien, est un véritable poison pour le chat, dont une seule goutte peut provoquer la mort de l’animal234567. La vigilance est donc de rigueur !

S’agit-il de produits inoffensifs pour nos chiens ?

En tant que propriétaire soucieux de la santé de votre compagnon, vous vous posez sans doute cette question. Malheureusement, la réponse est non : bon nombre de produits antiparasitaires pour animaux de compagnie, qu’ils soient répulsifs ou insecticides, présentent des risques assez importants pour leur santé.

C’est ce que prouve une étude indépendante menée en 2018 auprès de vétérinaires et propriétaires, nommée Project Jake Survey, en étudiant l’utilisation et l’innocuité des antiparasitaires à base d’isoxazoline (utilisé dans tous les comprimés anti-puces du marché) sur plus de 1500 animaux. Les résultats sont saisissants : lorsque ce traitement contre les puces a été administré, des effets secondaires ont été signalés dans 66,6 % des cas.

Parmi ces effets indésirables, on retrouve notamment des troubles digestifs (diarrhées, vomissements, inappétence, ptyalisme), des démangeaisons8910, mais également des allergies sur la peau du chat à l’endroit où le produit a été déposé (pour les pipettes et colliers).
Plus rarement, ces produits peuvent également engendrer des états léthargiques, des tremblements musculaires, une ataxie, des convulsions11, des paralysies, des surdités, des insuffisances rénales et de cardiomyopathies pour les antiparasitaires externes127.
Et ces effets indésirables sont pourtant peu rapportés avant la commercialisation de ces produits !

Au-delà de ces effets indésirables, bien mentionnés (même si leur fréquence est sous-estimée par les laboratoires) sur les notices, il faut comprendre que les anti-puces pour chien ont une action sur le système nerveux central des parasites. Or, des études ont pu prouver que ces mêmes molécules provoquent souvent également des troubles neurologiques sur les mammifères que sont les chiens et les chats1213.

C’est ce que prouve l’étude mondiale nommée “Enquête sur l’utilisation canine et l’innocuité des antiparasitaires à l’isoxazoline”, menée en 2018 et publiée en 2020. Celle-ci dévoile que le nombre de troubles neurologiques et de décès suite à l’administration de ces traitements est largement sous-estimé en post-commercialisation14. Ainsi, on retrouverait les effets indésirables suivants…

  • Léthargie ou dépression chez 26% des animaux
  • Perte d’appétit chez 26% des animaux traités
  • Ataxie chez 14% des animaux traités
  • Morts chez 13,7% des animaux traités
  • Convulsions chez 13,7% des animaux traités
  • Tremblements chez 16% des animaux traités

La vigilance envers ces produits pharmaceutiques est donc de rigueur, tant la balance-bénéfices / risques penche du mauvais côté !

Les traitements anti-puces naturels : que faut-il en penser ?

Face à ces alertes concernant la dangerosité des produits anti-puces pour chien traditionnels, bon nombre de maîtres se tournent vers des solutions naturelles contre les puces. Mais celles-ci sont-elles aussi efficaces ? Et présentent-elles, elles aussi, des dangers pour la santé de nos compagnons ? Faisons ensemble un tour d’horizon, pour vous aider à faire le meilleur choix pour votre chien.

Les huiles essentielles contre les puces du chien

À l’origine, les huiles essentielles étaient utilisées sur l’environnement du chien souffrant d’une infestation de puces, comme produits répulsifs.

Cependant, depuis peu de temps, les laboratoires qui commercialisent ces huiles y ont ajouté de nouvelles substances qui jouent un rôle insecticide, comme le géraniol. Désormais, les huiles essentielles s’appliquent directement sur le pelage du chien (via des pipettes, colliers ou sprays), ou bien doivent être avalées par l’animal (sous forme de comprimés).

Le géraniol se retrouve presque dans tous les anti-puces pour chien naturels, et est également naturellement présent dans certaines huiles essentielles, telles que celles de géranium, de citron et de citronnelle.

Mais il est important de savoir que le géraniol est toujours en cours d’évaluation au niveau européen : il ne dispose pour l’heure que d’une autorisation provisoire de mise sur le marché, ou d’un régime transitoire, jusqu’en 2023. Ainsi, nous n’avons pour l’heure pas assez de recul pour savoir s’il présente des effets secondaires à moyen ou long terme sur les chiens.

Cependant, on sait déjà que certaines huiles essentielles peuvent provoquer des effets indésirables, parfois graves, sur nos compagnons :

  • L’huile essentielle de lavande n’est pas totalement évacuable via le foie de l’animal, même par simple application sur la peau15
  • Les produits à base d’huile d’arbre à thé Melaleuca alternifolia peuvent aller jusqu’à entraîner le décès du chien16
  • Les huiles essentielles de menthe poivrée, de cannelle, de citronnelle et de clou de girofle, selon la même étude, engendrent chez 5 à 9% des chiens traités des effets indésirables tels qu’une agitation, une hypersalivation, une léthargie, et parfois des convulsions

Qui plus est, plusieurs études et rapports officiels, datant de 2019 ou 2020, indiquent que les huiles essentielles les plus toxiques pour nos animaux de compagnie sont les huiles essentielles d’eucalyptus, d’arbre à thé, de lavande et de clou de girofle1718.

En somme, “naturel” ne veut pas dire “sans danger”, au contraire ! Par mesure de vigilance, nous ne recommandons pas l’utilisation de ces huiles essentielles anti-puces pour chien.

La Terre de Diatomée : le meilleur anti-puces naturel pour chien, vraiment sans risques

D’après notre expérience d’éleveurs, au contact des chiens depuis plus de 30 ans, il n’existe qu’un seul anti-puces pour chien efficace et sans aucun risque pour la santé de l’animal. Il s’agit de la Terre de Diatomée.

La Terre de Diatomée est une poudre blanche composée de 80 à 90% de silice minérale, soit des dépôts de micro-organismes marins et de roche volcanique. Vous la trouverez également sous les noms de Terre d’infusions, dioxyde de silicium, ou tellurine.

Son grand avantage : elle est efficace contre les puces et les tiques, et ne présente aucun effet secondaire, ni pour le chien ni pour l’homme !

Pour l’utiliser, rien de plus simple :

  • Saupoudrez la Terre de Diatomée directement sur le poil du chien, en faisant en sorte qu’il n’en inhale pas
  • Caressez votre compagnon à rebrousse-poil pour faire pénétrer la poudre entre les poils
  • Laissez agir 48 à 72h, selon le degré d’infestation par les puces
  • Brossez votre chien

En cas de fortes infestations, il est recommandé de renouveler ce traitement anti-puces naturel pour chien sur 3 semaines, pour un effet optimal.

Pour un traitement anti-puces complet, n’oubliez pas de traiter l’environnement du chien

Vous le savez peut-être déjà, mais il est crucial, si votre chien souffre d’une infestation de puces, de traiter également son environnement. En effet, des puces, des oeufs ou des larves de puces peuvent encore s’y cacher, et elles se feront une joie de retourner infester le poil de votre animal si vous ne vous en débarrassez pas.

Bonne nouvelle : la Terre de Diatomée est également efficace pour cet usage. Il suffit de la saupoudrer là où votre chien passe du temps (sur les tissus, dans son panier, sur des couvertures…), et de la laisser agir 48 heures avant de brosser ou passer l’aspirateur.

Vous avez d’autres questions sur les anti-puces pour chien, ou bien la santé de votre compagnon ? Nous nous faisons un plaisir d’y répondre, grâce à notre riche expérience issue du terrain ! Contactez-nous via les commentaires ci-dessous, ou directement par email.

retrouver tous les commentaires de cet article

Références

  1. [] ANSES, Ne traitez pas votre chat avec un antiparasitaire pour chien, Actualité du 05/05/2021, https://www.anses.fr/fr/content/ne-traitez-pas-votre-chat-avec-un-antiparasitaire-pour-chien
  2. [] ]Nicholas M, SuttonBSc, Clinical effects and outcome of feline permethrin spot-on poisonings reported to the Veterinary Poisons Information Service (VPIS), London, Journal of Feline Medicine & Surgery, Volume 9,Issue 4, August 2007, Pages 335-33
  3. [] ]Lara A.Boland , John M.Angles, Feline permethrin toxicity: retrospective study of 42 cases, Journal of Feline Medicine & Surgery, Volume 12, Issue 2, February 2010, Pages 61-7, https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1098612X09002721#!
  4. [] ]DE Ray, PJ Forshaw. Pyrethroid insecticides: poisoning syndromes, synergies, and therapy. J Toxicol Clin Toxicol. 2000;38(2):95-101. DOI: 10.1081/clt-100100922
  5. [] ]A.Anadón, M.R.Martínez-Larrañaga, M.A.Martínez, Use and abuse of pyrethrins and synthetic pyrethroids in veterinary medicine, The Veterinary JournalVolume 182, Issue 1, October 2009, Pages 7-20, https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1090023308001573
  6. [] ]ANSES – Liste des médicaments antiparasitaires autorisés chez le chien et contenant de la perméthrine – https://www.anses.fr/fr/system/files/ANSES-Ft-Permethrine.pdf
  7. [] [] ]Centre antipoison animal – Capae Ouest – https://www.centre-antipoison-animal.com/insecticides.html
  8. [] ]RCP (Résumé des Caractéristiques du Produit) de l’afoxolaner en tant qu’antiparasitaire pour chien et chat : https://www.ema.europa.eu/en/documents/product-information/nexgard-epar-product-information_fr.pdf
  9. [] ]RCP (Résumé des Caractéristiques du Produit) de l’antiparasitaire comfortis pour chien et chat : https://ec.europa.eu/health/documents/community-register/2013/20130114125064/anx_125064_fr.pdf
  10. [] ]RCP (Résumé des Caractéristiques du Produit) du Fluralaner en tant qu’antiparasitaire pour chien et chat : https://www.ema.europa.eu/en/documents/product-information/bravecto-epar-product-information_fr.pdf
  11. [] ]FDA (Food and Drug Administration) Fact Sheet for Pet Owners and Veterinarians about Potential Adverse Events Associated with Isoxazoline Flea and Tick Products, 13/08/2021 https://www.fda.gov/animal-veterinary/animal-health-literacy/fact-sheet-pet-owners-and-veterinarians-about-potential-adverse-events-associated-isoxazoline-flea
  12. [] [] ]Kim Schumacher. Etude rétrospective des déclarations d’effets indésirables graves lors d’utilisation d’antiparasitaires externes chez le chat et le chien. Médecine vétérinaire et santé animale. Université Paris-Est Créteil Val de Marne (UPEC); École nationale vétérinaire d’Alfort, 2016. Français. Fftel01874183
  13. [] ]Evans SJW, Waller PC, Davis S. Use of proportional reporting ratios (PRRs) for signal generation from spontaneous adverse drug reaction reports. Pharmacoepidemiol Drug Saf. 2001 Oct;10(6):483–6.
  14. [] ANSES, Transitional period, DPR Biocides, 01.06.2021, https://www.helpdesk-biocides.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=102&Itemid=208&lang=en
  15. [] Genovese, A.G., McLean, M.K. and Khan, S.A. (2012), Adverse reactions from essential oil-containing natural flea products exempted from Environmental Protection Agency regulations in dogs and cats. Journal of Veterinary Emergency and Critical Care, 22: 470-475. https://doi.org/10.1111/j.1476-4431.2012.00780.x
  16. [] Addie DD, Boucraut-Baralon C, Egberink H, Frymus T, Gruffydd-Jones T, Hartmann K, Horzinek MC, Hosie MJ, Lloret A, Lutz H, Marsilio F, Pennisi MG, Radford AD, Thiry E, Truyen U, Möstl K; European Advisory Board on Cat Diseases. Disinfectant choices in veterinary practices, shelters and households: ABCD guidelines on safe and effective disinfection for feline environments. J Feline Med Surg. 2015 Jul;17(7):594-605. 10.1177/1098612X15588450
  17. [] Lee, K.A., Harnett, J.E. and Cairns, R. (2020), Essential oil exposures in Australia: analysis of cases reported to the NSW Poisons Information Centre. Med. J. Aust., 212: 132-133. https://doi.org/10.5694/mja2.50403
  18. [] ANSES, Réactions cutanées et oculaires aux bracelets répulsifs anti-insectes, Étude rétrospective des observations enregistrées par les Centres antipoison et de toxicovigilance français (2012-2019), Rapport d’étude, Novembre 2019, Édition scientifique, https://www.anses.fr/fr/system/files/Toxicovigilance2012SA0277Ra.pdf

Partagez cet article

Vous aimerez lire aussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cocher cette case pour accepter notre Politique de confidentialité

QUI EST À L’ORIGINE DU BLOG CROQ LA VIE ?

Davy Ros

Davy Ros :

Ostéopathe D.F.O. et Hygiéniste, spécialisé en nutrition animale à l’élevage Joyeuses Gambades.

NOS ALIMENTS ET NOTRE BOUTIQUE SANTÉ

La boutique