fbpx
Diarrhée chienSanté du chienVermifuge chien

Coccidiose chez le chien : la reconnaître et la soigner

Depuis quelque temps, votre chien a un transit très perturbé, avec ce qui ressemble à de la diarrhée… Il souffre peut-être d’une parasitose, une maladie parasitaire de l’intestin. Pour faire simple, votre compagnon souffre peut-être de vers.

Cependant, il existe plusieurs types de parasitoses, plus ou moins courantes et graves. Dans certains cas, les vermifuges classiques ne suffisent pas voire sont totalement inefficaces contre certains parasites microscopiques, c’est pourquoi il faut être bien conseillé. Parmi ces parasitoses microscopiques on retrouve la Coccidiose : près de 11% des chiens en souffrent12. Et si le vôtre en faisait partie ? On vous explique aujourd’hui comment détecter la Coccidiose, la traiter et éviter les récidives.

Comment repérer la Coccidiose ?

Les parasites responsables de la Coccidiose sont appelés Coccidies et se développent dans le système digestif de votre animal. Les Coccidies sont des protozoaires, c’est-à-dire qu’ils ne sont composés que d’une seule cellule. Ils sont minuscules et, de ce fait, invisibles à l’oeil nu.

Pour reconnaître cette affection, la technique la plus simple va être d’observer l’apparence des selles de votre chien, lorsque ces dernières présentent des symptômes assez spécifiques. Voici les signes qui ne trompent pas :

  • Des selles beaucoup plus claires que d’habitude, pouvant tirer sur un vrai jaune ou orange en fonction des cas
  • Des selles très molles ou même liquides, et ce depuis plusieurs jours, semaines voire mois lorsque la Coccidiose n’est pas détectée au départ

La Coccidiose touche plus couramment les chiens disposant d’un système immunitaire immature (les chiots) ou affaibli (les chiens adultes à la santé intestinale fragile). Si les selles de votre chien correspondent aux descriptions ci-dessus, ne tardez pas à agir, tout spécialement dans le cas d’un jeune chiot, car les conséquences de la Coccidiose chez le chiot peuvent être graves, lorsqu’elles ne sont pas fatales. En effet les diarrhées liquides peuvent rapidement entraîner une très forte déshydratation du chiot.

En cas de diarrhée chronique et persistante, votre chien peut finir par souffrir d’amaigrissement, de vomissements voire de déshydratation. Alors, que faire ?

Quelle solution contre la Coccidiose ?

Nous vous conseillons de contacter au plus vite votre vétérinaire afin de poser un diagnostic expert après analyse des selles sur ce que vous avez observé. Il est absolument nécessaire que votre vétérinaire recherche la Coccidiose face à ce type de symptômes. Il faut savoir que la coccidiose n’est malheureusement pas systématiquement recherchée car le test de la coccidiose ne fait pas partie des tests parasitaires généraux malgré la forte proportion de chiens atteints. N’hésitez donc pas à demander à ce que la recherche de la Coccidiose soit faite, afin d’orienter l’analyse. Votre vétérinaire effectuera un prélèvement et une analyse de selles.

La Coccidiose ne réagit pas comme d’autres parasitoses plus classiques : les vermifuges s’avèrent inefficaces. Donner un vermifuge, quelqu’il soit, ne sera donc d’aucune utilité. La solution réside dans la prescription d’un antibiotique bien spécifique. Votre vétérinaire vous orientera sur un médicament de la famille des Sulfamides / Triméthoprime3, comme par exemple le Bactrim4 ou le Sultrian5.

Le traitement dure 5 jours, et une amélioration est constatée dès les premières 48h dans la plupart des cas : l’aspect et la consistance des selles s’améliorent, et votre compagnon retrouve progressivement son confort digestif.

Comment faire la différence entre Giardiose et Coccidiose chez le chien ?

Et si c’était la Giardiose ?

Votre chien présente des problèmes digestifs, sans que ceux-ci semblent correspondre à une Coccidiose ? Une autre affection probable lorsqu’il n’y a pas de présence de vers est la Giardiose, elle aussi faisant partie de la famille des parasitoses microscopique.

Causée par un parasite du petit nom de Giardia, la Giardiose touche près de 13% des chiens. 1. Malheureusement, elle trop souvent mal diagnostiquée ou non détectée car tout simplement non recherchée lors des analyses. Lorsque cette dernière est détectée, elle n’est malheureusement pas toujours correctement soignée avec le bon vermifuge ou antibiotique non plus.

Comme pour la Coccidiose, commencez par jeter un oeil aux selles de votre compagnon pour obtenir quelques pistes :

  • Pour l’aspect, les selles sont molles et mal formées
  • La présence de glaires, sous forme de mucus, est extrêmement courante
  • Côté couleur, les selles de votre chien peuvent apparaitrent éventuellement ternes, tirant éventuellement vers le gris et très souvent avec la présence de couleurs verdâtres
  • Du sang peut apparaître assez fréquemment mais non systématiquement.

Si vous reconnaissez plusieurs de ces caractéristiques, il est probable que votre chien souffre de Giardiose.

Là encore, la meilleure solution est de s’adresser au plus vite à un professionnel de la santé canine, qui viendra confirmer ou infirmer vos doutes. Il pourra lancer une analyse parasitaire générale, et nous vous invitons à l’orienter sur la piste de la Giardiose afin qu’une recherche parasitaire correspondante soit effectuée.

Contrairement à la Coccidiose, il est possible d’éradiquer, dans la plupart des cas (environ 60% des cas), la Giardiose grâce à un vermifuge bien spécifique. Pour en savoir plus sur cette affection si courante et ses traitements, consultez notre guide dédié.

Vous vous êtes débarrassés de la Coccidiose ou de la Giardiose de votre compagnon… félicitations, c’est un sacré soulagement ! Mais pour bien faire, il faut s’assurer que cette affection ne réapparaisse pas. Pour ce faire, il s’agit de traiter le problème à la source.

D'où provient généralement la Coccidiose chez le chien ? De ce que contient sa gamelle

D’où viennent ces infections parasitaires de votre chien ?

Digestion difficile, aliments de pauvre qualité et aliments non adaptés dans les intestins sont un terrain propice à la prolifération des vers chez votre compagnon, qu’il s’agisse de Coccidies (Coccidiose) ou de Giardas (Giardiose). En effet, ces derniers se nourrissent de ces aliments non digérés et non adaptés aux Besoins Biologiques et Naturels de votre compagnon préféré.

Il faut donc s’interroger sur les principaux responsables dans l’alimentation de votre chien, à l’origine du développement de parasites intestinaux et qu’il faudrait éviter au maximum.

  • Les fruits et légumes, non adaptés au régime carnivore, voire reconnus comme toxiques pour certains et potentiellement dangereux. N’oubliez pas que votre chien est un carnivore domestiqué. Les légumes et fruits sont souvent utilisés pour remplacer les céréales dans les croquettes, les consommateurs pensent souvent à tort que ces aliments sont moins riches en glucides, mais il n’en est rien puisqu’ils le sont tout autant. Les glucides des céréales sont remplacés par des glucides complexes issus de légumes : pomme de terre, patate douce, pois, lentille, pois-chiche… Est-ce réellement des aliments adaptés pour nos animaux ? Les conséquences ? Diarrhées chroniques, flatulences, vomissements, gastrites, cardiomyopathies6… Certains légumes, comme la pomme de terre, ont même déjà été enregistrés au Centre Antipoison de l’Ecole Vétérinaire7 et d’autres tels que la patate douce, les pois, les lentilles, les pois-chiches, … sont depuis 2017 mis sous très haute surveillance par la FDA (U.S. Food and Drug Administration) à cause des pathologies que ces derniers entraînent6. Vérifiez donc bien vos croquettes et restez vigilants sur ce point.
  • Les protéines inadaptées et/ou de mauvaise qualité. Question qualité, les sous-produits animaux qui ne sont ni plus ni moins que les “déchets” de l’industrie agro-alimentaire tels que définis par le SIFCO8 (carcasse, tendon, pattes, plumes, tête, …), les protéines végétales, les protéines cuites à ultra-haute température… sont monnaie courante, mais là aussi à proscrire. A noter que le chien tolère mal le boeuf et que le porc est acidifiant, ils sont donc peu indiqués pour son système digestif.
  • Les glucides à trop forte dose. Au-delà de 1/3, c’est-à-dire à proportion de 33% de la composition totale de sa nourriture, ceux-ci peuvent s’avérer mauvais pour votre chien. Une trop forte portion de glucides favorisent la prolifération des parasites intestinaux.

Une alimentation adaptée aux Besoins Biologiques et Naturels de votre chien est donc la clé pour maintenir la bonne santé de sa flore intestinale éviter une récidive de la Coccidiose ou de la Giardiose et mêle de tous parasites tels que les vers ronds ou plats.

La nourriture étant à l'origine de la Coccidiose chez le chien, il vous faut lui choisir une alimentation adaptée pour éviter la récidive

Quelle alimentation pour débarrasser votre chien des parasitoses ?

Ce qu’un chien peut ou ne peut pas assimiler, et ce qui lui est bénéfique ou toxique repose majoritairement sur deux observations physiologiques et anatomiques. D’une part, c’est un carnivore ; d’autre part, son intestin est trois fois plus court que le nôtre, ce qui affecte nécessairement sa digestion et ce qu’il est en capacité ou non de digérer.

En tenant compte de ces deux facteurs, sa nourriture devrait être composée ainsi :

  • Une absence totale de de légumes ou fruits. L’intestin du chien étant trois fois plus court que celui de l’homme, ce dernier n’a absolument pas la capacité de digérer les légumes, pas même en petite quantité. Ceux-ci apportent systématiquement des troubles intestinaux et stomacaux à votre chien : autant donc les bannir purement et simplement. Vous verrez très rapidement une amélioration de sa digestion.
  • Des protéines animales de qualité supérieure. Exit les protéines végétales et les protéines animales de mauvaise qualité ou dont vous ne connaissez pas la provenance.. Faites une place de choix aux protéines agréées à la consommation humaine et cuites à basse température et dont vous connaissez l’origine et la provenance : une garantie de leur haute teneur nutritive et protéinique. Si possible, choisissez la nourriture élaborée avec de la viande d’origine française, avec une bonne traçabilité.
  • Un apport en glucides limité au strict minimum. La règle d’or étant pas plus d’⅓ de la composition totale de sa nourriture, soit 33% maximum. Les glucides sont principalement présents dans les céréales et légumes amylacés utilisés dans les croquettes. Décryptez les étiquettes et faites le choix de croquettes contenant moins de 33% de glucides.

Aux Joyeuses Gambades, nous élevons nos chiens avec passion et professionnalisme et, depuis 20 ans, nous avons développé nos propres croquettes pour répondre à leurs besoins naturels et leur assurer une santé optimale.

Vous l’avez compris : la qualité des croquettes que vous choisissez est primordiale pour la santé de votre compagnon. Les croquettes CROQ’ la Vie sont parfaitement adaptées à sa physiologie : elles sont élaborées avec un excellent apport en protéines et graisses naturelles de canard issus de viande de canard français agréée à la consommation humaine, cuite à basse température, elles ne contiennent que 23% de glucides (strict minimum) et zéro fruit ou légume. Les essayer, c’est les adopter.

Nous savons à quel point les propriétaires de chiens peuvent se trouver désemparés face aux diarrhées chroniques de leur animal. C’est pourquoi nous nous tenons à votre disposition pour en parler : vous pouvez nous contacter directement, ou via les commentaires sous cet article, si vous souhaitez une aide ou des conseils personnalisés.


Références


  1. [] [] SANDRINE HERZOG – Ecole Nationale Veterinaire d’alfort – Faculté de medecine de creteil le 14 mars 2002 – “Etude epidemiologique de la giardiose en elevage canin essai de traitement au fenbendazole” : http://theses.vet-alfort.fr/telecharger.php?id=361
  2. [] Thèse : Claude Bernard : “Importance de la coccidiose à Isospora spp., de la giardiose et de la néosporose en élevage canin : exemple de CESECAH dans le Puy-de-Dôme” – Ecole nationales vétérinaire de Lyon (2008) : http://www2.vetagro-sup.fr/bib/fondoc/th_sout/th_pdf/2008lyon107.pdf
  3. [] Amel Letaief Omezzine – CHU Farhat Hached Sousse : Les anti-coccidies, Les anti-microsporidies – 2010 : https://www.infectiologie.org.tn/pdf_ppt_docs/cmi/05032010/anti_ccocid.pdf
  4. [] RCP Antibiotique Bactrim – anti-coccidien : http://agence-prd.ansm.sante.fr/php/ecodex/rcp/R0201717.htm
  5. [] RCP Antibiotique Sultrian – anti-coccidien : http://www.ircp.anmv.anses.fr/rcp.aspx?NomMedicament=SULTRIAN+400
  6. [] [] FDA (U.S. Food and Drug Administration) – Questions & Answers: FDA Center for Veterinary Medicine’s Investigation into a Possible Connection Between Diet and Canine Heart Disease – June 27, 2019 : https://www.fda.gov/animal-veterinary/animal-health-literacy/questions-answers-fda-center-veterinary-medicines-investigation-possible-connection-between-diet-and
  7. [] Toxicité de la Pomme de terre par le Centre Antipoison Animal de l’Ecole Nationale Vétérinaire : https://www.centre-antipoison-animal.com/pomme-terre.html
  8. [] SIFCO (Syndicat des Industries Françaises des Coproduits Animaux) – Valorisation des sous-produits ou co-produits animaux : https://www.sifco.fr/valorisation#coproduits
Afficher plus
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page