Infection urinaire du chien & antibiotiques : est-ce la solution ?


5 283 vues 2 commentaires

Votre compagnon présente un certain malaise lorsqu’il urine, et il demande à sortir fréquemment pour faire ses besoins ? Vous vous demandez donc s’il ne s’agit pas d’une infection urinaire.

Et face à cette pathologie, vous voudriez connaître l’efficacité des antibiotiques contre les infections urinaires du chien. Bonne nouvelle : vous êtes dans la bonne démarche pour soigner votre compagnon !

Découvrez ici toute notre expertise d’éleveurs à propos de l’infection urinaire du chien et de ses antibiotiques, ainsi que des solutions durables pour stopper totalement les problèmes urinaires canins.

Vous souhaitez entrer en profondeur dans le sujet de l’infection urinaire du chien, pour ne rater aucun élément-clé ? N’hésitez pas à consulter notre article-dossier “ Infection urinaire du chien : une origine alimentaire ?”

D’où vient l’infection urinaire chez le chien ? 

Bien sûr, vous souhaitez aider votre compagnon à se sortir de son souci urinaire au plus vite. Mais prenez d’abord le temps d’évaluer d’où vient ce problème de santé : vous gagnerez en efficacité, pour lui trouver le traitement adéquat.

Un problème de pH urinaire avant tout

Lorsque votre compagnon est en bonne santé, le pH de ses urines est environ de 6,5 (entre 6 et 7 généralement) : il est légèrement acide. C’est cette acidité très subtile qui évite que les bactéries ne se développent dans son système urinaire. En fait, cette urine très légèrement acide représente tout bonnement une des trois parties de la fonction immunitaire du système urinaire chez le chien, au niveau de sa vessie. Les 3 parties formant un système immunitaire urinaire fiable sont :

  • Un pH urinaire légèrement acide,
  • Un mucus de qualité recouvrant la paroi vésicale,
  • Et un système immunitaire à proprement parler.

C’est ainsi que, lorsque le pH urinaire du chien change, pour devenir plus alcalin (contraire d’acide), cela affaiblit le système immunitaire de la vessie, dégrade la qualité du mucus recouvrant sa paroi et laisse la porte ouverte au développement de bactéries, provoquant une cystite ou infection urinaire.

Votre chien va alors développer les symptômes d’une infection urinaire, à savoir : 

  • Une envie très fréquente d’uriner (pollakiurie)
  • Mais des urines qui se font en très petite quantité 
  • Brûlures urinaires
  • Les mâles urinent comme les femelles, sans lever la patte (mictions impérieuses)
  • Des fuites urinaires appelées incontinence urinaire
  • Parfois, la présence de sang dans les urines
  • Des urines très odorantes en cas d’infection, voire très opaques

D’où provient la modification du pH urinaire du chien ?

Mais alors quelles sont les causes du changement de pH des urines de votre chien ? La question est importante, tant sa réponse influe votre capacité à aider votre compagnon.

Globalement, on va retrouver les causes suivantes :

  • Une alimentation inadaptée, notamment comportant beaucoup de céréales (supérieur à ⅓ de l’aliment, soit 33%) ou des légumes, fruits, tubercules ou légumineuses, entraînant un pH alcalin1.
  • Un affaiblissement de la muqueuse vésicale
  • Des cristaux ou calculs dans la vessie du chien
  • Une modification alimentaire brutale
  • Une intoxication alimentaire
  • Un effet secondaire d’un traitement médicamenteux
  • Un stress métabolique
  • Une fatigue, causant une baisse immunitaire, et donc une fragilité plus forte aux attaques bactériennes

Chez bon nombre de chiens aujourd’hui, l’infection urinaire provient directement ou indirectement d’une alimentation non-adaptée à leurs Besoins Biologiques et Naturels. Le pH urinaire, face à l’ingestion d’éléments végétaux (légumes et fruits) ou d’une trop grande quantité de céréales, va être modifié, il va devenir alcalin et causer la cystite.

Toujours bon à savoir : A l’inverse, d’autres ingrédients rendront les urines du chien plus acides et causeront, non pas des infections urinaires, mais des inflammations urinaires sans infection. C’est notamment le cas des protéines et/ou graisses de moins bonne qualité, voire de mauvaise qualité. C’est pourquoi certains chiens font le yoyo entre infection urinaire (urines alcalines) et inflammation sans infection (urines acides), tant qu’ils n’auront pas trouvé l’alimentation répondant réellement à leurs Besoins Biologiques et Naturels.

Les antibiotiques contre l'infection urinaire du chien sont souvent nécessaires

Que penser des antibiotiques contre l’infection urinaire du chien ?

Vous savez désormais à quoi peut être dûe la cystite de votre compagnon. Mais que faut-il alors penser de l’association “infection urinaire du chien + antibiotiques” ? Est-ce réellement la solution idéale ? Réponse ici

Une efficacité relative ?

En cas d’infection urinaire du chien, les antibiotiques peuvent être tout à fait nécessaires : c’est le cas notamment lorsqu’il s’agit d’une réelle infection bactérienne, et non seulement d’une inflammation (liée à une urine acide ou consécutive à des calculs ou cristaux, par exemple).

Dans ce cas-ci, les antibiotiques contre l’infection urinaire du chien éliminent les bactéries de manière radicale, et cela est primordial. Mais ce n’est pas pour autant qu’ils laissent place à un système urinaire “sain”. En effet ils ne permettent pas de repartir sur un pH urinaire normal et c’est bien pour cela qu’avec une simple utilisation d’antibiotiques, la récidive n’est jamais loin !

Notons également que, dans les cas où l’infection menace de remonter par l’uretère, et d’affecter les reins du chien, les antibiotiques sont encore plus essentiels. Ils permettent de limiter l’affection rapidement, pour éviter des problèmes rénaux plus complexes à gérer par la suite.

Comme vous l’avez déjà compris, dans la grande majorité des cas, le traitement par antibiotiques n’est efficace que sur le court terme. Une fois le traitement terminé, bien souvent, la récidive arrive, et les symptômes reprennent de plus belle. C’est pourquoi les antibiotiques contre la cystite du chien sont nécessaires… mais ne sont jamais l’unique solution.

Une nécessité : s’attaquer à l’origine du souci

Finalement, ce souci de récidive de la cystite est assez logique : tant que vous ne vous serez pas attaqué à la racine du problème de votre chien, son infection urinaire reviendra inlassablement. En somme, tant que les bactéries trouveront dans le système urinaire du chien un terrain propice pour se développer, elles le feront de plus belle.

Comme vous le savez désormais, l’infection urinaire du chien est souvent d’origine alimentaire. C’est donc en partie dans la gamelle de votre compagnon qu’il faut aller chercher la solution à ce souci, pour éviter les modifications de pH urinaire et parfois le développement de calculs, notamment grâce à une nouvelle alimentation, plus adaptée aux besoins originels de votre compagnon.

Quelle solution complète pour éradiquer durablement sa cystite ?

Depuis 18 ans désormais, à l’élevage des Joyeuses Gambades, nous mettons en place la philosophie de la Santé par l’Alimentation©. Face à de nombreux soucis de santé chez les chiens, notre réflexe est toujours le même : tenter de trouver une solution naturelle et efficace, au plus proche de la nature des animaux, pour les soigner efficacement et durablement.

C’est ainsi que nous avons conçu une méthode en 4 étapes simples pour vous débarrasser des cystites à répétition du chien.

Étape 1 : Bien hydrater votre chien

Il est important de le savoir : lorsque les urines de votre compagnon sont très concentrées, elles présentent un taux de déchet plus important, qui va venir directement influencer son pH urinaire.

C’est pourquoi, dans un premier temps, il est crucial de vous assurer que votre chien s’hydrate bien tout au long de la journée. Veillez à toujours lui laisser une gamelle d’eau fraîche à disposition (sauf bien sûr dans les quelques cas de chiens qui ne savent pas se réguler et seraient tentés de boire toute la gamelle, ça arrive).

Étape 2 : Lui donner un traitement antibiotique adéquat

Si votre chien est victime d’infections urinaires liées à une infection bactérienne, il vous faudra passer chez votre vétérinaire. Celui-ci procédera dans un premier temps à un antibiogramme, qui vise à tester la sensibilité d’une bactérie à un ou plusieurs antibiotiques.

C’est seulement d’après les résultats de cet antibiogramme que votre vétérinaire pourra vous conseiller le meilleur traitement antibiotique contre l’infection urinaire de votre chien. Car, comme chez les humains, tous les antibiotiques ne sont pas efficaces contre toutes les souches bactériennes.

La durée du traitement et le nombre de prises par jour dépendra du médicament qui vous aura été prescrit.

La nourriture est le meilleur complément contre l'infection urinaire du chien aux antibiotiques

Étape 3 : Faire jeûner votre compagnon

Le fait de mettre l’organisme de votre chien au repos est l’un des remèdes les plus importants, dès qu’il souffre d’un problème de santé lié à son alimentation. Avec l’infection urinaire, c’est bien le cas ; et lorsque le système urinaire de votre chien ne reçoit plus d’éléments toxiques, il peut alors se purifier, et réguler son pH urinaire.

En faisant jeûner votre chien, pendant 24 à 48h selon la gravité de la cystite, vous gagnerez un temps précieux par la suite. Ce jeûne peut être renouvelé si nécessaire au cours d’une même semaine (par exemple, à hauteur de 2 jeûnes d’un jour sur une semaine).

Si votre vétérinaire a prescrit des antibiotiques à votre compagnon, ce jeûne pourra commencer en même temps que le début du traitement médicamenteux.

Étape 4 : Lui choisir une alimentation adaptée à ses Besoins Biologiques et Naturels

Nous arrivons au noeud du souci, celui qui provoque la récidive de l’infection urinaire chez votre cher compagnon : l’alimentation. Vous l’avez compris : le contenu de la gamelle de votre compagnon, et notamment la présence de légumes, fruits, tubercules et légumineuses, ou d’une trop grande part de céréales, sont à incriminer. (Attention tout de même à ne pas oublier de vérifier les notices et potentiels effets secondaires urinaires d’éventuels traitements médicamenteux en cours).

C’est pourquoi il est crucial, dès à présent, de choisir à votre chien une alimentation véritablement respectueuse de ses Besoins Biologiques et Naturels.

Seulement, peut-être êtes vous quelque peu décontenancé par le nombre de possibilités présentes sur le marché. Comment différencier les pâtées et croquettes disponibles en magasin et sur Internet, pour choisir la nourriture la plus adaptée à votre compagnon ?

La réponse, bien que complexe dans son application, est en théorie simple : il s’agit tout simplement d’en revenir à ce qui se rapproche le plus des besoins originels de votre chien. Pour vous aider plus facilement, il s’agit de suivre à la lettre 5 critères-clés de qualité alimentaire pour votre compagnon :

  1. Absolument aucun légume, tubercule, fruit ou légumineuse. Au-delà d’être à l’origine de la modification du pH urinaire du chien comme nous l’explique le département d’urologie de la Faculté de Médecine Vétérinaire de Montréal1, ces ingrédients sont bel et bien, irritants pour le système digestif de nos carnivores domestiques, voire toxiques pour d’autres. À la clé, pour un chien qui en consomme, on retrouvera régulièrement les symptômes suivants : diarrhées chroniques, vomissements de bile, mais aussi pancréatites aiguës, ou encore troubles hépatiques. Le Centre Antipoison Animal lui-même en déclare certains comme toxiques (pomme de terre2, raisin3, ail et oignon4) ; et la FDA américaine (Food and Drug Administration) signale un fort lien potentiel entre légumes et cardiomyopathies canines5. Des dizaines de marques font déjà l’objet de rapports6. La vigilance est donc de rigueur.
  2. Uniquement de bonnes protéines animales, agréées à la consommation humaine. Trop nombreuses sont encore les marques de pâtées et de croquettes qui se satisfont de protéines animales d’une origine douteuse. On retrouve ainsi des sous-produits animaux78 dans bon nombre d’entre elles. Il s’agit tout bonnement de déchets de notre industrie agro-alimentaire humaine, comprenant un mélange de tous les bas-morceaux “de viande” : pattes, têtes, becs, plumes, carcasses, tendons, cuirs, … Évitez également les viandes de pays aux législations plus laxistes, et privilégiez des viandes européennes, si possible françaises.
  3. Un taux de glucides limité à son maximum (en-dessous de 33% de la composition de l’aliment, soit ⅓ de l’aliment). Les glucides sont neutres pour la santé du chien en-dessous de cette limite, mais peuvent provoquer des soucis de santé au-delà et notamment des problèmes urinaires. Mais rappelez-vous tout de même que l’on privilégiera toujours un aliment contenant un petit peu plus de céréales à un autre contenant un peu moins de glucides mais contenant des fruits, légumes, tubercules ou légumineuses.
  4. Un aliment cuit à basse température. Lorsqu’ils sont cuits à très haute température, certains ingrédients créent, d’une part, des AGE (Advanced Glycated End products)9, toxiques pour les reins du chien, et d’autre part, des acrylamides10, des substances cancérigènes. Privilégiez donc une cuisson à basse température, ainsi qu’un enrobage à froid, pour préserver l’intégrité nutritionnelle des bons aliments de base.
  5. Une nourriture testée contre les mycotoxines, OGM et métaux lourds. Nombreuses sont les alertes et études qui pointent du doigt ces éléments comme étant toxiques à long terme sur la santé de nos animaux de compagnie. Autant les éviter, autant que faire se peut, pour préserver leur bien-être tout au long de leur vie.

Nous-mêmes, éleveurs depuis plus de 30 ans, avons pris le parti de suivre à la lettre ces critères de qualité, lorsque nous avons créé, il y a 18 ans, les croquettes CROQ’ la Vie. Ce sont leurs 72% d’ingrédients d’origine animale, leurs 23% de glucides seulement, et l’absence de tout fruit, légume, légumineuse ou tubercule, qui en font des croquettes idéales pour votre compagnon.

Pour vous assurer une totale transparence quant à leur composition, nous les avons fait tester en laboratoires indépendants sous contrôle d’huissier. Les résultats sont disponibles au vu et au su de tous, sur notre site Internet.

Parce que la santé de votre compagnon doit être votre priorité pour lui faire retrouver sa vitalité, pensez à appliquer les 4 étapes-clés pour soigner l’infection urinaire de votre chien. Et si nécessaire, contactez-nous directement pour nous poser vos questions : nous restons disponibles par email, ou via les commentaires ci-dessous.

retrouver tous les commentaires de cet article

Références

  1. [] [] Faculté de Médecine Vétérinaire de Montréal – Service diagnostic – Urology : https://www.medvet.umontreal.ca/servicediagnostic/materiel_pedagogique/urologie/uro_chimie.html
  2. [] Toxicité digestive et nerveuse de la Pomme de terre – Centre antipoison Animal de l’Ecole Nationale Vétérinaire : https://www.centre-antipoison-animal.com/pomme-terre.html
  3. [] Le raisin : enregistré au Centre Antipoison Animal, Chapitre “plantes toxiques” : https://www.centre-antipoison-animal.com/raisin.html
  4. [] L’ail et l’oignon :, enregistrés au Centre Antipoison Animal, Chapitre “plantes toxiques” : https://www.centre-antipoison-animal.com/oignon.html
  5. [] FDA (U.S. Food and Drug Administration) – FDA Investigation into Potential Link between Certain Diets and Canine Dilated Cardiomyopathy – June 27, 2019 : https://www.fda.gov/animal-veterinary/news-events/fda-investigation-potential-link-between-certain-diets-and-canine-dilated-cardiomyopathy
  6. [] FDA (U.S. Food and Drug Administration) – Questions & Answers: FDA Center for Veterinary Medicine’s Investigation into a Possible Connection Between Diet and Canine Heart Disease – June 27, 2019 : https://www.fda.gov/animal-veterinary/animal-health-literacy/questions-answers-fda-center-veterinary-medicines-investigation-possible-connection-between-diet-and
  7. [] RÈGLEMENT (CE) No 1069/2009 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL – du 21 octobre 2009 – établissant des règles sanitaires applicables aux sous-produits animaux et produits dérivés non destinés à la consommation humaine et abrogeant le règlement (CE) no 1774/2002 (règlement relatif aux sous-produits animaux) : https://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2009:300:0001:0033:FR:PDF
  8. [] SIFCO (Syndicat des Industries Françaises des Coproduits Animaux) – Valorisation des sous-produits ou co-produits animaux : https://www.sifco.fr/valorisation#coproduits
  9. [] Bohlender JM (Klinik für Innere Medizin III, Universitätsklinik Jena, Erlanger Allee 101, Jena, Germany), Franke S, Stein G, Wolf G : Advanced glycation end products and the kidney – Am J Physiol Renal Physiol. 2005 Oct;289(4):F645-59 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16159899
  10. [] Croquettes pour chat : la gamelle qui rend malade : https://www.frc.ch/croquettes-pour-chat-la-gamelle-qui-rend-malade/

Partagez cet article

  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Imprimer

Vous aimerez lire aussi…

2 commentaires
  1. bonjour
    ma chienne a une infection urinaire donc 2 fois des antibiotiques
    maintenant on lui donne clavasetin p 250/ 500
    on lui a fait une prise de sang aussi mais elle fait beaucoup pipi
    elle a le eschirichia coli a l’analyse mais le plus c’est quelle n’arrete pas de faire pipi est ce normal
    merci de me répondre

    1. Bonjour,
      Il faut, en effet, veiller à ce que le chien urine normalement (volume, couleur et odeur).
      Je pense que vous avez dû voir cela avec votre vétérinaire pour traiter l’Escherichia coli et l’infection urinaire.
      A côté de cela, nous nous permettons de relever un point essentiel : l’alimentation.
      En effet, certains régimes alimentaires peuvent être prescrits pour enlever l’acidité des urines mais sur le long terme peuvent amener à des urines qui vont devenir non acides (basiques, pH supérieur à 7) de fait, le chien peut développer des infections urinaires.
      Les croquettes très riches en céréales vont également et par exemple rendre les urines basiques et peuvent malheureusement amener à des infections urinaires sur le long terme comme cela est enseigné dans les écoles vétérinaires.
      De notre côté, nous sommes très vigilants à ces points et utilisons une alimentation qui équilibrera le pH de l’urine (faible acidité naturelle sur le long terme), avec nos croquettes CROQ’ la Vie.
      N’hésitez pas à y jeter un œil.
      Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cocher cette case pour accepter notre Politique de confidentialité

Davy Ros

Né à l’Elevage des Joyeuses Gambades (meilleur élevage de France dès 1998), j’ai très tôt compris et admis l’impact largement sous-estimé de l’alimentation sur le développement des maladies contemporaines des chiens et chats.

C’est pourquoi en 2014, après mes études médicales, j’ai décidé de consacrer tout mon temps à la recherche et à la santé animale.

Aujourd’hui, les résultats que vous obtenez sont notre fierté !

Davy Ros

Président Fondateur de CROQ’ la Vie
Chercheur en santé et en nutrition animale

+ de conseils

sur notre chaine Youtube

Découvrir