Laxité ligamentaire du chien : un traitement est-il possible ?

1 829 vues 0 commentaire
6 minutes de lecture

Depuis des années déjà, on constate une recrudescence de cas de laxité ligamentaire chez les chiots. C’est le cas de votre compagnon, et vous cherchez une solution à ce souci, qui entraîne chez lui une posture étrange ?

Vous êtes au bon endroit : découvrez dans cet article, après avoir compris les origines du souci, 2 pistes 100% naturelles pour un traitement de la laxité ligamentaire du chien.

Nous vous proposons ici un traitement sur lequel nous avons encore peu de recul concernant les chiens adultes ayant fini leur croissance. Cependant ce traitement s’est avéré redoutablement efficace sur les chiots ou chien encore en croissance, surtout avant l’âge de 8 mois. Cependant, la solution que nous vous proposons à la fin de l’article mérite toujours d’être testée, puisqu’elle peut influer sur la santé articulaire et ligamentaire de votre compagnon quel que soit son âge.

Comment repérer la laxité ligamentaire chez le chien ?

La laxité ligamentaire chez le chien est un terme technique pour décrire un chien qui présente en général une élasticité particulièrement développée des ligaments des pattes, qui se traduit par des postures anormales.

On repère deux types de postures non-naturelles chez les chiens présentant ce type d’hyperlaxité :

  • Le chien plantigrade, lorsqu’on le regarde de profil, a des aplombs affaissés. Plantigrade des pattes avant, son poignet (ou carpe) touche le sol ; plantigrade des pattes arrière, son talon (ou tarse) touche le sol comme un kangourou.
  • Le chien panard, lorsqu’on le regarde de face, semble avoir des pattes arquées, et ses pieds se tournent progressivement vers l’extérieur.

Ces symptômes, propres à chaque animal, apparaissent pendant sa phase de croissance, soit jusqu’à ses 16-18 mois.

Un traitement contre la laxité ligamentaire du chien est bien possible

Comment comprendre la laxité ligamentaire de votre chiot ?

Mais alors d’où viendrait donc ce souci de laxité ligamentaire canine ?

Les études à date ayant tenté de trouver une origine au souci du côté de la génétique, ou de la prédisposition raciale, n’ont en fait trouvé aucune corrélation entre ces éléments. De même pour une potentielle origine alimentaire : des chiens bien nourris deviennent autant panards ou plantigrades que des animaux moins bien nourris. L’origine ne semble donc bien se trouver ailleurs.

Attention à son alimentation ! Si l’alimentation n’a rien à voir avec le fait que votre chien ait une laxité ligamentaire, qu’il soit plantigrade ou panard, elle a pourtant une influence significative sur sa santé et jouera également un rôle important dans son rétablissement. Parce que la qualité de vie de votre compagnon dépend de la qualité de ce qui se trouve dans sa gamelle, n’hésitez pas à consulter notre dossier La croquette idéale pour votre chien existe-t-elle ?

Pour comprendre d’où vient le souci (et donc pouvoir lui trouver une solution adéquate), il faut plutôt se tourner vers l’autre gamelle de votre chien, celle que l’on oublie souvent : la gamelle d’eau.

Laxité ligamentaire & hormones

Peut-être le saviez-vous, mais les hormones féminines (oestrogènes) jouent un rôle prédominant dans l’augmentation de la laxité musculaire et ligamentaire. On le constate notamment pendant la grossesse : ce sont ces hormones qui permettent aux muscles du bassin de se détendre, pour laisser le passage à l’enfant.

C’est ainsi que, pendant la grossesse, ces hormones provoquent une hyperlaxité ligamentaire et musculaires, chez l’homme comme chez le chien, ainsi qu’une augmentation des amplitudes articulaires et une augmentation de l’instabilité articulaire, sur tous les muscles et ligaments du corps.

Des hormones dans l’eau courante

Alors quel est le rapport avec la gamelle d’eau de votre chien ?

C’est simple : l’eau courante qui sort de nos robinets est de plus en plus polluée par les hormones, et notamment les oestrogènes contenues dans les urines des femmes prenant des contraceptions hormonales. En 2002, le journal Le Parisien expliquait : “Selon les résultats publiés hier par « The Independant », les rivières seraient contaminées par une forme puissante d’oestrogène, hormone féminine provenant des urines déversées par les chasses d’eau domestiques”1

Et ce n’est pas un secret dans la littérature scientifique à date : l’impact de cette pollution hormonale est parfois colossal sur les espèces qui y vivent ou en consomment. Par exemple, leur impact sur les poissons est tel que l’on observe, dans nos rivières et fleuves pollués par ces hormones, des proportions de poissons mâles qui ne cessent de décroître, au profit d’une féminisation massive des poissons2.

Revenons-en au sujet de la laxité ligamentaire du chien : votre compagnon buvant en moyenne beaucoup plus d’eau que les humains (4L en moyenne pour un chien de 60 kg, contre 1,5L recommandé pour un humain de 70kg), il est normal qu’il soit plus affecté de nous par cette pollution de l’eau.

Ainsi, même si aucune étude ne le prouve à date, il est fort plausible que la présence d’hormones féminines dans l’eau influe de manière très conséquente sur la laxité ligamentaire de nos chiens. Cette hypothèse plus que probable nous permet ainsi d’envisager un traitement contre la laxité ligamentaire du chien en prenant en compte également cette potentielle origine pour une bien meilleure efficacité.

Un traitement contre la laxité ligamentaire du chien existe-t-il ?

Sachez-le : pendant la croissance de votre jeune compagnon, un traitement contre la laxité ligamentaire du chien, ou plutôt du jeune chiot, est tout à fait possible. D’ailleurs, plus tôt vous prendrez le problème à bras le corps, plus le traitement aura de chances de résoudre totalement le souci de votre chien panard ou plantigrade. Nous conseillons de réagir au plus vite car c’est avant les 8 mois de votre chiot que les résultats sont les plus probants.

Voici donc dès à présent 2 pistes 100% naturelles pour traiter votre chiot qui souffre de laxité ligamentaire.

Le traitement essentiel : une cure de Canzocal

Le Canzocal, un traitement contre la laxité ligamentaire du chien

Peut-être connaissez-vous déjà le Canzocal, que nous recommandons fréquemment pour les chiens souffrant d’arthrose. Il s’agit d’un complément alimentaire totalement naturel, composé de tout ce qui se trouve dans un os vivant : minéraux, oligo-éléments, protéines essentielles, et un apport organique en collagènes et protéoglycanes.

Ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que le Canzocal a également pour principal effet de régénérer les cartilages, les ligaments et les tendons du chien. Il est extrêmement efficace comme traitement contre la laxité ligamentaire du chien jeune (< 8 mois).

Testez-le donc sur votre chiot tout au long de sa croissance. En effet, si les effets positifs du Canzocal se voient en général 3 à 6 semaines après le début de la cure pour des cas d’arthrose canine, dans les cas de laxité ligamentaire, cela peut prendre jusqu’à 3-4 mois. Le fait de lui faire suivre ce traitement jusqu’à ce qu’il ait fini de grandir évitera toute récidive de laxité au cours de ces mois cruciaux de sa vie.

Cependant, notons que son efficacité est parfois visible dès 1 mois de prise. Quoiqu’il en soit, nous conseillons de le prendre jusqu’à la fin de la croissance du chiot afin de mettre toutes les chances de son côté pour éviter la récidive.

Envie de tester le Canzocal ? Rendez-vous dans notre boutique en ligne.

La recommandation en plus : de l’eau de source pendant sa croissance

Ce second conseil pour le traitement de la laxité ligamentaire du chien provient des tests que nous menons, depuis fin 2019 maintenant, sur les chiots souffrant de laxité ligamentaire dans notre élevage des Joyeuses Gambades. Nous avons en effet installé un système de filtration d’eau par osmose inversée, qui permet de donner à nos chiots de l’eau d’une qualité supérieure, où hormones, métaux lourds et autres pesticides ont été filtrés très finement.

Bien sûr, ces tests demandent d’avoir un peu plus de recul pour être certains ; cependant, les résultats sont déjà saisissants. Nous n’avons plus aucun chiot plantigrade ou panard à notre élevage depuis 1 an. La différence est tout simplement sans commune mesure. Pour nous, devenu une certitude, la qualité de l’eau influe de manière prépondérante sur la santé ligamentaire de nos animaux mais également sur tout ce qui touche aux fonctions hormonales.

Ainsi, nous ne pouvons que vous recommander, pendant toute la croissance de votre chien, de lui fournir de l’eau de source en bouteille dans sa gamelle, afin d’éviter les soucis d’eaux polluées par les hormones et perturbateurs endocriniens (un problème majeur aujourd’hui dans notre société).

Canzocal et eau de source en bouteille (ou filtrée par osmose inversée) : voilà un traitement contre la laxité ligamentaire de votre chien qui devrait faire ses effets, pour le remettre rapidement dans une posture normale !

Si vous souhaitez obtenir plus de conseils sur la santé de votre compagnon ou son alimentation, n’hésitez pas : contactez-nous, dans les commentaires ci-dessous ou par email directement. C’est toujours un plaisir de vous accompagner pour aider à préserver la santé de vos compagnons !

retrouver tous les commentaires de cet article

Références

  1. [] L’eau polluée menacerait la fertilité – article du Parisien, 18 mars 2002 : https://www.leparisien.fr/societe/l-eau-polluee-menacerait-la-fertilite-18-03-2002-2002905252.php
  2. [] La pollution environnementale par les hormones œstrogéniques – Marine Deroo, Université de Picardie Jules Verne, 2018 : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02015768/document

Partagez cet article

Vous aimerez lire aussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cocher cette case pour accepter notre Politique de confidentialité

QUI EST À L’ORIGINE DU BLOG CROQ LA VIE ?

Davy Ros

Davy Ros :

Ostéopathe D.F.O. et Hygiéniste, spécialisé en nutrition animale à l’élevage Joyeuses Gambades.

NOS ALIMENTS ET NOTRE BOUTIQUE SANTÉ

La boutique