Mon chat a des puces : comment les éliminer efficacement ? [DOSSIER]


4 406 vues 0 commentaire

On estime qu’environ 50 % des chats domestiques sont contaminés12 par les puces au courant du printemps et de l’été, et à 92,5 % pour les chats vivants exclusivement à l’extérieur.34 Face à ces chiffres, il semble important de protéger nos boules de poils avec un bon anti-puce pour chat !

Mais voilà, vous aussi vous avez entendu parler, sur les forums ou sur Internet, de réactions allergiques, d’effets secondaires parfois graves ou de médicaments retirés du marché, etc… ? Face à tout ce qu’on lit ou entend, les maîtres sont aujourd’hui prêts à prendre plus de temps pour se poser les bonnes questions afin de soigner sereinement leur chat auquel ils tiennent tant.

Alors comment savoir si votre chat a des puces ? Quels traitements anti-puce sont réellement efficaces ? Devez-vous arrêter les traitements chimiques au profit de traitements naturels pour la santé de votre chat ? Vous serez peut-être surpris !

Dans cet article, nous abordons toutes les questions que vous devez vous poser sur la puce du chat et du chaton. Nous vous partageons notre expérience d’éleveur, quels sont les bons choix à faire pour ne pas nuire à leur santé, et comment nous traitons personnellement nos animaux depuis 30 ans.

Qu’est-ce qu’une puce ?

La puce, ou ctenocephalide, est un petit insecte de couleur brun noir, qui pique nos animaux et suce leur sang, telle une tique ! Elle mesure entre 2 à 3 millimètres ; elle est très difficile à repérer et passe souvent inaperçue pour les maîtres qui ne comprennent pas pourquoi leur chat se gratte.  Elle se déplace très vite et se faufile dans les poils du pelage. Impressionnant, la puce peut sauter jusqu’à 150 fois sa longueur et elle n’a pas d’ailes.5 L’espèce la plus courante s’appelle Ctenocephalides felis. C’est cette espèce que l’on retrouve principalement sur nos chats et chiens.678

Beaucoup de maîtres et de professionnels pensent encore que la puce se reproduit sur le chat… Une grande erreur qui explique pourquoi certains maîtres font sans cesse face à une récidive. Pour traiter et prévenir le retour des puces sur votre chat, il est essentiel que vous compreniez son cycle de vie.9

Comment vit la puce ?

La puce vit sur les mammifères et sur les oiseaux. On la retrouve dans le pelage du chat (chien, rat, furet, hérisson) où elle se reproduit. La puce adulte ne peut pas survivre très longtemps sans hôte, elle ne peut vivre que sur l’animal, contrairement aux œufs et aux larves qui se développent dans l’environnement ou l’habitat

Peu le savent mais la puce se nourrit sur l’animal en se nourrissant de son sang. La puce peut piquer jusqu’à 10 fois par jour son hôte, ce qui ne va pas aider à s’en faire une amie…

Comment se reproduit la puce ?

La puce se reproduit 48 heures après avoir élu domicile sur son hôte, c’est-à-dire : votre chat ! En grande athlète, elle pond en moyenne 20 œufs sur une durée de 3 semaines. Une fois pondus, les œufs tombent au sol ou dans votre lit. En effet, ils ne restent pas sur votre chat, contrairement à ce que beaucoup pensent. L’œuf se transformera ensuite en larve en 3 à 5 jours.

La larve se déplace dans les coins sombres et humides de l’habitat. Leurs endroits de prédilection : literie, coussins, rideaux, canapés, contour de fenêtres, lames de parquet – souvent appelées « puces de plancher » ou « puces de parquet », il s’agit des puces de chats ou de chiens. Elles éclosent soudainement et en nombre au passage d’une personne.10 La larve y restera bien au chaud pendant sa période de développement jusqu’à devenir adulte après 6 à 8 mois.

La puce une fois devenue adulte va chercher un hôte (votre chat) pour se reproduire à nouveau. En effet, elle aura besoin de chaleur et d’humidité pour se reproduire dans des conditions optimales.11121314

On estime que pour 5 puces sur un animal il peut y avoir environ une centaine de puces dans l’environnement proche du chat.

Comment le chat est-il contaminé par les puces ?

Printemps et été sont très propices aux contaminations, pour la bonne et simple raison que la plupart d’entre eux sortent davantage. On estime qu’environ 63 % de nos chats sont contaminés par les puces entre avril et octobre. 20 % des chats le resteront également l’hiver.

Alors comment nos chats se contaminent-ils ?

A l’extérieur, le plus souvent les puces proviennent d’un autre animal (chat, chien ou hérisson) ou tout simplement parce que votre animal est passé par un site d’éclosion de larves. En revanche, à l’intérieur de votre maison ces lieux d’éclosions sont présents toute l’année, y compris en hiver. En effet, les larves ont besoin de chaleur pour se développer, y compris dans d’autres habitats comme vos lieux de vacances. Les maîtres aussi peuvent ramener des puces à la maison, sous les semelles des chaussures voire certains vêtements, et ainsi contaminer le chat ou le chaton qui vit en appartement. Les puces se déplacent elles aussi et peuvent passer sous les portes d’entrées, les balcons…, ce qui explique que même un chat ne sortant pas peut être contaminé.

Contrairement à certaines croyances, il est important de comprendre que la présence de puces n’est pas au départ liée à un manque d’hygiène. Mais une fois présentes, il faut protéger votre animal.

Comment repérer la présence des puces sur votre chat ?

Comment être sûr que votre chat a des puces ? 

Difficile de voir la puce à l’œil nu ; cependant vous pouvez détecter ses déjections (selles de puces ou crottes de puces). Elles ont la forme de petits grains noirs dans le pelage de votre chat !

Pour facilement repérer les crottes de puces, utilisez un peigne aux dents fines, de type peigne à poux. Passez ce peigne au plus près de la peau en écartant les poils. Ne perdez pas de temps, et allez de suite au niveau des zones de prédilections des puces, c’est-à-dire là où votre chat n’arrive pas à faire sa toilette. 1516 Les puces se répartissent à plus de 45 % sur la tête et le cou de votre chat, mais également sur son dos, et en moindre mesure sur sa queue et ses pattes (6,72 %).1716

Une fois le peigne passé sur ces zones, secouez-le au-dessus d’une feuille blanche. Si de petits débris noirs tombent sur la feuille et qu’en humidifiant la feuille, des tâches rouge/brun se forment, vous aurez la confirmation qu’il s’agit bien de crottes de puces ! Cette couleur rouge/brun est liée au fait que ces selles de puces contiennent du sang.

Il existe également d’autres signes ou symptômes évocateurs de la présence de puces chez votre chat :

  • Il se gratte frénétiquement,
  • Essaye de mordiller les puces,
  • A la peau très rouge et irritée sous son poil,
  • Peut passer jusqu’à 50 % de son temps à se toiletter18,
  • Certains chats développent une allergie aux piqûres de puces qui se manifeste par des boutons rouges sur le crâne ou des croûtes derrières les cuisses
  • Certains propriétaires pourront même parfois constater la présence de grains de riz blanc dans les selles de leur chat. Il s’agit d’œufs de ténias, un parasite (vers plat) transmis par les puces.

Toujours bon à savoir : chez leur maître humain, les puces piquent en général aux jambes et sont à l’origine de boutons sous forme de points roses ou rouges très irritants, entraînant des démangeaisons.

Quels sont les risques pour la santé de votre chat ?

Laisser les puces envahir votre chat est loin d’être toujours sans conséquence. Cette infestation par les puces, appelée Pulicose, peut avoir des répercussions plus ou moins graves sur sa santé.19

Le plus fréquemment, votre chat pourra développer une allergie à la salive des puces.2021 Cette allergie est appelée DAPP (Dermatite par Allergie aux Piqûres de Puces). Elle se manifestera par de violentes démangeaisons, une perte de poils, des pellicules, croûtes, plaies, voire des infections secondaires. Le chat est allergique à la salive de la puce !

Il est important aussi de toujours garder en tête que la puce peut également transmettre certaines bactéries avec un risque d’anémie infectieuse, surtout chez les chats jeunes ou chatons, malades ou âgés.

Les maîtres proches de leur chat ne doivent pas oublier qu’il existe aussi des risques de transmission de parasites ou de bactéries à l’homme. Les puces peuvent notamment transmettre la bactérie “Bartonella henselae” au chat, qui à son tour peut contaminer son maître.2223 Cette maladie est plus communément appelée maladie des griffes du chat. Il en va de même pour la transmission du ténia, plus connu sous le nom de « ver solitaire » mais également pour la transmission du Dipylidium ou des échinocoques. Même si le chat est rarement porteur d’échinocoques (davantage transmis par le chien), il est cependant très dangereux pour l’homme.24

Comment lutter contre les puces du chat ?

Entre les pipettes, les colliers, les comprimés, les sprays, les huiles essentielles, les compléments, … 

Il y a de quoi être perdu n’est-ce pas ?

Face aux alertes de la FDA et de l’ANSES, face à tout ce qu’on peut lire sur Internet, et face à toutes les recommandations souvent contradictoires, que devons-nous penser ? Sommes-nous suffisamment renseignés ou même conscients des risques que certains traitements peuvent avoir pour nos chats, mais également pour notre entourage, et notamment pour nos enfants ? 

Alors quel traitement anti-puce fonctionne vraiment ? Quel traitement anti-puce n’est pas risqué ?  Faut-il vraiment toujours choisir un anti-puce naturel pour son chat ou son chaton ? 

Découvrez la solution qui a retenu toute notre attention et que nous utilisons personnellement depuis 2018 avec un grand succès !

Les traitements habituels contre les puces du chat

Les traitements chimiques représentent aujourd’hui un marché énorme. 

Rien qu’aux USA, les propriétaires d’animaux dépensent près de 6 milliards de dollars chaque année pour lutter contre les puces.25 Parmi tous les produits disponibles, on retrouve ceux à appliquer sur la peau, dits “topiques” (pipettes antipuces, sprays, shampoings, colliers) ou des solutions à avaler telles que les comprimés. 

Mais voilà : aujourd’hui, de plus en plus de propriétaires se posent des questions face aux nombreuses alertes officielles, à ce qu’ils peuvent lire sur Internet, et face aux effets secondaires graves rapportés. 

Et vous avez raison !

Vous avez raison car le Centre Antipoison Animal de l’Ecole Nationale Vétérinaire Française indique lui-même qu’à peu près tous les insecticides dont les substances actives agissent sur le système nerveux des parasites agissent également sur le système nerveux des chats.26

Vous avez raison car des médicaments anti-puces sont fréquemment retirés du marché pour la toxicité de substances actives qu’ils contiennent. Ces substances sont souvent de véritables poisons aux effets souvent irréversibles pour nos animaux mais également, comme vous allez le voir, pour nos enfants. 

Malheureusement aujourd’hui ces conséquences sont encore largement sous-estimées, même des praticiens de santé, qui ne sont pas au fait des dernières études scientifiques sur ces questions pourtant si importantes.Alors parlons peu, parlons bien : parlons études et parlons chiffres !

Les pipettes anti-puces

Faciles d’utilisation, les pipettes anti-puces pour chat ont la cote. Elles permettent d’éliminer les puces de votre animal et de le protéger entre 4 à 8 semaines. 

Parmi ces traitements antipuces chimiques on retrouve : Frontline Combo, Advantage, Bravecto, Filpromedic (Francodex), Filprotec (Beaphar), Bioline…

Comme tout médicament, les pipettes ne sont pas toujours sans effets secondaires pour le chat. En effet, des allergies ont été signalées par les laboratoires à l’endroit où le produit a été appliqué ; mais soulignons que cet effet indésirable reste rare.

Cependant, depuis 2018, la Food and Drug Administration (FDA) alerte les propriétaires d’animaux et les vétérinaires du potentiel d’effets indésirables neurologiques chez les chiens et les chats lorsqu’ils sont traités avec des médicaments de la classe des isoxazolines.27

Parmi ces effets neurologiques on retrouve : des tremblements musculaires, ataxie (troubles de la coordination des mouvements, de l’équilibre, atteinte oculaire), des convulsions… 2728

Quels sont les produits de la classe des isoxazolines ?

Les médicaments approuvés par la FDA dans cette classe sont : 

  • Bravecto (fluralaner) solution topique pour chats et chiens
  • Bravecto Plus (fluralaner et moxidectine) solution topique pour chats
  • Revolution Plus (sélamectine et sarolaner) solution topique pour chats

Un certain nombre d’accidents sont aussi dus au manque de vigilance des maîtres. Il est très dangereux par exemple d’utiliser une pipette anti puce pour chien sur son chat. En effet, la perméthrine, une substance active contenue dans les spot-on pour chien, est un véritable poison pour le chat. Une seule goutte de son contenu peut provoquer sa mort. 

Mais tout n’est pas uniquement lié à un manque de vigilance des maîtres. En effet, une étude sortie en 2007 annonçait 286 signalements au Centre Antipoison Vétérinaire du Royaume-Uni. Naturellement, le nombre de cas réel et le pourcentage d’effets secondaires sont très largement sous-estimés du simple fait que les maîtres ignorent qu’ils peuvent faire un signalement ou même comment procéder pour le faire. Le manque d’éducation en Europe d’une grande partie de la profession médicale sur pharmacovigilance ne fait pas exception, peu de praticiens font des déclarations.

Nous vous conseillons de ne pas hésiter à consulter votre vétérinaire si votre chat développe des symptômes après l’application d’une pipette anti-puces. La FDA encourage quant à elle les propriétaires d’animaux et les vétérinaires à signaler les événements indésirables liés aux médicaments.En cas de contact avec la peau, dans certains cas, l’eau et le savon ne suffisent pas pour enlever le produit des doigts. Le contact avec le produit peut également se produire lors de la manipulation de l’animal traité, incluant les câlins ou partager le lit avec l’animal.

Les colliers anti-puces

D’apparence anodine et inoffensive, il s’agit pourtant bien d’un médicament antiparasitaire, contenant une substance active permettant de protéger des puces et des tiques.

Les maîtres l’apprécient particulièrement pour sa facilité d’utilisation et du fait que la substance active qu’il libère agit 8 à 10 mois. Vous le mettez au cou de votre chat et n’avez rien d’autre à faire…

Comment les colliers antiparasitaires fonctionnent ? 

Ils diffusent lentement et en continu un insecticide qui tue les parasites, puces et tiques. Le composé actif peut être libéré sous forme de poudre microfine pour les colliers au propoxur, et sous forme de gaz dans le cas de l’insecticide dimpylate.

Mais vigilance !

En effet, de nombreux de ces colliers ont fait l’objet d’alertes. L’Agence Nationale de Sécurité de l’Alimentation (ANSES) a même demandé en 2012 de nombreux retraits du marché (voir la liste et les substances concernées).29

L’ANSES parle de “risques potentiels en cas d’exposition chronique, sur le long terme, par voie cutanée chez l’utilisateur |votre chat] et plus particulièrement chez l’enfant ont été mis en évidence pour certains de ces colliers.29

Aujourd’hui, parmi les principales marques colliers antipuces en vente et ayant reçu une autorisation de mise sur le marché, on retrouve : Seresto, Bioline, Prévencide (Francodex), Collier Dimpylate Chat (Beaphar), Vetopure (Beaphar)…

Effets secondaires, toxicité et accidents

Certains chats développent une allergie au produit. Cela se manifeste généralement localement autour du cou, car leur peau est en contact permanent avec l’insecticide (substances actives) contenu dans le collier.

Il est particulièrement déconseillé que les maîtres et les enfants soient en contact avec les colliers antiparasitaires en raison des “risques potentiels en cas d’exposition chronique, sur le long terme, par voie cutanée”.29

A noter également que de nombreux cas de chats étranglés ont été rapportés. En effet, certaines situations sont propices à ce que ces derniers se retrouvent malheureusement “pendus”, même dans les cas de colliers avec un élastique pourtant censés protéger de l’étranglement.

L’ANSES alerte sur de FAUX COLLIERS ANTIPUCES vendus sur Internet. En dehors du fait que ces colliers ne respectent pas la règlementation en vigueur, les analyses révèlent qu’ils étaient dépourvus de leur substance active. Les risques induits par l’achat et l’utilisation de tels médicaments falsifiés vont de la simple inefficacité à la toxicité éventuelle pour l’animal et l’Homme, selon les substances (inconnues) qu’ils contiennent.30

Les comprimés anti-puces

Récemment arrivés sur le marché, les comprimés anti-puces et anti-tiques sont de plus en plus utilisés en Europe. Parmi les marques qui commercialisent des comprimés on retrouve : Bravecto, Nexgard Combo, Comfortis, Capstar, Credelio…

Leur principal avantage est de débarrasser votre chat de ses puces immédiatement (certains agissent en 2 heures) pour une durée de 4 à 8 semaines. Certains maîtres soulignent tout de même le fait qu’il peut parfois être difficile de faire avaler le comprimé. 

Il est important de mentionner que la prise de comprimés anti-puces et anti-tiques n’est pas toujours un acte anodin. Au final, au lieu d’être en contact par la peau avec ces substances insecticides, le chat les ingère directement et elles se diffusent dans tout son organisme

Des effets secondaires dans 66 % des cas ?

Une étude indépendante menée en 2018 auprès de vétérinaires et de propriétaires d’animaux (Project Jake Survey) a examiné l’utilisation et l’innocuité des antiparasitaires à base d’isoxazoline sur plus de 1500 animaux traités. Cette famille de molécules concerne aujourd’hui tous les comprimés sur le marché.

Selon l’étude, lorsqu’un traitement contre les puces a été administré, des effets secondaires ont été signalés dans 66,6 % des cas.31

Selon les fiches produits des anti-parasitaires, les symptômes les plus fréquents observés lors des essais cliniques sont des troubles digestifs (diarrhées, vomissements, inappétence et ptyalisme).323334 Ont également été observés, mais plus rarement selon les laboratoires, un état léthargique, des tremblements musculaires, une ataxie et des convulsions.27

Des chiffres qui selon l’enquête précédemment citée seraient, selon les chercheurs, beaucoup plus importants : 

  • Léthargie/ dépression : 26%
  • Perte d’appétit : 26%
  • Ataxie : 14%
  • Morts : 13,7%
  • Convulsions : 13,7%
  • Tremblements

L’étude souligne que ces résultats correspondent également aux chiffres officiels de l’EMA (Agence Européenne du médicament).

Cette étude mondiale a alerté sur le nombre de troubles neurologiques et de décès qui selon elle sont largement sous-estimés en post-commercialisation. En effet, les évènements indésirables graves post-commercialisation étaient beaucoup plus élevés que lors des présentations des documents des nouveaux médicaments de recherche (IND) avant commercialisation.31 Selon les chercheurs, les chiens, les chats et leurs maîtres restent impactés par l’utilisation de ces comprimés anti-puces et tiques.

Ce qui amène à se poser la question suivante : le bénéfice/risque est-il toujours bien évalué ?

Précautions particulières à prendre par la personne qui administre le médicament

Certains RCP expliquent que ces produits sont nocifs après ingestion”35 : attention donc à ne surtout pas les laisser à proximité des enfants. Évitez tout contact avec le produit et portez des gants de protection jetables lors de la manipulation du produit. En effet, des réactions d’hypersensibilité (éruptions cutanées, picotements ou engourdissements) ont été signalées chez un certain nombre de personnes. Les RCP des comprimés antiparasitaires indiquent que les effets peuvent potentiellement être “graves.323334

Les shampoings

Les maîtres ont tendance à beaucoup moins utiliser les shampoings anti-puces que les pipettes, colliers et comprimés pour se débarrasser des puces chez leur chat. Ils sont en général plutôt proposés lorsque le chat est fortement infesté par les puces.

Les marques les plus vendues sont : Beaphar (plusieurs produits), Vétocanis, Francodex, Zodiac…

Ces shampoings sont efficaces mais ils ne sont pas particulièrement faciles à appliquer chez la grande majorité des chats qui bien sûr détestent l’eau ! Vous devez laver, rincer et sécher votre chat, sans vous faire griffer à sang. Une prouesse en général très difficile à réaliser. 

De plus, comme l’action des shampoings anti-puce est de courte durée, vous risquez de devoir renouveler ce challenge rapidement.

Mise en garde par l’ANSES

Les shampoings anti-puces ne sont pas à confondre avec les shampoings classiques. En effet, ici, il s’agit bien d’un produit, ou médicament, contenant une substance active antiparasitaire. Or, les substances actives ne sont pas toujours sans risques pour le chat. En effet, des vétérinaires ont fait, après administration, de nombreuses signalisations d’effets secondaires graves auprès de l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité de l’alimentation).

C’est également l’occasion de rappeler aux praticiens l’importance de déclarer les effets indésirables pour assurer le bon suivi des médicaments sur le marché.

Des effets indésirables plus ou moins graves

Parmi les principaux effets indésirables rencontrés, on retrouve les vomissements et diarrhées mais également des effets neurologiques plus ou moins graves.3637

La plupart des molécules utilisées comme traitement antiparasitaire chez les carnivores ont une action neurologique sur les mammifères et les insectes. Les troubles neurologiques rassemblent tous les désordres du système nerveux central, du système neuromusculaire, parésies, paralysies et neuropathies périphériques36. Mais il peut également en fonction des substances être retrouvées des insuffisances rénales, des cardiomyopathies, des tremblements, des convulsions, de la pyrexie, du ptyalisme, de l’ataxie…38

Les substances actives ayant reçu le plus grand nombre de signalement sont les suivantes : Tétraméthrine PBO (Pipéronyl butoxide), Indoxacarbe, Tétraméthrine, Spinosad, Dinotéfurane, Pyriproxifène, Lufénurone, Fipronil, S-Méthoprène, Éprinomectine et Praziquantel39.

Pour nos enfants : Rappelons également que très récemment, la scientifique Miriam Rotkin-Ellman, spécialisée dans la santé signalait qu’ “il y a des preuves que les pesticides peuvent être très dangereux pour les enfants en bas âge”, notamment pour leur développement cérébral.40

Les sprays

Les sprays, tout comme les shampoings, permettent de se débarrasser des puces de chat lors d’une forte infestation. Ils sont utilisables sur les chats dès l’âge de 2 jours. 

Parmi les principaux produits actuellement disponibles sur le marché, on retrouve les sprays anti-puce de la marque Verlina, Frontline, Fipromédic, Beaphar et Vetocanis.

Les effets indésirables41

Si le chat se lèche avant que le produit ne sèche, il peut présenter une hypersalivation, des vomissements ou des signes respiratoires. Dans des cas plus rares, il peut développer des symptômes neurologiques (dépression, hyperesthésie, ou d’autres symptômes neurologiques).

Les précautions particulières à prendre par la personne qui administre le médicament

Porter un tablier imperméable ainsi que des gants que vous jetterez ensuite afin d’éviter tout contact du produit avec les yeux et la bouche. Il est fortement déconseillé d’utiliser ce type de produit si votre animal ou l’utilisateur a déjà une hypersensibilité connue aux insecticides ou à l’alcool.
Les enfants ne doivent pas toucher les animaux qui viennent d’être traités tant que le pelage n’est pas sec. Il est d’ailleurs fortement conseillé de traiter en début de soirée et de ne surtout pas laisser les animaux dormir avec les maîtres et les enfants.

N’utilisez jamais un produit anti-puces pour chien pour votre chat, ils sont dangereux, voire pourraient tout simplement lui être fatal. De très nombreux cas d’intoxications graves ont déjà été signalés.42

Pourquoi est-il bon de vermifuger son chat s’il a été contaminé par des puces ? 

Le chat faisant sa toilette, il ingère des puces durant son léchage lorsque ces dernières sont présentes sur son poil.  Certains parasites internes ou vers se transmettent notamment par les puces. C’est le cas du ténia, aussi appelé Dipylidium caninum. Voilà pourquoi il est bon de vermifuger son animal contre le ténia après avoir été touché par des puces.

Face aux nombreuses alertes concernant la toxicité de certains insecticides contenus dans les anti-puces médicamenteux, les maîtres sont chaque jour plus nombreux à chercher une solution du côté des anti-puces naturels. Mais que devez-vous en penser ?

Quels traitements naturels contre les puces du chat ?

Il existe de nombreux antipuces naturels pour chat. Parmi eux, on retrouve notamment les huiles essentielles mais aussi des poudres naturelles (ou terres naturelles) antiparasitaires. 

Alors que valent vraiment ces antipuces naturels ? Peuvent-ils avoir des effets secondaires pour la santé de votre chat ? Sont-ils toujours inoffensifs ? Et finalement, lequel pouvez-vous choisir sans risque potentiel pour sa santé ?

Les huiles essentielles et plantes naturelles

Qui dit “huile essentielle” dit “naturel”. Mais les huiles essentielles sont-elles toujours saines et sans effets secondaires ou risques pour votre chat chéri ?

Jusqu’alors, les huiles essentielles étaient plutôt présentées pour traiter uniquement l’environnement. Elles étaient utilisées en tant qu’insectifuge, c’est-à-dire en tant que répulsif et non en tant qu’insecticide pour tuer les puces. Mais depuis peu, elles sont aussi utilisées directement sur le chat ou à avaler. Ces antipuces naturels à base d’huiles essentielles sont eux aussi vendus sous la forme de pipettes, colliers, poudres, sprays et shampoings. 

On retrouve actuellement les marques : Biocanina, Francodex, Biovetol, Naturlys, ou encore Beaphar.

Autant dans l’environnement leur utilisation ne pose aucun souci dès lors qu’elles sont correctement utilisées ; autant la connaissance scientifique actuelle interroge sur leur utilisation directement sur la peau du chat ou comme solution orale.

Malgré le fait que nous ayons très peu de recul scientifique43, de nombreux sites n’hésitent pas à mettre en avant une efficacité, sans parler des potentiels effets nocifs signalés par de nombreuses études. 

Alors comment ces antiparasitaires naturels fonctionnent ?

Leur fonctionnement est simple ! Ces anti puces naturels sont composés d’extraits d’huiles essentielles ou de plantes qui se diffusent en continu sur le chat et agissent en tant que répulsif contre les puces : on parle d’insectifuge. 

Principales huiles essentielles antipuces naturels pour chat et chaton :  

  • L’huile essentielle de Margosa
  • L’huile essentielle de Lavande 
  • L’huile essentielle de Lavandin

A ces trois huiles essentielles, est presque toujours ajouté le géraniol, qui est un biocide. Les biocides, tels que l’ANSES les répertorie, sont des substances chimiques ou biologiques contenues dans des préparations pour “détruire, repousser ou rendre inoffensifs” les parasites notamment.44

Ces nouveaux anti-puces naturels contenant du géraniol bénéficient jusqu’en 2023 d’une autorisation “transitoire” d’utilisation par l’Union Européenne. (ECHA – European Chemicals Agency)454647 Cela implique que jusqu’à cette date, les biocides sont toujours en période d’évaluation.48 L’ANSES précise par ailleurs que ”En France, en période transitoire, les produits biocides n’ont pas d’AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) et sont donc libres de mises sur le marché”.

Les huiles essentielles fonctionnement-elles vraiment ? 

Oui et non. En effet, des études prouvent l’efficacité de certaines huiles essentielles en tant que répulsif. Cependant attention : jamais les huiles essentielles à elles seules ne permettront de tuer des parasites déjà présents.4950

Les études faites sur le sujet tendent toutes à dire que l’efficacité des huiles essentielles est dépendante de la fabrication elle-même, de sa concentration…51 Deux études ont déjà obtenu des résultats satisfaisants avec l’utilisation d’armoise, de citron, de genévrier, de lavande, de mélisse et de cèdre.4352

Effets secondaires et toxicité des huiles essentielles pour le chat

Des études scientifiques ont déjà prouvé que certaines huiles essentielles (HE) sont toxiques lors d’une utilisation topique (sur la peau) chez le chat.5354 L’une de ces études précise que, même lorsque celles-ci sont utilisées conformément au mode d’emploi de l’étiquette, les chats peuvent subir des effets indésirables graves lors de leur exposition aux composés d’origine végétale.55

Parmi ces huiles essentielles, l’huile d’arbre à thé Melaleuca, menthe poivrée, cannelle, citronnelle, clou de girofle sont particulièrement dangereuses, entraînant parfois le décès des chats.54

En effet, elles sont nocives car le foie du chat ne lui permet pas d’éliminer certaines substances actives contenues dans les huiles. Le chat les ingère lorsqu’il fait sa toilette.5657 Il risque alors de développer des troubles digestifs (vomissements, hypersalivation), des troubles nerveux (agitation, léthargie, tremblements, troubles de l’équilibre, convulsions). Une simple inhalation engendre parfois des problèmes respiratoires (attention à vos diffuseurs électriques qui restent à sa portée).5850

Jouez la prudence : “produit naturel” ne veut pas dire “sans risque pour le chat”. Les anti puces naturels les plus récents sont toujours en régime transitoire, et personne n’a de recul sur les réels effets à terme sur la santé du chat. Les premiers résultats ne sont pas forcément toujours rassurants.Prudence donc dans l’application de ces anti-puces naturels sur votre chat. Il est important que vous preniez aussi le temps de lire la notice d’utilisation, comme pour tout médicament, afin de respecter le dosage et être averti des éventuels effets secondaires. C’est d’ailleurs ce que rappelle la DGCCEF (Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes) concernant l’usage des biocides !59

Terre de Diatomée : un anti-puce naturel, qui a fait ses preuves !

Qu’est-ce que la Terre de Diatomée ? Est-elle réellement efficace ? Serait-elle finalement la bonne solution ?

La Terre de Diatomée se présente sous la forme d’une poudre blanche aussi retrouvée sous d’autres appellations : Terre d’infusions, dioxyde de silicium voire tellurine. Elle est composée de silice minérale, dépôts de micro-organismes marins et de roche volcanique (la diatomite). Au-delà d’être un produit 100 % naturel, cet antipuce est également sans effets secondaires ou risque lié à une substance qu’elle pourrait contenir. Il ne s’agit pas d’un médicament, et elle ne contient aucun principe actif dangereux ou biocide ! Du fait, elle ne sera ni dangereuse pour vous, ni pour vos enfants et vous pourrez continuer à caresser votre chat sans vous poser de question.

Cette terre naturelle est reconnue pour ses vertus antiparasitaires. Son efficacité n’est plus à prouver : c’est une véritable arme fatale contre les insectes, notamment les puces et les tiques. A noter qu’elle est aussi beaucoup utilisée comme vermifuge intestinal contre les vers.

Contrairement à bon nombre de produit chimiques, la Terre de Diatomée est totalement inoffensive pour les chatons ou les chattes en gestation ou allaitantes.

Mais comment fonctionne la terre de diatomée ?

Au niveau microscopique, elle blesse la carapace et le tube digestif des parasites, elle les assèche jusqu’à en débarrasser et éliminer totalement votre chat. Pour autant, elle reste totalement inoffensive pour votre peau ainsi que la peau de votre chat, même lors d’utilisations très fréquentes. Il est cependant préconisé aux personnes ayant des pathologies de peau de mettre des gants afin d’éviter toute éventuelle irritation.

Cet antiparasitaire agit très rapidement, en 24 à 48 heures. 

Comment utiliser la Terre de Diatomée pour vous débarrasser des puces de chat ?

  • Saupoudrez de la Terre de Diatomée directement sur le pelage du chat
  • Faites pénétrer la poudre dans les poils en le caressant
  • Laissez agir entre 48 et 72 heures en fonction de son infestation parasitaire
  • Brossez votre chat (vous pouvez utiliser un peigne anti-puces au plus près de ses poils)

Attention seulement à ce qu’elle ne soit pas inhalée par les voies respiratoires ni par vous, ni par votre chat lors de l’application.

Comment prévenir le retour des puces sur votre chat ?

Trois solutions s’offrent à vous : 

  • Soit utiliser des médicaments (pipettes, colliers, comprimés, …) dont l’insecticide sera diffusé en continu dans l’organisme du chat, lui conférant ainsi une complète immunité durant plusieurs semaines, 
  • Soit utiliser une huile essentielle, toujours en régime transitoire, contenant généralement également un biocide diffusé en continu dans l’organisme de votre chat, qu’il s’agisse d’un collier, d’un spray ou d’une pipette,
  • Soit opter pour une solution réellement 100% naturelle et sans aucun risque pour la santé de votre chat telle que la Terre de Diatomée.

Pour nous, la question principale est : pouvons-nous réellement parler de prévention en exposant de manière continue nos chats à des substances chimiques de type pesticides, insecticides ou biocides, alors qu’il existe des produits réellement naturels et très efficaces ? 

A CROQ’ la Vie, nous utilisons personnellement depuis 2018 la Terre de Diatomée sur nos animaux. Au-delà d’être très efficace, nous avons depuis l’esprit enfin serein ! 

La Terre de Diatomée traite, mais permet aussi de prévenir les parasites puces et tiques. Elle peut être simplement donnée une fois par semaine à votre chat pendant les périodes propices aux parasites, c’est-à-dire au printemps et en été pour les puces. 60

Mais qu’en est-il de l’environnement de votre chat ?

Les puces se reproduisent très vite et ne mettent en général pas plus de 48h pour pondre leurs œufs dans votre maison et où dort votre chat. C’est pourquoi il est préconisé de nettoyer régulièrement votre habitat avec un aspirateur pour éliminer les éventuels œufs et larves de puces. Cependant, avant même de passer l’aspirateur et afin de prévenir davantage l’apparition de parasites sur votre chat, vous pouvez saupoudrer de la Terre de Diatomée dans ses endroits préférés (dans son panier, tapis…). Nul besoin d’en mettre beaucoup. Pour nettoyer, il vous suffit ensuite simplement de brosser ou aspirer 48 heures après.

Astuce : La Terre de Diatomée peut aussi être utilisée comme vermifuge intestinal naturel. Comme nous l’avons vu plus haut, la puce étant l’un des principaux vecteurs du ver appelé Ténia ou ver solitaire, il peut être très opportun de vermifuger votre animal s’il a été infesté par des puces. Mélangez tout simplement un peu de Terre de Diatomée à du yaourt ou du lait pour le protéger : votre matou ou votre minette devrait être ravi !Enfin, afin de ne pas avoir à vermifuger trop fréquemment votre chat, éviter au mieux le développement de vers intestinaux et renforcer son immunité intestinale, pensez à lui donner une alimentation de qualité.

Vous voilà armé ! Si vous avez besoin davantage de conseils, n’hésitez pas à contacter notre équipe de passionnés, nous serons ravis de vous accompagner et de vous partager nos conseils.

retrouver tous les commentaires de cet article

Références

  1. [] https://www.biocanina.com/traitement-anti-puce-chat
  2. [] https://www.santevet.com/articles/parasites-internes-et-externes-du-chat-frequence-accrue
  3. [] Michael K. Rust, Recent Advancements in the Control of Cat Fleas, Department of Entomology, University of California, Riverside, CA 92521, USA, Insects 2020, 11(10), https://www.mdpi.com/2075-4450/11/10/668/html
  4. [] Lisa H Akucewich , Kendra Philman, Abby Clark, Jeromey Gillespie, Gail Kunkle, Constance F Nicklin, Ellis C Greine, Prevalence of ectoparasites in a population of feral cats from north central Florida during the summer, Vet Parasitol, 2002 Oct 16;109(1-2):129-39. doi: 10.1016/s0304-4017(02)00205-4.
  5. [] Idir Bitama, Katharina Dittmarb, Philippe Parolaa, Michael F. Whitingc, Didier Raoult, Fleas and flea-borne diseases, Unite ́de Recherche en Maladies Infectieuses Tropicales Emergentes, CNRS-IRD UMR 6236, Faculte ́de Médecine, Universite ́de la Méditerrane ́e, 27 Bd Jean Moulin,13385 Marseille Cedex 5, France Department of Biological Sciences, SUNY at Buffalo, Buffalo, NY, USA Department of Biology, Brigham Young University, Provo, Utah, USA, 2010 International Society for Infectious Diseases. Published by Elsevier Ltd. All rights reserved – https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1201971210000299
  6. [] Andrea  L.Lawrence, Cameron E.Webb, Nicholas J.Clark, Ali Halajianf, Andrei D.Mihalca, Jorge Miret, Gianluca D’Amico, Graeme Browna, Bersissa Kumsai, David Modrýj, Jan Šlapeta, Out-of-Africa, human-mediated dispersal of the common cat flea, Ctenocephalides felis: The hitchhiker’s guide to world domination  International Journal for Parasitology, Volume 49, Issue 5, April 2019, Pages 321-336 https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0020751919300438
  7. [] Rust, M.K.; Dryden, M.W. The biology, ecology, and management of the cat flea. Annu. Rev. Entomol. 1997, 42, 451–473. https://www.annualreviews.org/doi/abs/10.1146/annurev.ento.42.1.451
  8. [] M. Visser, S. Rehbein, C. Wiedemann,  Species of Flea (Siphonaptera) Infesting Pets and Hedgehogs in Germany, 20 December 2001, Journal of Veterinary Medicine, Series B https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1046/j.1439-0450.2001.00445.x
  9. [] Blagburn BL, Dryden MW. Biology, treatment, and control of flea and tick infestations. Vet Clin North Am Small Anim Pract. 2009 Nov;39(6):1173-200, doi: 10.1016/j.cvsm.2009.07.001. PMID: 19932369.https://www.annualreviews.org/doi/10.1146/annurev.ento.42.1.451
  10. [] J. Silverman, M. Rust, Extended Longevity of the Pre-emerged Adult Cat Flea (Siphonaptera: Pulicidae) and Factors Stimulating Emergence from the Pupal Cocoon, Annals of The,  Entomological Society of America, 1985 https://www.semanticscholar.org/paper/Extended-Longevity-of-the-Pre-emerged-Adult-Cat-and-Silverman-Rust/1f20db5e64ae192a099e91ec8c9f69111b1281c2
  11. [] Jules Silverman, Michael K. Rust, Donald A. Reierson, Influence of Temperature and Humidity on Survival and Development of the Cat Flea, Ctenocephalides Felis (Siphonaptera: Pulicidae), Journal of Medical Entomology, Volume 18, Issue 1, 20 February 1981, Pages 78–83  https://doi.org/10.1093/jmedent/18.1.78
  12. [] Idir Bitama, Katharina Dittmarb, Philippe Parolaa, Michael F. Whitingc, Didier Raoult, Fleas and flea-borne diseases, Unite ́de Recherche en Maladies Infectieuses Tropicales Emergentes, CNRS-IRD UMR 6236, Faculte ́de Médecine, Universite ́de la Méditerrane ́e, 27 Bd Jean Moulin,13385 Marseille Cedex 5, France Department of Biological Sciences, SUNY at Buffalo, Buffalo, NY, USA Department of Biology, Brigham Young University, Provo, Utah, USA, 2010 International Society for Infectious Diseases. Published by Elsevier Ltd.  https://reader.elsevier.com/reader/sd/pii/S1201971210000299?token=E93D7BF7176FE7D75E22E94ECD2A2AAD7326B39030A0BBB17EBC8AAAE9E58C5C599D9122E7127712E0FE27B8C234B388&originRegion=eu-west-1&originCreation=20210811070042,
  13. [] J.-Cl. BEAUCOURNU et H. LAUNAY, Les puces (Siphonaptera) de France et du Bassin méditerranéen occidental, 1990, ISBN : 2-903052-10-7 https://faunedefrance.org/faune-76/
  14. [] Boris R. Krasnov, Ben-Gurion University of the Negev, Israe ,Functional and Evolutionary Ecology of Fleas, A Model for Ecological Parasitology, CambridgeUniversity Press, 2008,  Online ISBN:9780511542688 https://www.cambridge.org/core/books/functional-and-evolutionary-ecology-of-fleas/4ACE0CC609951587D31FF6EE5D591259
  15. [] N C Hinkle, P G Koehler, R S Patterson, Host grooming efficiency for regulation of cat flea (Siphonaptera: Pulicidae) populations, Med Entomol 1998 May;35(3):266-9.doi: 10.1093/jmedent/35.3.266 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/9615545/
  16. [] [] Meng-Hao Hsu, Tung-Ching Hsu, Wen-Jer Wu, Distribution of Cat Fleas (Siphonaptera: Pulicidae) on the Cat  Department of Entomology, National Taiwan University, 1, Roosevelt Road, Section 4, Taipei 106, Taiwan, Journal of Medical Entomology, Volume 39, Issue 4, 1 July 2002, Pages 685–688 https://academic.oup.com/jme/article/39/4/685/903679?login=true
  17. [] N C Hinkle, P G Koehler, R S Patterson, Host grooming efficiency for regulation of cat flea (Siphonaptera: Pulicidae) populations, Med Entomol 1998 May;35(3):266-9.doi: 10.1093/jmedent/35.3.266 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/9615545/
  18. [] Meng-Hao Hsu, Tung-Ching Hsu, Wen-Jer Wu, Distribution of Cat Fleas (Siphonaptera: Pulicidae) on the Cat  Department of Entomology, National Taiwan University, 1, Roosevelt Road, Section 4, Taipei 106, Taiwan, Journal of Medical Entomology, Volume 39, Issue 4, 1 July 2002, Pages 685–688 https://academic.oup.com/jme/article/39/4/685/903679?login=true
  19. [] Lisa H Akucewich, Kendra Philman, Abby Clark, Jeromey Gillespie, Gail Kunkle, Constance F Nicklin, Ellis C Greiner, Prevalence of ectoparasites in a population of feral cats from north central Florida during the summer, Vet Parasitol, 2002 Oct 16;109(1-2):129-39. doi: 10.1016/s0304-4017(02)00205-4. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/12383632/
  20. [] ESCCAP (European Scientific Counsel Companion Animal Parasites), https://www.esccap.fr/arthropodes/puces-chien-chat-homme-autre.html
  21. [] Jin, J.; Ding, Z.; Meng, F.; Liu, Q.; Ng, T.; Hu, Y.; Zhao, G.; Zhai, B.; Chu, H.-J.; Wang, B. An immunotherapeutic treatment against flea allergy dermatitis in cats by co-immunization of DNA and protein vaccines. Vaccine 2010, 28, 1997–2004 https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0264410X09016417
  22. [] Idir Bitama, Katharina Dittmarb, Philippe Parolaa, Michael F. Whitingc, Didier Raoult, Fleas and flea-borne diseases, Unite ́de Recherche en Maladies Infectieuses Tropicales Emergentes, CNRS-IRD UMR 6236, Faculte ́de Médecine, Universite ́de la Méditerrane ́e, 27 Bd Jean Moulin,13385 Marseille Cedex 5, France Department of Biological Sciences, SUNY at Buffalo, Buffalo, NY, USA Department of Biology, Brigham Young University, Provo, Utah, USA, 2010 International Society for Infectious Diseases. Published by Elsevier Ltd. All rights reserved https://reader.elsevier.com/reader/sd/pii/S1201971210000299?token=E93D7BF7176FE7D75E22E94ECD2A2AAD7326B39030A0BBB17EBC8AAAE9E58C5C599D9122E7127712E0FE27B8C234B388&originRegion=eu-west-1&originCreation=20210811070042,
  23. [] Bruno B. Chomel, Henri-Jean Boulouis, Soichi Maruyama, and Edward B. Breitschwerdt,, Bartonella Spp. in Pets and Effect on Human Health, Emerg Infect Dis. 2006 Mar; 12(3): 389–394 doi: 10.3201/eid1203.050931 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3291446/
  24. [] ESCCAP (European Scientific Counsel Companion Animal Parasites), https://www.esccap.fr/vers-parasites-chien-chat/echinocoques-echinococcose-alveolaire-hydatidose.html
  25. [] Featured Creatures – Entomology & Nematology / FDACS / EDIS -UF/IFAS-University of Florida https://entnemdept.ufl.edu/creatures/urban/occas/catflea.htm
  26. [] Centre Antipoison Animal – Capae Ouest – https://www.centre-antipoison-animal.com/insecticides.html
  27. [] [] [] FDA (Food and Drug Administration)  Fact Sheet for Pet Owners and Veterinarians about Potential Adverse Events Associated with Isoxazoline Flea and Tick Products,  13/08/2021  https://www.fda.gov/animal-veterinary/animal-health-literacy/fact-sheet-pet-owners-and-veterinarians-about-potential-adverse-events-associated-isoxazoline-flea
  28. [] DE Ray, PJ Forshaw. Pyrethroid insecticides: poisoning syndromes, synergies, and therapy. J Toxicol Clin Toxicol. 2000;38(2):95-101. 10.1081/clt-100100922
  29. [] [] [] ANSES – Communiqué de presse – L’Anses retire l’autorisation de mise sur le marché de certains colliers antiparasitaires destinés aux animaux de compagnie – Maisons-Alfort, le 17 avril 2012 : https://www.anses.fr/fr/system/files/CP-colliers-APE.pdf
  30. [] ANSES, Des faux colliers antiparasitaires vendus sur internet, Actualité du 03/12/2020, https://www.anses.fr/fr/content/des-faux-colliers-antiparasitaires-vendus-sur-internet
  31. [] [] Valerie Palmieri,W. Jean Dodds, Judy Morgan, Elizabeth Carney, Herbert A. Fritsche, Jaclyn Jeffrey, Rowan Bullock, Jon P. Kimball, Survey of canine use and safety of isoxazoline parasiticides, 02 June 2020, https://doi.org/10.1002/vms3.285
  32. [] [] RCP (Résumé des Caractéristiques du Produit) du Fluralaner en tant qu’antiparasitaire pour chien et chat : https://www.ema.europa.eu/en/documents/product-information/bravecto-epar-product-information_fr.pdf
  33. [] [] RCP (Résumé des Caractéristiques du Produit) de l’afoxolaner en tant qu’antiparasitaire pour chien et chat : https://www.ema.europa.eu/en/documents/product-information/nexgard-epar-product-information_fr.pdf
  34. [] [] RCP (Résumé des Caractéristiques du Produit) de l’antiparasitaire comfortis pour chien et chat : https://ec.europa.eu/health/documents/community-register/2013/20130114125064/anx_125064_fr.pdf
  35. [] Bravecto RCP (Résumé des Caractéristiques du Produit) – https://www.ema.europa.eu/en/documents/product-information/bravecto-plus-epar-product-information_fr.pdf
  36. [] [] Kim Schumacher. Etude rétrospective des déclarations d’effets indésirables graves lors d’utilisation d’antiparasitaires externes chez le chat et le chien. Médecine vétérinaire et santé animale. Université Paris-Est Créteil Val de Marne (UPEC); École nationale vétérinaire d’Alfort, 2016. Français. Fftel01874183
  37. [] Evans SJW, Waller PC, Davis S. Use of proportional reporting ratios (PRRs) for signal generation from spontaneous adverse drug reaction reports. Pharmacoepidemiol Drug Saf. 2001 Oct;10(6):483–6.
  38. [] Boland LA, Angles JM. Feline permethrin toxicity: retrospective study of 42 cases. J Feline Med Surg. 2010 Feb;12(2):61-71. doi: 10.1016/j.jfms.2009.09.018. Epub 2009 Nov 7. PMID: 19897392.
  39. []  Kim Schumacher. Etude rétrospective des déclarations d’effets indésirables graves lors d’utilisation d’antiparasitaires externes chez le chat et le chien. Médecine vétérinaire et santé animale. Université Paris-Est Créteil Val de Marne (UPEC); École nationale vétérinaire d’Alfort, 2016. Français. Fftel01874183
  40. [] Science et Avenir : Les traitements anti-puces toxiques pour les enfants et les animaux ? Par Johanne-Eva Desvages le 18.07.2016
  41. [] ANSES – IRCP – ANMV – Firprokil spray – http://www.ircp.anmv.anses.fr/rcp.aspx?NomMedicament=FIPROKIL+2%2C5+MG+SPRAY+FIPRONIL+CHATS+CHIENS
  42. [] ANSES, Ne traitez pas votre chat avec un antiparasitaire pour chien, Actualité du 05/05/2021, https://www.anses.fr/fr/content/ne-traitez-pas-votre-chat-avec-un-antiparasitaire-pour-chien
  43. [] [] Michael K. Rust, Recent Advancements in the Control of Cat Fleas, Department of Entomology, University of California, Riverside, CA 92521, USA, Insects 2020, 11(10), https://www.mdpi.com/2075-4450/11/10/668/htm
  44. [] ANSES – Accueil – Biocides –https://www.anses.fr/fr/content/biocides
  45. [] ANSES-“Transitional period”, DPR Biocides, 01.06.2021, https://www.helpdesk-biocides.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=102&Itemid=208&lang=en
  46. [] ECHA (European Chemicals Agency) – Autorisation des produits biocides – https://echa.europa.eu/fr/regulations/biocidal-products-regulation/authorisation-of-biocidal-products
  47. [] Le géraniol est en cours d’évaluation et sous régime transitoire. Le régime transitoire est défini par l’Article 89 du Règlement (UE) n° 528/2012, https://www.helpdesk-biocides.fr/
  48. [] ANSES – L’évaluation des produits biocides, comment ça marche? https://www.anses.fr/fr/content/l%C3%A9valuation-des-produits-biocides-comment-%C3%A7a-marche
  49. [] Collart, M.G. & Hink, W.F. (1986) Sublethal effects of D-limonene on the cat flea, Ctenocephalides felis. Entomologia Experimentalis et Applicata, 42, 225–229.https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1570-7458.1986.tb01026.x
  50. [] [] Hink, W.F. & Fee, B.J. (1986) Toxicity of D-limonene, the major component of citrus peel oil, to all life stages of the cat flea, Ctenocephalides felis (Siphonaptera, Pulicidae). Journal of Medical Entomology, 23, 400–404. https://academic.oup.com/jme/article-abstract/23/4/400/2220505
  51. [] Ellse, L.; Wall, R. The use of essential oils in veterinary ectoparasite control: A review. Med. Vet. Entomol. 2014, 28, 233–243, https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/mve.12033
  52. [] Rust, M.K. The biology and ecology of cat fleas and advancements in their pest management: A review. Insects 2017, 8, 118.https://www.mdpi.com/2075-4450/8/4/118
  53. [] Michael K. Rust, Recent Advancements in the Control of Cat Fleas, Department of Entomology, University of California, Riverside, CA 92521, USA, Insects 2020, 11(10),  https://doi.org/10.3390/insects11100668
  54. [] [] Addie DD, Boucraut-Baralon C, Egberink H, Frymus T, Gruffydd-Jones T, Hartmann K, Horzinek MC, Hosie MJ, Lloret A, Lutz H, Marsilio F, Pennisi MG, Radford AD, Thiry E, Truyen U, Möstl K; European Advisory Board on Cat Diseases. Disinfectant choices in veterinary practices, shelters and households: ABCD guidelines on safe and effective disinfection for feline environments. J Feline Med Surg. 2015 Jul;17(7):594-605, DOI: 10.1177/1098612X15588450
  55. [] Genovese, A.G., McLean, M.K. and Khan, S.A. (2012), Adverse reactions from essential oil-containing natural flea products exempted from Environmental Protection Agency regulations in dogs and cats. Journal of Veterinary Emergency and Critical Care, 22: 470-475. https://doi.org/10.1111/j.1476-4431.2012.00780.x
  56. [] D. Villar, MJ Knight, SR Hansen, WB Buck, Toxicity of melaleuca oil and related essential oils applied topically on dogs and cats, Vet Hum Toxicol. 1994 Apr;36(2):139-42, https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/8197716/
  57. [] K. Bischoff, J Fessesswork Guale,  Australian tea tree (Melaleuca alternifolia) oil poisoning in three purebred cats, Vet Diagn Invest, 1998, 10:208–210, https://journals.sagepub.com/doi/pdf/10.1177/104063879801000223
  58. [] Centre Antipoison Animal  Capae Ouest – Les huiles essentielles – https://www.centre-antipoison-animal.com/insecticides.html
  59. [] DGCCEF (Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes) – Biocides, prenez vos précautions ! https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/biocides-prenez-precautions
  60. [] Michael K. Rust, Recent Advancements in the Control of Cat Fleas, Department of Entomology, University of California, Riverside, CA 92521, USA, Insects 2020, 11(10), https://doi.org/10.3390/insects11100668

Partagez cet article

  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Imprimer

Vous aimerez lire aussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cocher cette case pour accepter notre Politique de confidentialité

Davy Ros

Né à l’Elevage des Joyeuses Gambades (meilleur élevage de France dès 1998), j’ai très tôt compris et admis l’impact largement sous-estimé de l’alimentation sur le développement des maladies contemporaines des chiens et chats.

C’est pourquoi en 2014, après mes études médicales, j’ai décidé de consacrer tout mon temps à la recherche et à la santé animale.

Aujourd’hui, les résultats que vous obtenez sont notre fierté !

Davy Ros

Président Fondateur de CROQ’ la Vie
Chercheur en santé et en nutrition animale

+ de conseils

sur notre chaine Youtube

Découvrir