Chien plantigrade ou panard : quelle solution contre ce souci ?

278 vues 0 commentaire
8 minutes de lecture

Vous trouvez que votre chien adopte une posture étrange, peu naturelle, du point de vue de ses pattes, et vous avez entendu parler de “chien plantigrade” ou bien de “chien panard” ? Vous vous demandez naturellement d’où provient ce souci, et surtout, quelles solutions existent pour aider votre compagnon à retrouver une posture normale.

Vous êtes au bon endroit : ici, vous allez découvrir les origines possibles de ce souci, ainsi que nos conseils d’éleveurs ayant vécu la situation in vivo, auprès de nos chiens, pour mettre fin à ces soucis de laxité ligamentaire chez le chien.

Votre chien est-il plantigrade ou panard ?

Que votre chien soit plantigrade ou panard, votre chien présente une hyperlaxité des ligaments dans ses pattes : il s’agit d’une élasticité excessive, qui crée chez lui une posture très particulière.

Chien plantigrade ou chien panard
  • On diagnostiquera un chien plantigrade lorsque, vu de profil, les aplombs du chien sont défectueux, et semblent affaissés. S’il est plantigrade des pattes avant, le poignet (ou carpe) du chien touche le sol, tandis que sur les pattes arrière, le talon (ou tarse) du chien touche le sol, à la manière des kangourous.
  • On dira qu’un chien est panard si, vu de face, les pattes du chien semblent voûtées, arquées. Il peut s’agir autant de soucis sur ses pattes avant qu’arrière. Ses pieds se tournent alors progressivement vers l’extérieur.

Ces postures ne sont bien évidemment pas normales. On note également que seuls les chiens de moyennes et grandes races sont touchés par ces soucis. Mais alors quelle est l’origine de ces laxités ligamentaires si caractéristique ?

D’où vient le souci du chien plantigrade ou panard ?

À l’heure actuelle, la littérature scientifique continue à avoir du mal à déterminer l’origine réelle du souci. Cependant, plusieurs pistes ont été étudiées, et certaines, même si elles méritent d’être encore creusées, font réellement sens…

Est-ce un souci génétique, ou lié à sa race ?

Vous entendrez souvent dire que le souci du chien panard ou plantigrade trouverait ses origines dans l’hérédité, soit d’un point de vue génétique, soit d’un point de vue d’une prédisposition raciale.

Or, aucune étude n’a pour l’heure réussi à démontrer la véracité de ces propos. En effet, on constate qu’un chien ayant de tels soucis de laxité ligamentaire n’engendrera pas forcément un chiot avec des soucis similaires. Et même rarement d’ailleurs. De même pour l’origine potentiellement liée à la race : cette hypothèse ne semble pas tenir d’un point de vue scientifique.

Est-ce un souci d’origine alimentaire ?

Si vous suivez depuis quelques temps ce blog de la Santé par l’Alimentation©, vous savez combien nous attachons d’importance à la qualité de la nourriture pour nos compagnons. Et la qualité des aliments proposée par les fabricants de PetFood laissant malheureusement de plus en plus à désirer, nombre soucis de santé des chiens y sont liés.

Cependant, dans le cas du chien panard ou plantigrade, aucune origine alimentaire ne semble pouvoir être retenue. On verra ainsi des chiots nourris avec une alimentation de qualité (voire même à la viande) souffrir de ces mêmes laxités, tout autant que les chiens nourris à partir d’ingrédients inadaptés ou de qualité médiocre.

Attention ! Si l’alimentation n’a rien à voir avec le fait que votre chien soit plantigrade ou panard, elle a pourtant une influence significative sur sa santé. Parce que la qualité de vie de votre compagnon dépend de la qualité de ce qui se trouve dans sa gamelle, n’hésitez pas à consulter notre dossier La croquette idéale pour votre chien existe-t-elle ?

En somme, la plantigradie ou le chien panard sont des troubles de la croissance qui se déclarent chez le chiot ou le jeune chien, et qui ne semblent avoir aucun rapport avec la génétique, l’hérédité ou encore l’alimentation. Cette laxité ligamentaire est d’ailleurs propre à chaque animal, et varie d’un chien à l’autre.

Ceci étant, il existe une hypothèse à l’origine, encore en étude, de ce souci qui mérite qu’on lui prête une attention particulière…

Serait-ce lié à l’eau qu’il consomme ?

Depuis quelques temps déjà, nos éleveurs des Joyeuses Gambades investiguent une piste pour expliquer qu’un chiot devienne plantigrade ou panard… et cette origine se trouverait dans l’autre gamelle, celle que l’on regarde peu : la gamelle d’eau de votre chien. Voici pourquoi.

Scientifiquement, on sait que certaines hormones comme les oestrogènes (les hormones féminines) jouent un très grand rôle dans l’augmentation de la laxité musculaire et ligamentaire. C’est d’ailleurs ce mécanisme qui intervient durant la grossesse. Ces hormones ont notamment pour effet de détendre les muscles du bassin, afin de faciliter la sortie de l’enfant au moment de la naissance. Mais elles agissent aussi sur les autres muscles et ligaments dans tout le corps.

Ainsi, en raison des modifications hormonales qui interviennent pendant la grossesse, à savoir l’augmentation de la sécrétion des hormones stéroïdes (comme les oestrogènes et la progestérone), une hyperlaxité ligamentaire, une augmentation des amplitudes articulaires et une augmentation de l’instabilité articulaire surviennent. Ces hormones modifient le métabolisme des cellules en modifiant l’expression de certains gènes, dès le premier trimestre de la grossesse.

Mais quel rapport avec l’eau, direz-vous ?

L’idée peut paraître surprenante de prime abord, mais ne l’est en réalité absolument pas. En effet, l’eau courante est malheureusement de plus en plus polluée par les hormones, et notamment les oestrogènes. En 2002, on lisait déjà dans le Journal Le Parisien : “Selon les résultats publiés hier par « The Independant », les rivières seraient contaminées par une forme puissante d’oestrogène, hormone féminine provenant des urines déversées par les chasses d’eau domestiques”1. Les autorités concernées sont d’ailleurs, depuis plus de 10 ans, parfaitement au courant de ce souci majeur.

De nombreux scientifiques observent déjà l’impact, parfois très important, de certaines eaux polluées, qui entraînent des modifications sur les espèces aquatiques2. L’impact des contraceptifs semble être largement plus important qu’on ne le pense, puisqu’on observe une réelle féminisation de nos poissons : dans nos rivières et fleuves pollués par les hormones, la proportion de poissons mâles ne cesse de décroître.

En parallèle, on observe de plus en plus de tumeurs du sein chez les femmes (mais aussi de cancer des mamelles chez les chiennes), et une baisse colossale du nombre de spermatozoïdes chez les hommes. Ces phénomènes semblent liés par une seule et même origine : la présence d’hormones comme les oestrogènes dans l’eau consommée, liée au déversement d’urines contenant des contraceptifs, mais également de pesticides (notamment des composés organochlorés) ou de peintures antifouling ayant des effets similaires à ces hormones.

Ainsi, il est plus que plausible que ce soit la présence de ces hormones dans l’eau courante, lors de la croissance du chiot, qui provoquent sa laxité musculaire et ligamentaire, le faisant devenir chien panard ou chien plantigrade. On ne peut également mettre de côté l’hypothèse de l’influence des perturbateurs endocriniens, de plus en plus pointés du doigt comme pouvant également engendrer des laxités ligamentaires similaires.

Le saviez-vous ? Nos chiens boivent beaucoup plus d’eau que nous autres, humains, au quotidien, car ils consomment bien souvent majoritairement des nourritures sèches. Quand un humain d’environ 70kg se verra recommander de boire 1,5L d’eau par jour, un chien de 30kg aura besoin de 2L d’eau, et un chien de 80kg de 5L. C’est pourquoi on verrait une influence bien plus significative de la pollution de l’eau sur la santé des chiens que sur les humains.

Heureusement, pendant la croissance de votre compagnon, il est tout à fait possible d’agir pour limiter, voire résoudre totalement, ce souci de plantigradie ou de chien panard.

Comment guérir le chien plantigrade ou le chien panard ?

Peut-on guérir un chien panard ou plantigrade ?

Nous sommes souvent approchés par des propriétaires qui voient leur compagnon commencer à souffrir de ces soucis. Attelles, chondroprotecteurs pour chien à base de chondroïtine et glucosamine : ces propriétaires ont essayé diverses solutions, sans effet réel sur l’état des ligaments de leur chien.

C’est en expérimentant sur le terrain que, de notre côté, nous avons pu trouver une solution en deux étapes, adaptée pour les chiots en croissance (soit avant 8 mois).

Bien sûr, plus tôt vous vous y prendrez avant la fin de sa croissance, plus vous serez susceptible d’avoir de bons, voire vraiment d’excellents résultats avec une résolution totale de ces laxités.

Et pour le chien panard ou plantigrade adulte ?

Concernant les chiens qui souffrent de laxité ligamentaire à l’âge adulte, nous avons encore peu de recul sur le traitement que nous vous proposons : nous n’avons eu l’occasion de le tester que sur nos chiots à l’élevage dont les quelques laxités ligamentaires se sont systématiquement résolues à 100%. Cependant, à notre sens, il mérite tout de même d’être tenté pour aider votre chien à retrouver une posture normale… 100% naturel, il ne peut en tous cas pas lui faire de mal, bien au contraire !

Le Canzocal, pour régénérer ses ligaments

Connu comme un remède dans les soucis d’arthrose chez le chien, le Canzocal est un complément alimentaire totalement naturel. Il est composé de tout ce que l’on trouve naturellement dans un os vivant : des minéraux, des oligo-éléments et des protéines essentielles, ainsi qu’avec un apport organique de collagènes et de protéoglycanes.

Grâce à cette composition unique, le Canzocal permet de régénérer les tendons, les ligaments et le cartilage du chien, pour rapidement résoudre les problèmes du chiot panard ou plantigrade. Ses effets bénéfiques se voient généralement entre 3 et 6 semaines de cure dans l’arthrose du chien mais peuvent mettre jusqu’à 3 mois dans les cas de laxité. En général, afin de ne prendre aucun risque, nous préconisons de le donner jusqu’à la fin de la croissance du chiot, afin d’éviter toute récidive durant la croissance.

Il est également simple à administrer : il vous suffit de le rajouter à la ration quotidienne de votre compagnon, ou bien de lui administrer directement dans la gueule, ou dans un yaourt nature, pour satisfaire sa gourmandise de jeune chiot.

Envie de le tester ? Commandez le Canzocal dans notre boutique en ligne

Le Canzocal semble ne pas avoir d’efficacité sur les laxités ligamentaires chez un chien qui a déjà terminé sa croissance. Cependant, couplé au conseil ci-dessous et à une bonne alimentation, nous n’avons pas encore assez de recul.

Même si l’alimentation ne semble pas être en cause dans les soucis de laxités ligamentaires, il ne faut pas sous-estimer son rôle dans l’amélioration de la condition de santé articulaire de votre chien.

L’eau de source pendant sa croissance

Vous avez lu tout à l’heure que l’hypothèse de l’influence de l’eau sur la laxité ligamentaire et musculaire de nos compagnons était loin d’être insensée.

Dans notre élevage des Joyeuses Gambades, cette piste nous semblait si intéressante, que nous testons, depuis fin 2019 maintenant sur les chiots plantigrades ou panards un nouveau système de filtration d’eau, par osmose inversée. Celui-ci permet de purifier l’eau polluée extrêmement finement, et de faire bénéficier à nos petits résidents d’une eau de qualité supérieure (sans hormones, sans métaux lourds, sans pesticides…).

S’il est encore trop tôt pour avoir assez de recul, les résultats sont déjà stupéfiants sur de nombreux points : pour le moment plus aucun chiot plantigrade ou panard.

C’est pourquoi il nous semble important de vous recommander cette étape supplémentaire pour guérir votre jeune chien plantigrade ou panard.

Pendant toute sa croissance, nous vous recommandons ainsi de lui mettre à disposition dans sa gamelle de l’eau de source en bouteille. Celle-ci permet d’éviter tous les soucis d’eaux courantes polluées par les perturbateurs endocriniens et les hormones de type œstrogène malheureusement fortement présentes.

Grâce à ces deux étapes, vous verrez sans doute rapidement votre chiot retrouver une structure ligamentaire normale et une posture naturelle. Vous souhaitez bénéficier de plus de conseils sur sa santé ou son alimentation ? Contactez-nous dès maintenant dans les commentaires ci-dessous, ou par email directement : nous nous faisons toujours un plaisir de vous répondre, et de vous partager notre expérience en matière de santé animale !

retrouver tous les commentaires de cet article

Références

  1. [] L’eau polluée menacerait la fertilité – article du Parisien, 18 mars 2002 : https://www.leparisien.fr/societe/l-eau-polluee-menacerait-la-fertilite-18-03-2002-2002905252.php
  2. [] La pollution environnementale par les hormones œstrogéniques – Marine Deroo, Université de Picardie Jules Verne, 2018 : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02015768/document

Partagez cet article

Vous aimerez lire aussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cocher cette case pour accepter notre Politique de confidentialité

QUI EST À L’ORIGINE DU BLOG CROQ LA VIE ?

Davy Ros :

Ostéopathe D.F.O. et Hygiéniste, spécialisé en nutrition animale à l’élevage Joyeuses Gambades.

NOS ALIMENTS ET NOTRE BOUTIQUE SANTÉ

La boutique