fbpx
Tartre chien

Détartrage du chien sans anesthésie : quelles solutions ?

Mauvaise haleine récurrente, formation d’abcès buccaux, saignement des gencives au moment des repas ou simple présence d’une plaque dentaire adhérente à l’émail dentaire et de couleur marron… Autant de signes que votre chien pourrait souffrir de tartre, une affection certes courante, mais à prendre au sérieux pour permettre à votre compagnon de retrouver confort et bonne santé.

Le moyen le plus connu pour traiter le tartre du chien est le recours à un détartrage chez le vétérinaire. Cependant, un nombre croissant de propriétaires de chiens optent pour des options alternatives, moins invasives et a priori moins risquées puisque sans anesthésie générale.

Est-ce alors préférable de choisir un détartrage pour chien sans anesthésie ? Quelles sont les méthodes les plus efficaces ? Suivez le guide.

Qu’est-ce que le tartre chez le chien ?

Il convient d’abord de comprendre le mécanisme à l’origine du tartre chez le chien, pour le traiter correctement.

Les chiens, comme tous les êtres vivants, se nourrissent. En mangeant, il se dépose naturellement des résidus d’aliments et des bactéries, qui vont former ce qu’on appelle la plaque dentaire sur les dents du chien. Cette plaque dentaire est naturelle et ne pose pas de problème puisqu’en temps normal elle n’est pas adhérente et ne reste donc pas sur les dents.

Seulement, lorsque le pH salivaire du chien se modifie (acidité de la salive), très souvent à cause d’une alimentation non-adaptée à ses réels Besoins Biologiques et Naturels, on constate alors l’apparition d’une précipitation minérale sur la plaque dentaire. En se minéralisant les dépôts se cristallisent. Avec le temps, c’est là que la plaque dentaire se transforme en tartre, et cause une fragilisation des gencives de votre chien. Sa santé buccale s’en trouve grandement affectée, car il devient bien plus sensible aux infections, inflammations, saignements et autres abcès.

A terme, si le tartre n’est pas traité, les microbes qui s’y développent peuvent causer le déchaussement des dents de votre chien, ou passer dans son sang et se fixer sur différents organes vitaux, comme le coeur ou les reins ; sur les sujets âgés, cela peut se solder par des maladies plus graves encore, comme l’insuffisance cardiaque ou rénale.

Il est donc nécessaire de réagir lorsque votre chien présente une quantité importante de tartre, plutôt que de laisser la situation se dégrader. Mais par quel moyen ?

Important à savoir sur la mauvaise haleine : On explique souvent que la mauvaise haleine du chien est liée à la présence de tartre. A moins d’avoir vraiment énormément de tartre, il n’en est rien. La preuve en est qu’après un détartrage, le chien à presque systématiquement encore mauvaise haleine. En effet, en réalité, la mauvaise haleine provient plutôt de son estomac et de son alimentation. Donc si votre but est d’en finir avec la mauvaise haleine de votre chien, rendez-vous de suite sur notre article : DOSSIER : la mauvaise haleine du chien – quel remède naturel fonctionne vraiment ?

Pour le détartrer : passage chez le vétérinaire obligé ?

Le réflexe premier, lorsque son chien présente du tartre qui l’incommode, est de se présenter chez le vétérinaire, qui proposera alors un détartrage.

Le détartrage coûte, en moyenne, entre 100 et 300€ – pour l’acte lui-même, hors prix de la consultation. Ce coût sera déterminé par le vétérinaire en fonction de la taille de votre chien, mais aussi de l’état de sa bouche et de la quantité de tartre qu’il présente.

En dehors du fait que cet acte est relativement coûteux, il présente certains risques pour votre compagnon qu’il est important de connaître.

En effet, un détartrage chez le vétérinaire implique très souvent que votre chien soit sous anesthésie générale, afin que le professionnel puisse intervenir le plus facilement possible et retirer un maximum de tartre. L’anesthésie générale, chez les humains comme chez les chiens, n’est pas un acte médical anodin.

Outre la possibilité que votre chien ne se réveille pas de l’opération, l’anesthésie est globalement déconseillée pour les animaux de nature fragile ou âgés, car cela reste une technique invasive. En cas de pathologies chroniques, ou rénales comme l’insuffisance rénale, il y a de réels risques vitaux. Le détartrage est tout bonnement fortement contre-indiqué.

Par ailleurs, une technique couramment associée à l’anesthésie dans le cadre d’un détartrage canin est la luxation de la mâchoire. Le vétérinaire procède parfois comme suit pour accéder plus aisément à l’intérieur de la gueule de votre chien. Cela constitue un risque sur le plan ostéopathique, avec de possibles répercussions à court et moyen termes sur le bien-être de votre chien.

Enfin, le détartrage des dents du chien est certes un traitement efficace une fois le tartre apparu, mais il ne constitue en rien une mesure préventive.

Aux Joyeuses Gambades, forts d’une expérience de plus de 30 ans en tant qu’éleveurs canins, nous sommes d’avis qu’un détartrage par anesthésie générale n’est à utiliser qu’en dernier recours, compte tenu du coût et des risques afférents à cette pratique. Lorsque cela est possible, mieux vaut opter pour une solution naturelle et moins invasive : un détartrage du chien sans anesthésie. C’est quelque part une question de bon sens, ne pensez-vous pas ?

Que penser du bicarbonate de soude ?

Lorsque l’on s’intéresse aux traitements alternatifs contre le tartre du chien sans anesthésie, on se rend vite compte que le plus connu est le bicarbonate de soude, un composé ionique blanc d’origine naturelle que l’on trouve sous forme de poudre.

En effet, le bicarbonate de soude est connu pour avoir des propriétés exfoliantes et une action abrasive, en plus d’agir sur les mauvaises odeurs. Appliqué sur une brosse à dents, puis sur les dents de votre chien, il aura un effet “peeling” permettant l’élimination mécanique du tartre.

Il n’est, pour autant, pas à considérer comme un remède miracle : là encore, il permet d’éliminer le tartre déjà présent dans la gueule de votre chien, mais ne s’attaque pas aux origines mêmes de cette apparition.

Il faut également prendre en compte qu’à l’instar d’un brossage de dents mécanique, il s’agit d’une opération pas toujours aisée d’un chien à l’autre, et qu’il faudra la répéter au quotidien pour en entretenir les effets. Les chiens n’apprécient pas toujours.

Y-a-t-il alors un traitement non invasif contre le tartre du chien, qui fonctionne sur le long terme et s’attaque à l’origine de la problématique, et non aux symptômes seuls ?

Le Plaque Destructor, pour le détartrage du chien sans anesthésie

Nous avons une alternative naturelle contre le tartre du chien, qui, en plus de traiter la problématique à sa racine, évite les récidives… Un véritable détartrage pour chien sans anesthésie, en somme.

Le Plaque Destructor est un produit parfait pour procéder au détartrage du chien sans anesthésie

Le Plaque Destructor est un complément alimentaire sous forme de poudre et à base, au choix, d’algues ou de levures ; les deux étant aussi efficaces et totalement naturels. Il agit en rééquilibrant le pH de la salive de votre chien. En effet, comme nous l’avons vu plus haut, le pH déséquilibré est à l’origine-même de la précipitation minérale à l’origine de la formation du tartre. Sans rééquilibration de ce pH buccal, la tartre chez le chien récidivera systématiquement et souvent très rapidement malheureusement.

Le Plaque Destructor, utilisé quotidiennement, va donc permettre le ramollissement progressif des dépôts de tartre, qui seront éliminés naturellement et sans douleur en 3 à 6 semaines (8 dans les cas les plus avancés de tartre).

Autre avantage : son prix. Le Plaque Destructor coûte 25€ les 80g, ce qui correspond à 2 à 8 mois de traitement selon la taille de votre chien. Vous avez même de quoi faire plusieurs détartrages chez les petits chiens et les moyennes races. Cela est donc bien plus accessible qu’un détartrage avec anesthésie générale chez le vétérinaire : cette solution est, à titre de comparaison, 4 à plus de 12 fois moins onéreuse.

Ce traitement fonctionne aussi bien en curatif qu’en préventif, sans contre-indication et ce, quel que soit l’âge, la race, la taille ou la santé bucco-dentaire de votre chien. Il est très facile à administrer : il suffit de le mélanger à la ration quotidienne de votre compagnon, de le mélanger à un yaourt s’il aime ça, ou bien de le lui mettre directement dans la gueule.

Cependant, il est important de noter que, pour pérenniser et optimiser l’action et les résultats du Plaque Destructor, la meilleure arme contre le tartre de votre chien reste son alimentation, un élément trop peu souvent pris en compte. Comme nous l’avons déjà vu plus haut dans cet article, il ne faut pas oublier que la modification du pH salivaire du chien, à l’origine de l’apparition excessive de tartre, est avant tout liée à son alimentation.

La santé buccale de votre compagnon repose donc essentiellement sur une alimentation qui respecte ses Besoins Biologiques et Naturels : c’est ce que nous allons voir dès maintenant.

Le détartrage du chien sans anesthésie ne peut pas se passer d'une nourriture adaptée à ses besoins originels

De l’importance de la Santé par l’Alimentation© contre le tartre

Pour éviter d’en arriver à un détartrage chez le vétérinaire, impliquant le recours à une anesthésie potentiellement dangereuse chez certains chiens, la première démarche pour garantir une bonne santé bucco-dentaire à votre chien est de porter une attention particulière à la composition de sa nourriture. En effet, une alimentation déséquilibrée contribuera à un déséquilibre de son pH salivaire et, à terme, à une production accrue de tartre.

Aux Joyeuses Gambades, nous sommes convaincus par expérience que le respect de quelques règles simples, mais strictes, en matière d’alimentation canine suffit à endiguer bon nombre de problèmes et autres affections à votre chien, et ce, sans besoin de recourir à des traitements coûteux et/ou des interventions risquées, comme par exemple l’anesthésie. D’où la philosophie que nous avons développé chez le chien : la Santé par l’Alimentation©.

Pour agir en conséquence, voici donc 5 critères de qualité nutritionnelle à suivre et appliquer lorsque vous choisissez la nourriture de votre chien :

  • Exit les légumes, fruits, tubercules ou légumineuses ! Le chien, de nature carnivore, n’a pas un organisme adapté à l’ingestion de tels aliments. Outre les déséquilibres buccaux-dentaires liés à une modification du pH salivaire sur le moyen terme, d’autres complications peuvent apparaître sous forme de diarrhées chroniques, vomissements, dermatites, pancréatites aiguës, insuffisances rénales… pour n’en citer que quelques-unes. La pomme de terre1 et le raisin2 sont d’ailleurs considérés comme toxiques par le Centre Antipoison Animal, tout comme l’ail et l’oignon3. D’autres font quant à eux l’objet de rapports alarmants de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis4, depuis 2017, parmi lesquels : pomme de terre, patate douce, pois, lentilles, pois chiches et haricots, qui auraient un lien avec le développement de cardiomyopathies. Les exclure de la gamelle de votre chien est donc une nécessité.
  • Des protéines et graisses animales de qualité. C’est là la première source de vitalité de votre chien, il ne faut donc pas les négliger. Abandonnez les viandes non destinées à la consommation humaine et les sous-produits animaux56, qui, au-delà de le rien apporter d’intéressant nutritionnellement à votre compagnon, irritent également son système digestif. Privilégiez également les viandes traçables et françaises, car certains pays, dont certains en Europe ou Outre-Atlantique par exemple, sont bien moins rigoureux en termes de traitement de la viande (viandes avariées recyclées à la Javel7, “viandes fraîches” reconstituées à partir de farine, de graisses et d’eau, dont la valeur protéique finale est très basse…).
  • Un taux de glucides réduit au maximum. Si la présence de glucides est incontournable dans les croquettes, car ils permettent leur constitution sous forme sèche, elle devrait être limitée au minimum nécessaire. Pour garder un effet neutre sur la santé du chien, les glucides doivent être limités à 33% maximum soit ⅓ de la composition de l’aliment maximum. Au delà et sur le long terme, ces derniers peuvent potentiellement avoir des répercussions sur la santé de votre chien.
  • Une cuisson à basse température. Les aliments cuits à trop haute température produisent des acrylamides8, des éléments hautement cancérigènes, mais aussi, dans le cas des protéines, des AGE (Advanced Glycated End Products)9 : des particules particulièrement toxiques pour la santé des reins du chien. Une basse température préserve l’intégrité nutritionnelle des ingrédients utilisés, leurs vitamines et leurs oligo-éléments, tout en garantissant la non-toxicité de ce que votre compagnon consomme.
  • Des aliments testés contre les métaux lourds10, OGM et mycotoxines11. Ces éléments peuvent, à plus ou moins long terme, avoir de graves conséquences sur la santé de votre chien. Privilégier des marques qui testent leur aliments est une véritable assurance pour les consommateurs.

Il y a 18 ans, nous avons créé CROQ’ la Vie. Fiers de notre philosophie de la Santé par l’Alimentation© et des résultats de notre approche sur les chiens de notre élevage, nous avons choisi de nous engager auprès de tous les propriétaires de chiens.

Nos croquettes CROQ’ la Vie contiennent 72% d’ingrédients d’origine animale, seulement 23% de glucides, soit 10% de moins que la limite conseillée, et jamais aucun fruit, légume, légumineuse ou tubercule. Nous utilisons également des produits français et régionaux pour soutenir nos producteurs et éleveurs mais surtout pour vous fournir une réelle qualité dont nous connaissons l’origine. Testées en laboratoires indépendants, nous sommes fiers de pouvoir dire que nos croquettes répondent aux critères de qualité nutritionnelle les plus hauts d’Europe.

De ce fait, elles sont tout indiquées pour garantir à votre compagnon une vie en pleine santé, et elles constituent un bon complément au détartrage du chien sans anesthésie grâce au Plaque Destructor. Rappelons-le encore une fois, une alimentation réellement adaptée à leurs Besoins Biologiques et Naturels est essentielle pour prévenir la récidive de la formation excessive de tartre chez le chien.

Une question ? Vous vous sentez perdus ou avez besoin d’un conseil de notre expérience ? N’hésitez pas à poster un commentaire au bas de cet article, ou à nous écrire directement par email. Nous nous faisons toujours un plaisir de vous partager nos conseils, des conseils de bon sens issus de notre expérience notable du terrain, qui vous permettent de trouver des solutions naturelles et sans risque aux soucis de votre chien dès que cela est possible.


Références


  1. [] Toxicité digestive et nerveuse de la Pomme de terre – Centre antipoison Animal de l’Ecole Nationale Vétérinaire : https://www.centre-antipoison-animal.com/pomme-terre.html
  2. [] Le raisin : enregistré au Centre Antipoison Animal, Chapitre “plantes toxiques” : https://www.centre-antipoison-animal.com/raisin.html
  3. [] L’ail et l’oignon : enregistrés au Centre Antipoison Animal, Chapitre “plantes toxiques” : https://www.centre-antipoison-animal.com/oignon.html
  4. [] FDA (U.S. Food and Drug Administration) : FDA Investigation into Potential Link between Certain Diets and Canine Dilated Cardiomyopathy / Enquête de la FDA sur le lien possible entre certains régimes et la cardiomyopathie dilatée canine – Mis à jour le 27 juin 2019 : https://www.fda.gov/animal-veterinary/news-events/fda-investigation-potential-link-between-certain-diets-and-canine-dilated-cardiomyopathy
  5. [] SIFCO (Syndicat des Industries Françaises des Coproduits Animaux) – Valorisation des sous-produits ou co-produits animaux : https://www.sifco.fr/valorisation#coproduits
  6. [] RÈGLEMENT (CE) No 1069/2009 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL – du 21 octobre 2009 – établissant des règles sanitaires applicables aux sous-produits animaux et produits dérivés non destinés à la consommation humaine et abrogeant le règlement (CE) no 1774/2002 (règlement relatif aux sous-produits animaux) : https://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2009:300:0001:0033:FR:PDF
  7. [] Viandes avariées recyclées aux Etats Unis et en Europe : https://www.amisdelaterre.org/TAFTA-TTIP-la-viande-a-la-Javel-s.html
  8. [] Croquettes pour chat : la gamelle qui rend malade : https://www.frc.ch/croquettes-pour-chat-la-gamelle-qui-rend-malade/
  9. [] Bohlender JM (Klinik für Innere Medizin III, Universitätsklinik Jena, Erlanger Allee 101, Jena, Germany), Franke S, Stein G, Wolf G : Advanced glycation end products and the kidney – Am J Physiol Renal Physiol. 2005 Oct;289(4):F645-59 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16159899
  10. [] Squadrone S , Brizio P , Simone G , Benedetto A , Monaco G , Abete MC – “Presence of arsenic in pet food : a real hazard ?” (Présence d’arsenic dans les aliments pour animaux de compagnie : un danger réel ?) – Vet Ital. 29 décembre 2017; 53 (4) : 303-307. doi : 10.12834 / VetIt.530.2538.2. : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29307124 (Version entière au format PDF : http://www.izs.it/vet_italiana/2017/53_4/VetIt_530_2538_2.pdf
  11. [] Étude portant uniquement sur les régimes vétérinaires : de nombreux régimes contaminés par les espèces de Fusarium et les mycotoxines pour chiens et chats : Witaszak, N .; Stępień, Ł .; Bocianowski, J .; Waśkiewicz, A. Fusarium Espèces et mycotoxines contaminant les régimes vétérinaires pour chiens et chats. Microorganismes 2019 , 7 , 26. : https://www.mdpi.com/2076-2607/7/1/26
Afficher plus
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page