La piroplasmose chez le chien : quels sont les symptômes et traitements possibles ?

70 vues 0 commentaire
4 minutes de lecture
Lecture en 1 minute : Découvrir le mémo
La piroplasmose chez le chien : quels sont les symptômes et traitements possibles ? La piroplasmose chez le chien : quels sont les symptômes et traitements possibles ?

La piroplasmose du chien est une maladie parasitaire, transmise par une morsure de tique porteuse de parasite babesia canis.

Cette maladie est très dangereuse pour nos compagnons à quatre pattes, car elle peut être mortelle. Toutefois, prise en charge rapidement, elle permet une guérison rapide et sans séquelles.

Comment reconnaître la piroplasmose chez le chien ?
Comment la traiter ?
Quels sont les moyens de prévention de cette maladie ?

Vous trouverez toutes les réponses à vos questions dans cet article.

Comment les chiens contractent-ils la piroplasmose ?

La piroplasmose (aussi appelée “‘babésiose”) est une maladie parasitaire qui est transmise au chien par une morsure de tique (Dermacentor reticulatus et Rhipicephalus sanguineus), porteuse du parasite « babesia canis ». Une tique infectée transmet la piroplasmose au chien en 48 heures.

Les tiques porteuses des parasites sont présentes dans toute la France. Néanmoins, ce sont les départements du Sud-Ouest qui sont les plus touchés. On signale également leur présence dans le Centre, l’Est, mais aussi en Île-de-France et en Bretagne sud.

Le plus souvent, le chien attrape donc les tiques pendant les promenades en forêt, en sous-bois, mais les tiques ont désormais envahi d’autres espaces naturels, y compris les parcs et même les terrains vagues des villes…

Sachez que la piroplasmose est très dangereuse pour les chiens : une tique infectée transmet le parasite dans le système sanguin où il se multiplie rapidement en provoquant une infection. Babesia canis fait éclater les globules rouges du chien et l’hémoglobine libérée entraîne l’augmentation du taux de bilirubine dans le sang, provoquant une intoxication rapide du chien.

Une prise en charge rapide est nécessaire, car cette maladie est potentiellement mortelle pour les chiens.

La piroplasmose du chien : quels symptômes ?

Il est donc primordial de détecter rapidement les signaux d’alerte pour pouvoir administrer un traitement adapté.

Voici les symptômes qui doivent vous alerter :

  • Une forte fièvre (aux alentours de 40°C) avec un risque de déshydratation
  • Des vomissements et une diarrhée, car le parasite attaque le foie du chien
  • Une coloration anormale des urines (rouge, orange, ou marron) – c’est l’un des signes les plus visibles de piroplasmose
  • L’abattement et une forte fatigue : le chien a du mal à se lever de son panier et refuse la nourriture.
  • Des yeux et des gencives pâles, visibles suite à la destruction progressive de globules rouges.

Sachez qu’il s’agit d’une véritable urgence vétérinaire. Si vous constatez un ou plusieurs de ces symptômes, consultez votre vétérinaire sans tarder. Il pourra alors confirmer le diagnostic grâce à une analyse sanguine et une analyse d’urines pour confirmer la présence du parasite.

Le traitement de la piroplasmose du chien

Une prise en charge précoce est nécessaire afin de stopper la progression de la maladie et pour éviter les séquelles potentielles. Ainsi, le traitement doit être administré dans les 2 jours suivant l’apparition des symptômes. Toutefois, sachez que prise à temps, la piroplasmose peut être rapidement guérie.

Le traitement consiste en l’administration d’un antibiotique (de type Imidocarbe), en injection, afin de détruire rapidement les piroplasmes. Si la maladie est déjà avancée, le vétérinaire peut administrer le traitement via une perfusion, voire effectuer une transfusion sanguine. Parfois, la maladie nécessite une brève hospitalisation.

La prévention de piroplasmose du chien

Compte tenu de la gravité de la piroplasmose, est-il possible de l’éviter ? Voici les moyens de prévention les plus courants.

L’inspection régulière du pelage du chien

Puisque la maladie est véhiculée par les tiques porteuses de parasites, il est essentiel d’inspecter régulièrement le pelage de votre chien, après les sorties dans la nature et particulièrement si vous habitez dans les zones à risque ou dans un environnement boisé.

Si vous constatez la présence de tiques, il faudra les enlever rapidement, à l’aide d’une pince à tiques spécifique afin d’éviter le passage du parasite dans le sang de votre chien.

Le vaccin contre la piroplasmose

Il existe un vaccin spécifique contre la piroplasmose du chien. Toutefois, il ne fait pas partie des vaccins obligatoires. Il s’agit de Pirodog1, qui peut être administré chez le chiot (à partir de 5 mois), avec un rappel 3 à 4 semaines plus tard, puis un rappel annuel ou semestriel.

La piroplasmose entraîne un phénomène d’immunodépression spécifique qui dure environ 6 semaines. Si le chien a déjà contracté la maladie, la vaccination peut intervenir seulement 8 semaines après l’infection parasitaire.

Sachez que ce vaccin n’est pas efficace à 100% et son objectif est de protéger le chien des formes graves de la maladie. Le prix du vaccin avec la consultation est de 70 à 80 euros pour une injection.

Les solutions anti-tiques

Vous avez sans doute entendu parler des produits antiparasitaires en vente libre, comme les sprays, les pipettes ou les comprimés anti-tiques. Leur action est de diffuser un produit insecticide pour provoquer la mort des tiques qui viendraient piquer le chien, soit par voie externe (colliers, sprays, pipettes), soit par voie interne (comprimés anti-tiques).

Toutefois, sachez que, même si ces produits sont en vente libre, ils ne sont pas sans risque pour la santé de votre chien.

Si bien que pour les colliers anti-puces et tiques par exemple, l’Agence Nationale de Sécurité de l’Alimentation (ANSES) a demandé en 2012 de nombreux retraits du marché de ces produits (voir la liste des substances concernées)2.

Pour les comprimés anti-puces et anti-tiques pour chat, une étude indépendante menée en 2018 auprès de vétérinaires et de propriétaires d’animaux (Project Jake Survey) a mis en évidence un fort taux d’effets secondaires (dans 66,6 % des cas !3) et qui étaient souvent sous-déclarés. Sachez que les comprimés anti-tiques contiennent des molécules de la classe des isoxazolines qui peuvent entraîner des effets secondaires plus ou moins graves, tels que des troubles digestifs (diarrhées, vomissements, inappétence et ptyalisme)45 ou encore un état léthargique, des tremblements musculaires, une ataxie et des convulsions6.

Soyez donc attentif lorsque vous administrez ces solutions antiparasitaires à votre chien.

CHOISISSEZ EN TOUTE CONNAISSANCE DE CAUSE

Chez CROQ’ la Vie nous savons que vous ne lésinez jamais quand il s’agit de sa santé. Profitez de ce moment pour télécharger l’infographie disponible ci-dessous. Elle vous sera très utile et vous fera découvrir comment grâce à 5 critères de bon sens, vous aurez vous aussi le plaisir de retrouver un chien à la peau apaisée.

ENVIE DE NOUS POSER UNE QUESTION ?

Vous voulez en savoir plus au sujet de la piroplasmose ou sur la santé ou l’alimentation de votre chien ? Contactez immédiatement le l’équipe du Conseil Santé de CROQ’ la Vie dans les commentaires ci-dessous, ou par email directement. Elle se fera un plaisir de vous répondre en vous donnant toujours des conseils éprouvés par 30 années d’expérience dans l’élevage canin.

retrouver tous les commentaires de cet article

Références

  1. [] RCP de Pirodog : http://www.ircp.anmv.anses.fr/rcp.aspx?NomMedicament=PIRODOG
  2. [] ANSES – Communiqué de presse – L’Anses retire l’autorisation de mise sur le marché de certains colliers antiparasitaires destinés aux animaux de compagnie – Maisons-Alfort, le 17 avril 2012 : https://www.anses.fr/fr/system/files/CP-colliers-APE.pdf
  3. [] Valerie Palmieri,W. Jean Dodds, Judy Morgan, Elizabeth Carney, Herbert A. Fritsche, Jaclyn Jeffrey, Rowan Bullock, Jon P. Kimball, Survey of canine use and safety of isoxazoline parasiticides, 02 June 2020, https://doi.org/10.1002/vms3.285
  4. [] RCP (Résumé des Caractéristiques du Produit) du Fluralaner en tant qu’antiparasitaire pour chien et chat : https://www.ema.europa.eu/en/documents/product-information/bravecto-epar-product-information_fr.pdf
  5. [] RCP (Résumé des Caractéristiques du Produit) de l’afoxolaner en tant qu’antiparasitaire pour chien et chat : https://www.ema.europa.eu/en/documents/product-information/nexgard-epar-product-information_fr.pdf
  6. [] FDA (Food and Drug Administration) Fact Sheet for Pet Owners and Veterinarians about Potential Adverse Events Associated with Isoxazoline Flea and Tick Products, 13/08/2021 https://www.fda.gov/animal-veterinary/animal-health-literacy/fact-sheet-pet-owners-and-veterinarians-about-potential-adverse-events-associated-isoxazoline-flea

Partagez cet article

Vous aimerez lire aussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cocher cette case pour accepter notre Politique de confidentialité

QUI EST À L’ORIGINE DU BLOG CROQ LA VIE ?

Davy Ros

Davy Ros :

Ostéopathe D.F.O. et Hygiéniste, spécialisé en nutrition animale à l’élevage Joyeuses Gambades.

NOS ALIMENTS ET NOTRE BOUTIQUE SANTÉ

La boutique

lecture du mémo en 1 minute

Contre les parasites : 5 critères à respecter

Découvrir