DOSSIER : Comprendre et soigner les vomissements chez le chat


642 vues 0 commentaire
Comment stopper définitivement les vomissements du chat Comment stopper définitivement les vomissements du chat

Voilà quelque temps déjà que votre chat vomit, et vous vous demandez d’où vient le souci ?

Vous êtes au bon endroit pour trouver les réponses à vos questions. Que votre chat vomisse de la bile jaune, que ses vomissements soient accompagnés de diarrhée, ou qu’il souffre de vomissements de mousse, vous allez découvrir les causes du souci, ainsi que les solutions pour aider votre compagnon.

C’est parti pour comprendre et soigner les vomissements du chat de manière totalement naturelle !

Quels sont les différents types de vomissements du chat à connaître ?

Il existe différents types de vomissements chez le chat qui, chacun, laissent supposer un souci de santé différent. Apprenez à les reconnaître ici, pour bien aider votre compagnon.

Les vomissements de bile jaune

Les vomissements bilieux, de couleur jaune, sont ceux que l’on retrouve le plus communément chez les chats. C’est pourquoi cet article va y consacrer une partie entière, que vous retrouverez plus bas.

Les vomissements accompagnés de diarrhées

Les vomissements du chat, lorsqu’ils sont accompagnés d’une diarrhée, sont typiques d’une gastro-entérite.

Vous pensez que votre chat souffre d’une gastro ? Il présentera alors sans doute plusieurs des symptômes suivants :

  • Des vomissements accompagnés de diarrhées
  • Une perte d’appétit
  • Une perte de poids rapide
  • Une déshydratation
  • Une fatigue inhabituelle
  • Des douleurs abdominales
  • Du sang dans les vomissements ou du sang dans les selles

Attention : la gastro-entérite, même si elle n’est pas grave en soi, peut mener à une déshydratation de votre compagnon, surtout chez le chaton. Si vous soupçonnez une gastro chez votre chat, consultez notre article “Mon chat a la gastro : que faire ?” pour bien le soigner.

Les vomissements de mousse blanche

Les vomissements de mousse blanche chez le chat proviennent de ses sucs gastriques, qui doivent normalement réaliser une première digestion des aliments qu’il a ingérés.

On constate souvent ce type de vomissements mousseux chez les chats…

  • Qui ont mâché longueur quelque chose, ce qui fait fonctionner leur système digestif “à vide” sans le remplir
  • Qui mangent n’importe quoi
  • Dont l’alimentation n’est pas adaptée à leurs Besoins Biologiques et Naturels

Les vomissements de nourriture

Les vomissements de nourriture sont assez fréquents chez le chat, et s’expliquent de plusieurs raisons :

  • Lorsque l’animal a une insuffisance rénale, une affection hépatique ou une affection pancréatique. Dans ce cas-ci, le chat a besoin de mettre son système digestif au repos, grâce à un jeûne de 2 voire 5 jours : il pourra ainsi focaliser l’énergie qu’il a encore sur son système immunitaire, pour se défendre contre la maladie.
  • Lors d’un changement de saison. Quand la météo change, les chats préfèrent parfois jeûner le temps de s’y habituer.
  • Lorsque le temps est chaud. Quand il fait chaud, le chat a besoin de se concentrer sur le refroidissement de son organisme, et n’a donc pas la même capacité à digérer les aliments. D’ailleurs, vous constaterez dans ce cas-là que ses selles deviendront peut-être plus molles. Aménagez un coin frais à votre compagnon.
  • Avant ou après s’être beaucoup dépensé. C’est un fait : un animal ne peut pas à la fois digérer et se dépenser ; ainsi, un chat préférera vomir plutôt que de laisser stagner dans son corps des aliments qu’il n’a pas encore digérés.

Quel que soit le cas de figure qui explique ces vomissements de nourriture, ne forcez jamais votre chat à manger. Son organisme sait de quoi il a besoin : il saura revenir vers sa gamelle lorsqu’il en aura la possibilité ou besoin.

Mon chat vomit jaune de la bile : pourquoi ?

Intéressons-nous désormais au type de vomissement du chat le plus fréquent : le vomissement de bile.

La bile est un liquide de couleur jaunâtre. Son pH est basique (environ 8), et elle est sécrétée en continu par le foie de l’animal. Elle a pour rôle de favoriser la digestion et de neutraliser l’acidité du chyme gastrique (et par conséquent, du contenu du système digestif).

Souvent, vous entendrez dire que les vomissements de bile du chat sont liés aux causes suivantes :

  • Le chat a l’estomac vide depuis trop longtemps (notamment lorsqu’il n’est nourri qu’une fois par jour). Cette cause est fausse, car, dans la nature, un carnivore mange fréquemment une seule fois par jour, sans pour autant rencontrer ce type de souci.
  • L’organisme du chat fait face à une surproduction de bile. C’est faux, car la bile ne peut pas être surproduite. Si elle n’est pas utilisée, elle est stockée dans la vésicule biliaire, et déversée dans la portion initiale de l’intestin (et non vomie).
  • Le chat subit une inflammation de la muqueuse de l’estomac à cause de la bile qui y reflue. C’est également faux, étant donné que la bile a un pH basique, qui régule justement l’acidité du système digestif. Elle ne peut donc pas provoquer une inflammation : elle est plutôt là pour aider l’estomac lorsqu’il est inflammé.

La vraie cause du chat qui vomit jaune de la bile ? Ces reflux de bile permettent à soulager l’acidité et les toxines présentes dans son estomac ; ces éléments étant liés à quelque chose qu’il a ingéré.

Ainsi, en vomissant de la bile, le chat essaye d’éliminer de son organisme des éléments qui dérangent son système digestif.

Note : Dans des cas très peu communs, les vomissements de bile du chat peuvent être un symptôme d’obstruction partielle digestive, liée à une pathologie plus grave (comme un pancréas atteint). Ces vomissements, dans ces cas précis, ont lieu sur plusieurs jours d’affilée, et s’amplifient dans le temps. Vous constatez ce type de symptômes chez votre compagnon ? Consultez d’urgence votre vétérinaire.

Quels facteurs causent les vomissements de bile chez le chat ?

Plusieurs éléments peuvent causer les vomissements du chat. Découvrez-les ici, pour aider votre compagnon au mieux.

Les médicaments

Vous le savez peut-être déjà : bon nombre de médicaments présentent une réelle toxicité pour le système digestif du chat. Lorsqu’il en consomme, il veut alors s’en débarrasser en produisant des vomissements de bile.

C’est notamment le cas des médicaments contenant des molécules de la famille des isoxazolines (présentes notamment dans les comprimés anti-puces). Selon l’étude indépendante Project Jake Survey, datant de 2018 et menée auprès de propriétaires d’animaux et de vétérinaires, ils seraient responsables de 26 % des effets secondaires remontés1 !

Veillez donc à lire les notices des traitements médicamenteux que prend votre chat, et à traquer les effets secondaires potentiels qui y sont rapportés. Vous pourrez par la suite, si possible, recherche une alternative naturelle qui empêchera les vomissements du chat. Sur ce sujet, n’hésitez pas à nous contacter pour nous demander conseil.

Les légumes, tubercules, légumineuses et fruits

Le chat, malgré des millénaires passés aux côtés des hommes omnivores, est carnivore par nature. En atteste sa structure intestinale, caractéristique des carnivores : ses intestins sont trois fois plus courts que ceux de l’humain, lisses et sans haustration2.

Par conséquent, les légumes, tubercules, légumineuses et fruits sont des aliments inadaptés à ses Besons Biologiques et Naturels, fortement irritants et acidifiants pour la muqueuse intestinale de l’animal. C’est pourquoi ils provoquent ces vomissements de bile chez le chat.

Sachez qu’ils sont également la source principale d’inflammations digestives chroniques, pouvant mener à des soucis de santé plus graves encore.

Les huiles végétales

On retrouve bien souvent des huiles végétales dans la composition des pâtées et croquettes pour chat. Malheureusement, ces huiles sont bien souvent des déchets de notre industrie agroalimentaire humaine !

Elles ont un effet caractéristique sur le chat, en provoquant ses vomissements de bile : en effet, la bile a un effet émulsifiant, ce qui permet à l’animal de l’éliminer de son organisme.

Les protéines et graisses animales de qualité discutable

Votre chat est un carnivore par nature, et a donc naturellement un grand besoin en protéines et graisses animales.

Seulement, de la même manière qu’avec les légumes, les protéines animales de qualité discutable provoquent sur son système digestif des irritations et des acidités, qui mènent à des vomissements bilieux.

Mais qu’est-ce qu’une protéine ou graisse animale de qualité discutable ? Il peut s’agir de…

  • Certains types de sous-produits animaux34, qui ne sont en fait qu’un mélange de déchets de notre industrie agroalimentaire humaine : s’y mêlent têtes, carcasses, cuirs, cous, pattes, becs, plumes…
  • Des viandes avariées recyclées à la Javel5, comme il est autorisé d’utiliser dans les pays d’Amérique du Nord
  • Des viandes dites “fraîches”, qui sont en fait reconstituées à partir d’un mélange de farines animales et de graisses (à l’origine souvent inconnue), de sous-produits animaux, de minéraux et surtout d’eau : c’est également une pratique commune dans les pays d’Amérique du Nord

La viande de porc ou de bœuf

Saviez-vous que ces deux types de viandes ne sont pas adaptées au système digestif de votre chat, et pouvaient provoquer chez lui des vomissements de bile ?

En effet…

  • La viande de bœuf est à l’origine de nombreuses intolérances
  • La viande de porc possède des propriétés acidifiantes pour l’organisme du chat
Une alimentation adaptée à ses besoins originels et de qualité est nécessaire pour stopper les vomissements du chat

3 étapes pour stopper les vomissements du chat

Maintenant que vous savez tout sur les vomissements du chat, et notamment les vomissements jaunes (de bile), vous allez pouvoir mettre en place un traitement adapté pour mettre fin aux soucis de votre compagnon. Voici 3 étapes pour ce faire.

1. Éliminer la cause de ses vomissements

Référez-vous à la partie précédente de cet article pour repérer d’où peut provenir le souci des vomissements de votre chat. L’origine est-elle un traitement médicamenteux ? Son alimentation ? Les deux ?

Quoiqu’il en soit, supprimez de son environnement l’origine de ces vomis chroniques dans un premier temps.

2. Faire jeûner le chat pendant 24 heures

On ne connaît pas de meilleur remède contre les vomissements de bile du chat que le jeûne (soit le fait de ne rien donner à manger à l’animal) pendant 24 heures.

Ce jeûne lui permet en effet de se focaliser sur l’élimination de l’élément qui dérange son système intestinal. Pour éviter que votre matou se déshydrate, veillez tout de même à lui laisser une gamelle d’eau fraîche à disposition.

Si à l’issue de ces 24 heures, vous constatez toujours des vomissements chez votre chat, rendez-vous au plus vite chez votre vétérinaire : il peut s’agir d’un autre souci que ceux abordés plus haut dans l’article.

3. Lui choisir une alimentation de qualité, adaptée à ses besoins originels

Dernière étape pour aider le chat qui vomit de la bile jaune : lui fournir une alimentation réellement adaptée à ses Besoins Biologiques et Naturels, et de qualité. C’est là la clé pour éviter que le souci de vomissements, ou bien d’autres soucis de santé plus graves ne réapparaissent.

Pour choisir la bonne nourriture pour sa santé, veillez à appliquer les 5 critères de qualité alimentaire suivants :

  1. Une nourriture sans légume, tubercule, légumineuse ou fruit. Vous connaissez désormais leurs méfaits sur le système digestif de votre compagnon. Les irritations digestives chroniques qu’ils engendrent peuvent même découler sur des soucis de selles molles et diarrhées, de pancréatites aiguës, de troubles hépatiques ou de dermatite. Ils sont donc à bannir absolument de sa gamelle.
  2. Une nourriture pleine de protéines et graisses animales de qualité. Si vous avez lu cet article consciencieusement, vous savez désormais quels types de protéines animales éviter. Focalisez-vous sur une alimentation à base de protéines et graisses animales provenant d’abattoirs agréés à la consommation humaine, et de pays aux législations fermes, comme la France.
  3. Une nourriture au taux de glucides limité à 33 % maximum (soit ⅓ de la composition totale de l’aliment). Si les glucides n’ont pas d’influence directe sur les vomissements du chat, ils peuvent engendrer des soucis de santé chez votre compagnon. Sachez que les études disponibles sur les glucides issus des céréales (riz, maïs…) prouvent que ces éléments sont bien digestibles, à 99 %, par les chats et les chiens67. Mais, au-delà de la limite de 33 % de taux de glucides, ceux-ci peuvent créer des problèmes d’obésité, de diabète ou encore d’infections urinaires chroniques8 sur nos animaux. Tant qu’à changer son alimentation, autant opter pour une nourriture qui préservera durablement sa santé.
  4. Une nourriture cuite à basse température. Saviez-vous que certains ingrédients, lorsqu’ils sont cuits à haute température, libèrent dans l’aliment final des acrylamides9 (cancérigènes) et des Advanced Glycated End products10 (AGE, toxiques pour les reins du chat) ? Privilégiez donc toujours un aliment cuit à basse température, respectueux de l’intégrité nutritionnelle des bons ingrédients de base.
  5. Une nourriture testée en laboratoire contre les OGM, métaux lourds et mycotoxines. La transparence des fabricants envers vous et votre animal est primordiale, tant ces éléments ont des incidences négatives sur la santé de nos chats ! Rien que pour les métaux lourds (qui provoquent notamment des soucis dermatologiques chez nos compagnons), des études récentes1112 ont démontré que 24% des aliments pour chien et pour chat analysés contenaient des concentrations totales en Arsenic dépassant la limite légale édictée par la directive 2002/32 /CE., Rien que sur les deux années 2011 et 2012, un des laboratoires de recherche a d’ailleurs envoyé 7 notifications au RASFF13 à ce sujet. Optez donc pour des aliments testés en laboratoire indépendant, qui prouve l’engagement du fabricant envers la santé animale.

CROQ’ la Vie : les croquettes pour chat alignées avec leurs Besoins Biologiques et Naturels

Dans nos croquettes pour chat CROQ’ la Vie, vous ne trouverez que ce qui est nécessaire aux besoins originels de nos compagnons :

  • Zéro légume, tubercule, légumineuse ou fruit
  • 70 % d’ingrédients d’origine animale, provenant d’abattoirs agréés à la consommation animale
  • 21 % de glucides seulement
  • Une cuisson basse température
  • Des ingrédients français, pour une traçabilité optimale
  • Des tests menés en laboratoires indépendants, dont vous pouvez consulter librement les résultats ici

Une question sur les vomissements de votre chat, sur son alimentation ou sur sa santé ? N’hésitez pas à nous la poser dans les commentaires ci-dessous, ou par email directement. C’est toujours un plaisir que de vous partager nos conseils de bon sens, mais qui font toute la différence sur la santé de nos compagnons.

retrouver tous les commentaires de cet article

Références

  1. [] Valerie Palmieri,W. Jean Dodds, Judy Morgan, Elizabeth Carney, Herbert A. Fritsche, Jaclyn Jeffrey, Rowan Bullock, Jon P. Kimball, Survey of canine use and safety of isoxazoline parasiticides, 02 June 2020, https://doi.org/10.1002/vms3.285
  2. [] Mammalogy – Adaptation, Diversity, Ecology, de A.George Feldhamer Lee C. Drickamer Stephen H. Vessey Joseph F. Merritt Carey Krajewski – edition Johns Hopkins University Press (4ème édition) – 27 mars 2015
  3. [] SIFCO (Syndicat des Industries Françaises des Coproduits Animaux) – Valorisation des sous-produits ou co-produits animaux : https://www.sifco.fr/valorisation#coproduits
  4. [] RÈGLEMENT (CE) No 1069/2009 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL – du 21 octobre 2009 – établissant des règles sanitaires applicables aux sous-produits animaux et produits dérivés non destinés à la consommation humaine et abrogeant le règlement (CE) no 1774/2002 (règlement relatif aux sous-produits animaux) : https://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2009:300:0001:0033:FR:PDF
  5. [] Viandes avariées recyclées aux Etats Unis et en Europe : https://www.amisdelaterre.org/communique-presse/tafta-ttip-la-viande-a-la-javel-s-approche-de-nos-assiettes/
  6. [] Carciofi, A. C., Takakura, F. S., De‐Oliveira, L. D., Teshima, E., Jeremias, J. T., Brunetto, M. A., & Prada, F. (2008). Effects of six carbohydrate sources on dog diet digestibility and post‐prandial glucose and insulin response. Journal of Animal Physiology and Animal Nutrition, 92(3), 326-336. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18477314
  7. [] De-Oliveira, L. D., Carciofi, A. C., Oliveira, M. C. C., Vasconcellos, R. S., Bazolli, R. S., Pereira, G. T., & Prada, F. (2008). Effects of six carbohydrate sources on diet digestibility and postprandial glucose and insulin responses in cats. Journal of Animal Science, 86(9), 2237-2246. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18469063
  8. [] Faculté de Médecine Vétérinaire de Montréal – Service diagnostic – Urology : https://www.medvet.umontreal.ca/servicediagnostic/materiel_pedagogique/urologie/uro_chimie.html
  9. [] FRC (Fédéraction Romande des Consommateurs) – Croquettes pour chat : la gamelle qui rend malade : https://www.frc.ch/croquettes-pour-chat-la-gamelle-qui-rend-malade/
  10. [] Bohlender JM (Klinik für Innere Medizin III, Universitätsklinik Jena, Erlanger Allee 101, Jena, Germany), Franke S, Stein G, Wolf G : Advanced glycation end products and the kidney – Am J Physiol Renal Physiol. 2005 Oct;289(4):F645-59 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16159899
  11. [] Squadrone S , Brizio P , Simone G , Benedetto A , Monaco G , Abete MC – “Presence of arsenic in pet food : a real hazard ?” (Présence d’arsenic dans les aliments pour animaux de compagnie : un danger réel ?) – Vet Ital. 29 décembre 2017; 53 (4) : 303-307. doi : 10.12834 / VetIt.530.2538.2. : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29307124 (Version entière au format PDF : http://www.izs.it/vet_italiana/2017/53_4/VetIt_530_2538_2.pdf
  12. [] M. Davies , R. Alborough , L. Jones , C. Davis , C. Williams , et DS Gardner, (2017) : Mineral analysis of complete dog and cat foods in the UK and compliance with European guidelines “Analyse minérale d’aliments complets pour chiens et chats au Royaume-Uni et conformité aux directives européennes.” : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5719410/#CR5
  13. [] RASFF – Food and Feed Safety Alerts : Créé en 1979, RASFF permet un partage efficace des informations entre ses membres (autorités nationales de sécurité des aliments des États membres de l’UE, Commission, EFSA, ESA, Norvège, Liechtenstein, Islande et Suisse) et fournit un service 24h / 24 pour garantir les notifications sont envoyées, reçues et traitées collectivement et efficacement. Grâce au RASFF, de nombreux risques en matière de sécurité alimentaire ont été évités avant d’avoir pu être nocifs pour les consommateurs européens. – https://ec.europa.eu/food/safety/rasff_en

Partagez cet article

  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Imprimer

Vous aimerez lire aussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cocher cette case pour accepter notre Politique de confidentialité

Davy Ros

Né à l’Elevage des Joyeuses Gambades (meilleur élevage de France dès 1998), j’ai très tôt compris et admis l’impact largement sous-estimé de l’alimentation sur le développement des maladies contemporaines des chiens et chats.

C’est pourquoi en 2014, après mes études médicales, j’ai décidé de consacrer tout mon temps à la recherche et à la santé animale.

Aujourd’hui, les résultats que vous obtenez sont notre fierté !

Davy Ros

Président Fondateur de CROQ’ la Vie
Chercheur en santé et en nutrition animale

+ de conseils

sur notre chaine Youtube

Découvrir