fbpx
Vermifuge chien

Vers chez le chien : quelles solutions sont les plus adaptées ?

Les vers du chien : voilà l’un des soucis de santé les plus communs chez nos compagnons, à propos duquel on se demande souvent quelle est la solution idéale. Entre les vermifuges traditionnels, et les méthodes plus naturelles, lesquelles sont recommandées pour votre chien ?

Cet article-dossier vous permettra d’y voir plus clair sur les causes de l’apparition de vers chez le chien, mais aussi les différents traitements curatifs et préventifs à votre disposition.

Les différents types de vers chez le chien

Les vers répondent à une classification bien précise, ce qui permet de les identifier, et donc de mieux les traiter.

Les vers ronds

Dans la famille des vers ronds, on retrouve les Trichures et Ankylostomes ; mais les plus connus sont les Ascaris, qui ressemblent à des spaghettis d’une dizaine de centimètres. Les ascaris sont des vers fréquents chez les chiots, car ils peuvent passer dans le lait maternel, mais également à travers la paroi du placenta.

Les vers plats

Appelés aussi “vers solitaires”, les vers plats du chien se reproduisent seuls. Le vers solitaire le plus fréquent chez nos animaux est le Dipylidium. Dans cette même classification, on retrouve également le ver Taenia et l’échinocoque.

Pourquoi mon chien développe-t-il des vers intestinaux ?

Les vers intestinaux contaminent les chiens :

  • Par ingestion ou léchage de ces parasites
  • Par des œufs ou des larves de vers, qui se retrouvent dans les matières souillées par les déjections animales d’animaux eux-mêmes contaminés
  • Via les aliments malpropres
  • Via certaines viandes mal cuites
  • Par des vecteurs comme les puces (notamment dans le cas des vers plats comme le Dipylidium…

Mais il faut préciser que le développement de ces parasites dépendra d’abord et surtout de l’état de l’immunité de votre chien, de sa santé intestinale, et donc avant tout de l’alimentation qui lui est proposée.

Une fois ingérés, les œufs se transforment en larves et migrent vers les intestins de votre animal. Une fois dans le système intestinal, ces vers se reproduisent et pondent des œufs qui contaminent à leur tour ses selles et pourront se transmettre à d’autres animaux. Chez les femelles en période de lactation, les larves des vers plats peuvent passer dans les mamelles et le lait des femelles reproductrices, et ainsi contaminer les bébés chiots.

Ce sont les systèmes immunitaires faibles (chiots, chiens âgés et chiens malades), et les chiens nourris avec une alimentation non-adaptée, qui sont les plus vulnérables et donc susceptibles de développer ces vers et parasites intestinaux. Mais il faut le savoir : un chien correctement nourri pourra plus facilement bloquer ces parasites et œufs de vers grâce à l’action d’un système immunitaire efficace.

C’est à nous de veiller à la qualité nutritive de l’alimentation de nos chiens. Toutefois, il peut sembler compliqué d’y voir clair sur le marché de l’alimentation canine. Vous êtes nombreux à nous dire combien vous vous sentez démunis et souvent mal informés sur le sujet.

Mais une chose est certaine : l’alimentation a un rôle capital à jouer dans la santé de nos fidèles compagnons. Une bonne nourriture ne remplace certes pas un vermifuge, mais permet à l’animal de se prémunir efficacement contre les attaques parasitaires et la prolifération des vers grâce à la bonne santé de son système immunitaire.

Et bien sûr, avant de choisir un vermifuge, il s’agit de diagnostiquer de quoi souffre exactement votre chien, de quel parasites (vers, protozoaires…) et donc de rester très attentif aux symptômes dont nous allons parler dans la partie suivante.

Quels sont les symptômes liés aux vers ?

Les parasitoses chez les chiens sont d’autant plus courantes aujourd’hui que l’alimentation qui leur est donnée est trop souvent peu adaptée à leurs Besoins Biologiques et Naturels. Comme nous l’avons expliqué plus haut, cela entraîne une déficience du système immunitaire qui, s’affaiblissant de plus en plus, ne parvient plus à lutter contre l’invasion des parasites.

Dès lors, les symptômes de vers canins apparaissent :

  • Le chien se gratte les fesses au sol, il fait le traîneau, car son anus le démange à cause de la présence des vers
  • Un ventre gonflé, notamment chez les chiots
  • Un poil plus terne que d’habitude
  • Des vomissements, parfois
  • Une perte de poids, un chien qui maigrit et/ou a toujours faim alors qu’il mange copieusement

Ce symptôme du chien qui maigrit et qui a toujours faim est le plus significatif, surtout chez les chiots infestés d’Ascaris (vers ronds en forme de spaghettis) qui maigriront comme s’ils étaient anorexiques. Allez voir sans tarder un vétérinaire qui lui donnera le vermifuge adapté.

Contre les vers du chien, rien de tel qu'une alimentation adaptée à ses besoins originels, couplés à un bon vermifuge

Quel est le meilleur traitement contre les vers du chien ?

Il faut le savoir : aucun vermifuge ne couvre l’ensemble du spectre parasitaire. En ce sens, il n’y a pas de vermifuge qui soit meilleur qu’un autre. Il est donc essentiel de pratiquer un test parasitaire pour savoir de quel parasite souffre votre animal et donc savoir quel vermifuge utiliser.

NOTE : Nous vous invitons lors de ce test parasitaire à systématiquement demander le test de la Giardiose et de la Coccidiose, car elles touchent environ 10% de chiens1. On déplore généralement trop peu de dépistages, et beaucoup de chiens souffrent toute leur vie, alors qu’on aurait pu les soigner. Il existe des traitements2 simples qui, couplés avec une bonne alimentation, empêcheront la récidive. Ces parasites microscopiques sont invisibles à l’œil nu ; et c’est bien pourquoi on passe souvent à côté. Demander le test de la Giardiose et de la Coccidiose à son vétérinaire est tout simplement un acte d’amour. Car ceux qui ont des chiens malades savent combien il est éprouvant de les accompagner sans pouvoir les soulager.

En dehors de la Giardiose et de la Coccidiose, nous pourrons clairement vous conseiller et vous accompagner. N’hésitez donc pas à nous contacter : ce sera avec grand plaisir que nous vous aiderons à aider votre compagnon.

Comme nous allons le voir, il existe divers traitements, traditionnels ou chimiques, pour traiter les vers, ainsi que des traitements dits naturels, dont on ne connaît pas encore la réelle efficacité.

Traitement des vers par une vermifugation traditionnelle

Voici un aperçu de quelques vermifuges pour chien très efficaces, en sachant qu’aucun d’eux ne couvre l’ensemble du spectre parasitaire, c’est-à-dire n’est efficace contre tous les parasites.

  • Le Milbemax3 traite une large partie des vers ronds (appelés Nématodes) et des vers plats (appelés Cestodes). Il n’est cependant pas utiliser à chez les chiens pesant moins de 5 kg. De plus, le traitement de chiens porteurs de Dirofilaria immitis (microfilaires circulantes) peut conduire à une réaction d’hypersensibilité entraînant des symptômes tels que des tremblements, un essoufflement, ou une salivation excessive.
  • Le Profender4. Ce vermifuge n’est pas destiné aux chiens ou chiots de moins de 1 kg et ne doit pas être utilisé chez les chiots de moins de 12 semaines.
  • Le Milbactor5. Il est destiné aux chiens de plus de 5 kg. Pour en savoir plus sur le Milbactor, consultez notre article dédié à ce vermifuge.
  • Le Dothene6. Principalement constitué d’oxfendazole, ce vermifuge peut entraîner une réduction des fonctions de l’appareil reproducteur mâle et peut être toxique pour l’embryon chez la chienne gestante et même entraîner des malformations (effet tératogènes). L’utilisation du Dolthene chez la chienne pendant les 35 premiers jours de la gestation est donc fortement contre-indiquée.
  • Le Panacur7, efficace contre certains vers ronds et plats, mais surtout le seul à avoir une efficacité contre les protozoaires telle que la Giardiose. De plus, l’utilisation du Panacur chez la femelle pendant la gestation et l’allaitement n’est pas contre-indiquée.

Il existe bien sûr d’autres médicaments antiparasitaires, mais nous ne pouvons pas tous les citer ici. Sur le sujet des traitements “traditionnels” des vers intestinaux, c’est le vétérinaire qui sera à même de vous conseiller au mieux sur le vermifuge efficace et adapté aux symptômes que rencontre votre compagnon.

Il est important de prendre conscience des contre-indications spécifiques de chaque vermifuge. C’est notamment en raison de ces contre-indications qu’il est préférable de ne pas automédicamenter une chienne en période de gestation ou en période de lactation. De même pour les chiots ou petits chiens de moins de 5 kg, ainsi que pour les mâles au moment où vous souhaitez les faire se reproduire.

Lisez bien les notices, et surtout n’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire à ce sujet.

Attention : nous conseillons toujours de faire passer un test parasitaire pour choisir le meilleur vermifuge adapté à votre chien lorsqu’il s’agit d’un traitement curatif, et donc de traiter des vers déjà présents. Ce test ne coûte pas bien cher, et permet de gagner un temps précieux en sélectionnant le meilleur vermifuge pour votre chien, dans le sens où vous êtes sûr qu’il est adapté pour traiter le parasite intestinal ou ver en question.

Globalement, n’oubliez pas que les vermifuges peuvent avoir des effets secondaires, comme d’ailleurs la quasi-totalité des médicaments. C’est la raison pour laquelle il est indispensable de peser les animaux avant de les traiter. Avec une posologie adaptée au poids de l’animal vous éviterez au maximum les éventuels effets secondaires courants et liés à la vermifugation. Les effets secondaires les plus fréquents et communs à tous les vermifuges chez le chien sont d’abord et surtout digestifs.

On retrouve notamment :

  • Vomissements
  • Diarrhées
  • Anorexie : perte d’appétit
  • Nausées

Il a été observé dans de très rares cas des situations d’hypersensibilité aux vermifuges avec notamment des tremblements, des muqueuses qui deviennent pâles, ou une salivation excessive.

Traitement des vers par un vermifuge naturel

Attention : certains vermifuges naturels peuvent présenter des dangers pour votre chien !

Le vétérinaire Pierre May, spécialisé en phytothérapie8, nous rappelle que l’efficacité des plantes vermifuges naturelles serait en réalité peu probante. Au-delà de leur manque d’efficacité, ils ne sont pas toujours sans effets secondaires non plus, et peuvent parfois avoir des répercussions sur la santé de votre chien. Certains donnent des troubles du transit ; d’autres sont toxiques pour les vers, certes, mais également pour votre chien.

Parmi les vermifuges naturels contres les vers chez le chien, on retrouve :

  1. La courgette. Ce vermifuge naturel entraîne une accélération du transit, voire des diarrhées, et presque systématiquement une gastrite chronique en moins d’une semaine, ainsi que des vomissements de bile. D’une façon générale, il faut considérer que légumes, fruits, légumineuses et tubercules déclenchent des troubles du transit, car ils sont irritants pour la flore intestinale et non pour les vers intestinaux.
  2. La Terre de Diatomée. Dans la famille des vermifuges naturels, nous avons une préférence pour la Terre de Diatomée, connue sous le nom de dioxyde de silicium. Il s’agit d’un complément naturel sans effets secondaires, soluble dans l’eau, le lait ou le yaourt. Mais attention : la Terre de Diatomée n’est pas efficace contre les protozoaires qui ne sont pas des vers intestinaux mais des parasites unicellulaires invisibles à l’œil nu (Giardia et Coccidi). Vous pouvez donc utiliser ce produit seulement si vous n’êtes pas en situation d’urgence.
  3. L’ail. Cet anti-ver ou antiparasitaire intestinal semble efficace, mais les effets secondaires peuvent clairement ne pas être anodins pour la santé de votre chien. En effet, une étude récente9 a pointé les dangers de l’ail. Il apparaît en effet que l’ail pourrait devenir un véritable élément d’intoxication à cause de la destruction collatérale des globules rouges stoppant l’apport en oxygène dans le sang. C’est ce que nous explique également le Centre Antipoison Animal10 de l’Ecole Nationale Vétérinaire.
La nourriture est la meilleure prévention contre l'apparition des vers chez le chien

Quelle alimentation pour prévenir une nouvelle apparition de vers ?

C’est le moment de vous reparler de l’influence de l’alimentation sur la santé du chien. En effet, aujourd’hui, l’influence de la qualité de l’alimentation sur la prévention des vers chez le chien est totalement sous-estimée. Pourtant son rôle est absolument capital dans la préservation de la santé intestinale de l’animal.

Pourquoi ce coup de projecteur sur la nourriture ?

Il se trouve qu’une alimentation inadaptée aux Besoins Biologiques et Naturels de votre compagnon, a une influence non-négligeable sur son système immunitaire. Une nourriture non-appropriée va affaiblir la flore intestinale du chien et son immunité jusqu’à ce qu’il ne puisse plus lutter contre les parasites intestinaux. C’est pourquoi il est utile de rappeler une fois encore que la meilleure prévention naturelle contre l’apparition des vers et leur prolifération sera toujours liée à la qualité nutritive des aliments réservée aux chiens.

Plus une alimentation sera de bonne qualité, moins vous aurez à le vermifuger, même par prévention. Un chien nourri avec une nourriture inadaptée devra être vermifugé deux fois plus, c’est-à-dire 4 fois par an. Alors qu’un chien avec une excellente santé intestinale, car ayant une alimentation de réelle qualité, devra être vermifugé par prévention, deux fois par an seulement, c’est-à-dire deux fois moins.

Mais alors vous vous demandez peut-être : à quoi pourrait ressembler une alimentation de qualité pour votre chien ? Pour nous, éleveurs aguerris, une alimentation de réelle qualité devrait répondre à 5 critères précis et naturels :

  1. Une alimentation sans fruits, légumes, légumineuses ou tubercules. Ces ingrédients, au-delà de n’être pas adaptés au régime carnivore de votre compagnon et de favoriser le développement des vers, sont réellement toxiques pour son organisme. Ils sont aujourd’hui à l’origine de grand nombre de pathologies, telles que des pancréatites, des vomissements et diarrhées chroniques, ou encore des troubles hépatiques. Des instances d’Etat n’hésitent d’ailleurs pas à pointer leur dangerosité, comme le Centre Antipoison Animal qui liste la pomme de terre11, le raisin12, l’ail et l’oignon13 comme toxiques ; mais aussi la Food and Drug Administration (FDA) des Etats-Unis, dont de nombreux rapports font cas du lien entre cardiomyopathies canines et légumes14.
  2. Une nourriture pleine de bonnes protéines animales. Source de vitalité première de votre compagnon, les protéines animales sont malheureusement trop souvent de piètre qualité dans les pâtées et croquettes disponibles sur le marché. On y trouve souvent des sous-produits animaux1516, véritables déchets de l’industrie agro-alimentaire humaine, qui contient tous les bas-morceaux qui nous ne consommons pas : viscères, cous, têtes, becs, sabots, tendons… Privilégiez plutôt des viandes issus d’abattoirs agréés à la consommation humaine, à l’origine tracée, si possible française.
  3. Une alimentation au taux de glucides limité au maximum. Si les glucides sont nécessaires pour former une croquette sèche, leur taux ne doit pas excéder les 33% de la composition de l’aliment (soit ⅓ de cette composition). Le risque, au-delà ? La perte de l’effet neutre des glucides pour son organisme, entraînant des risques sur sa santé.
  4. Une nourriture cuite à basse température. La cuisson à haute température libère en effet des AGE (Advanced Glycated End Products)17 aux effets nocifs sur les reins de l’animal, mais aussi des acrylamides18, des substances cancérigènes. Privilégier une nourriture cuite à basse température, c’est éloigner de sa gamelle ces éléments toxiques, et préserver l’intégrité nutritionnelle des bons ingrédients de base utilisés.
  5. Une alimentation testée en laboratoires contre les mycotoxines, OGM et métaux lourds. Nombreuses sont les études qui alertent sur la toxicité de ces éléments, souvent retrouvés dans l’alimentation animale et humaine. Selon nous, le fait de choisir des croquettes ou pâtées testées de la sorte est un gage de qualité nutritionnelle, mais aussi de transparence : un élément-clé pour donner en toute confiance une alimentation adaptée à votre compagnon.

Faute d’avoir trouvé l’alimentation idéale pour les chiens de notre élevage des Joyeuses Gambades, nous avons décidé de la créer nous-même, en devenant nos propres artisans.

C’est ainsi que sont nées les croquettes CROQ’ la Vie, basées sur la philosophie de la Santé par l’Alimentation©. Riches à hauteur de 72% d’ingrédients d’origine animale, sans aucun fruit, légume, tubercule ou légumineuses, et avec 23% de glucides uniquement, elles ont tout pour protéger durablement votre chien des attaques parasitaires.

Vous souhaitez des preuves ? Nous avons fait analyser la composition des croquettes en laboratoires indépendants, et affichons les résultats de ces analyses sur notre site web.

Grâce à elles, nous ne vermifugeons désormais nos chiens que 2 fois par an, et avons pu aider des centaines de chiens souffrant d’affections diverses (vomissements, diarrhées, pancréatites, arthrose, dermatite…). En somme, CROQ’ la Vie, c’est une croquette qui suivra votre chien tout au long de sa vie, pour le maintenir en bonne santé, pour son bien-être.

N’hésitez pas à vous rapprocher nous, par email ou dans les commentaires ci-dessous. Nous avons beaucoup travaillé sur la question. Nous sommes en mesure d’apporter de vraies solutions aux soucis de santé de votre compagnon, en vous dispensant des conseils de bon sens, basés sur la philosophie de la Santé par l’Alimentation.


Références


  1. [] SANDRINE HERZOG – Ecole Nationale Veterinaire d’alfort – Faculté de medecine de creteil le 14 mars 2002 – “Etude epidemiologique de la giardiose en elevage canin essai de traitement au fenbendazole” : http://theses.vet-alfort.fr/telecharger.php?id=361
  2. [] C. DECOCK (Parasitologie, École Nationale Vétérinaire de Toulouse), M.-C. CADIERGUES, M. ROQUES et M. FRANC (U.M.R. 181 École Nationale Vétérinaire de Toulouse 23, chemin des Capelles, 31076 Toulouse) : Evaluation de quatre traitements de la giardiose canine, Revue Méd. Vét., 2003, 154, 12, 763-766 : https://www.revmedvet.com/2003/RMV154_763_766.pdf
  3. [] RCP Officiel : MILBEMAX COMPRIMÉS POUR CHIENS : http://www.ircp.anmv.anses.fr/rcp.aspx?NomMedicament=MILBEMAX+COMPRIMES+POUR+CHIENS
  4. [] RCP Vermifuge PROFENDER pour chien – Le Med’Vet, recueil des médicaments vétérinaires mis à jour quotidiennement par les laboratoires : http://www.med-vet.fr/medicament-profender-15-mg-3-mg-comprimes-liberation-p1150
  5. [] RCP Officiel Vermifuge Milbactor : http://www.ircp.anmv.anses.fr/rcp.aspx?NomMedicament=MILBACTOR+12%2C5+MG%2F125+MG+COMPRIMES+POUR+CHIENS+PESANT+AU+MOINS+5+KG
  6. [] RCP Officiel : DOLTHENE CHIEN : http://www.ircp.anmv.anses.fr/rcp.aspx?NomMedicament=DOLTHENE+CHIEN+M
  7. [] RCP Officiel du Vermifuge PANACUR pour chien : http://www.ircp.anmv.anses.fr/rcp.aspx?NomMedicament=PANACUR+2%2C5+%25
  8. [] Livre : Guide pratique de phyto-aromathérapie pour les animaux de compagnie – 19 novembre 2014, du Docteur Vétérinaire Pierre May
  9. [] Keun-Woo Lee, Osamu Yamato, Motoshi Tajima, Minako Kuraoka, Shogo Omae, and Yoshimitsu Maede : Hematologic changes associated with the appearance of eccentrocytes after intragastric administration of garlic extract to dogs – American Journal of Veterinary Research, November 2000, Vol. 61, No. 11 , Pages 1446-1450 : https://doi.org/10.2460/ajvr.2000.61.1446
  10. [] Plantes Toxiques pour les chiens (oignon et ail) selon le centre Anti-poison Animal de l’Ecole Nationale Vétérinaire (France) : https://www.centre-antipoison-animal.com/oignon.html
  11. [] Toxicité digestive et nerveuse de la Pomme de terre – Centre antipoison Animal de l’Ecole Nationale Vétérinaire : https://www.centre-antipoison-animal.com/pomme-terre.html
  12. [] Le raisin : enregistré au Centre Antipoison Animal, Chapitre “plantes toxiques” : https://www.centre-antipoison-animal.com/raisin.html
  13. [] L’ail et l’oignon :, enregistrés au Centre Antipoison Animal, Chapitre “plantes toxiques” : https://www.centre-antipoison-animal.com/oignon.html
  14. [] FDA (U.S. Food and Drug Administration) : FDA Investigation into Potential Link between Certain Diets and Canine Dilated Cardiomyopathy / Enquête de la FDA sur le lien possible entre certains régimes et la cardiomyopathie dilatée canine – Mis à jour le 27 juin 2019 : https://www.fda.gov/animal-veterinary/news-events/fda-investigation-potential-link-between-certain-diets-and-canine-dilated-cardiomyopathy
  15. [] SIFCO (Syndicat des Industries Françaises des Coproduits Animaux) – Valorisation des sous-produits ou co-produits animaux : https://www.sifco.fr/valorisation#coproduits
  16. [] RÈGLEMENT (CE) No 1069/2009 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL – du 21 octobre 2009 – établissant des règles sanitaires applicables aux sous-produits animaux et produits dérivés non destinés à la consommation humaine et abrogeant le règlement (CE) no 1774/2002 (règlement relatif aux sous-produits animaux) : https://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2009:300:0001:0033:FR:PDF
  17. [] Bohlender JM (Klinik für Innere Medizin III, Universitätsklinik Jena, Erlanger Allee 101, Jena, Germany), Franke S, Stein G, Wolf G : Advanced glycation end products and the kidney – Am J Physiol Renal Physiol. 2005 Oct;289(4):F645-59 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16159899
  18. [] FRC (Fédéraction Romande des Consommateurs) – Croquettes pour chat : la gamelle qui rend malade : https://www.frc.ch/croquettes-pour-chat-la-gamelle-qui-rend-malade/
Afficher plus
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page